Législatives : la Nupes devant les macronistes en intentions de vote, incertitude sur la majorité absolue

Publié le 09/06/2022 - 10:57
Mis à jour le 09/06/2022 - 10:55

L’alliance de gauche Nupes, en légère hausse, devancerait les macronistes en intentions de vote aux élections législatives et pourrait mettre en péril leur majorité absolue en sièges, selon un sondage Ipsos Sopra Steria publié ce jeudi 9 juin 2022, à trois jours du scrutin.

Selon cette enquête pour FranceTV et Radio France réalisée les 6 et 7 juin, la Nupes poursuit sa progression, à 28 % des intentions de vote pour le premier tour des législatives dimanche (+0,5 point par rapport à la précédente enquête du 3 au 6 juin) et devance désormais Ensemble ! (27 %, -1 point), qui regroupe LREM, le Modem, Horizons et Agir.

Le Rassemblement national est aussi en baisse à 19,5 % (-0,5 pt), mais arrive loin devant Les Républicains (11 %, stable) et Reconquête ! (6 %, +0,5 pt).

"Nous avions un encéphalogramme totalement plat avec des rapports de force qui n'évoluaient pas, et là pour la première fois, ça frémit un peu, il y a un début de dynamique plutôt en faveur de la Nupes et une érosion de Ensemble !", a commenté sur franceinfo le directeur délégué d'Ipsos Brice Teinturier.

La projection en sièges donne toujours un avantage aux macronistes qui arriveraient en tête avec 260 à 300 sièges, mais sans certitude d'obtenir la majorité absolue de 289 sièges.

  • L'alliance de gauche Nupes scellée autour de Jean-Luc Mélenchon (LFI, PS, EELV, PCF) est créditée de 175 à 215 sièges, devant LR (35 à 55 sièges) et le RN (20 à 50 sièges).

"On serait malgré tout avec une avance en sièges pour Ensemble ! car dans un mode de scrutin où vous avez un second tour, pour les reports de voix, la coalition centrale est avantagée par rapport aux coalitions" aux extrêmes, explique Brice Teinturier.

  • Selon cette enquête, l'abstention pourrait atteindre dimanche entre 52 % et 56 %, avec un point moyen à 54 %, très au-delà des 51,3 % du 11 juin 2017, précédent record pour un premier tour de législatives.

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Celui-ci a été réalisé du 6 au 7 juin auprès d'un échantillon de 2.000 personnes représentatif de la population française, inscrite sur les listes électorales, âgée de 18 ans et plus. La marge d'erreur se situe entre 0,6 et 2,2 %.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du Groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie Participative et de la participation citoyenne a décidé de porter plainte auprès du Procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du Conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.75
légère pluie
le 15/04 à 0h00
Vent
2.44 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
99 %