Mariage annulé d'Alstom et Siemens : pour le maire d'Ornans, "il faut désormais avoir l’humilité de reconnaître une erreur"

Publié le 08/02/2019 - 15:39
Mis à jour le 08/02/2019 - 15:39

La Commission européenne a annoncé sa décision d’annuler la fusion entre Alstom et Siemens le 6 février 2019. Sylvain Ducret, maire d’Ornans, qui suit le dossier depuis ses prémices, réagit…

 ©
©

"Le veto de la Commission européenne est confirmé !", s'exclame Sylvain Ducret dans un communiqué. "Non, il n’y a rien d’ « extravagant », pour reprendre le terme du Premier ministre, à l’annonce de la décision". 

"Nous étions très nombreux à dénoncer le projet"

Pour le maire, "il faut désormais avoir l’humilité de reconnaître une erreur, même si cette décision est une défaite pour le président de la République Emmanuel Macron, qui a été promoteur du retrait de l’Etat du capital d’abord lorsqu’il fut ministre de François Hollande, puis jusqu’à aujourd’hui partisan de ce « transfert » de notre champion français". 

Il poursuit : "Nous étions très nombreux à dénoncer le projet de fusion Alstom/Siemens Mobility. Il s’agissait d’ailleurs davantage d’une absorption par le groupe allemand que d’une fusion. 
Avec ce projet, il n’y avait pas de lisibilité dans la stratégie industrielle, pas assez non plus de concertation ni de transparence. Pas assez de garanties pour les salariés auxquels nous devons penser en priorité". 

Sylvain Ducret estime que la décision de la Commission européenne est un "soulagement" : "Elle me paraît donc sage et n’évite cependant pas moult interrogations pour l’avenir". 

"Quelle est la politique de la France pour l'industrie ?"

Malgré tout, le maire s'interroge sur le devenir de la France : "Le vrai sujet, c’est de savoir quelle est la politique de la France pour notre industrie ? Pourquoi l’Etat s’est-il désengagé de la sorte du capital d’Alstom et a poussé à cet échec ? "

Une concurrence déloyale ?

"Les élections européennes du 26 mai devraient être l’occasion d’un véritable débat sur la stratégie industrielle en Europe : les entreprises européennes sont soumises à une concurrence déloyale sur le marché intérieur communautaire alors que la société chinoise CRRC dispose d’un monopole sur le marché intérieur chinois. De plus, CRRC, n°1 mondial du secteur ferroviaire, bénéficie d’aides de l’Etat chinois, notamment pour conquérir des marchés extérieurs, alors que les entreprises européennes ne doivent recevoir aucune aide de leurs Etats au titre de la concurrence libre et non faussée. 

Faut-il cependant condamner par avance toute idée d’un « Airbus du rail » ? Si la France et l’UE avaient une stratégie industrielle, celle-ci ne reposerait-elle pas  outre le « Buy european Act » - sur la création d’un champion européen capable de résister à la mondialisation et, par-là, de sauvegarder les emplois industriels en Europe ?  Alstom sera sans nul doute encore au cœur du débat".

(…) Pour l’heure, je me réjouis que les commandes soient là et que le plan de charge présenté début janvier lors de ses vœux par le directeur du site d’Ornans soit des plus rassurants à court terme". 

Info +

  • Le site d’Ornans fêtera cette année ses 100 ans. 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Montagne du Haut-Doubs : une stratégie pour affronter le changement climatique

Depuis 2015, le Syndicat Mixte du Mont d’Or est confronté à la problématique d’adaptation à la transition climatique. Lanceur d’alerte suite à la publication d’une étude météorologique démontrant un scénario peu propice à la poursuite du ski alpin dès 2035-40, le SMMO a décidé de faire front et de penser aujourd’hui la montagne de demain…

Lip 1950 – 1975 : une collection de 220 montres aux enchères

La vente, orchestrée par la commissaire-priseur Astrid Guillon se déroulera le samedi 27 novembre 2021 à 14h  à la maison de ventes sise au 3n rue de la liberté. Cette vente aux enchères de plus de 220 montres Lip dont une trentaine de chronographes, datant pour la majorité des années 1950 à 1975, sera également retransmise en direct sur Drouot Live.

Des skateurs bisontins lancent une production de skates made in Franche-Comté !

Sept skateurs fondateurs et membres de l'association déjà bien connue à Besançon Fragile se sont associés pour lancer leur propre production artisanale de planches de skate l'été dernier. Aujourd'hui, 118 skates ont été fabriqués par leur soin dans le petit garage de la maison des parents de l'un des leurs à Dannemarie-sur-Crête. Rencontre avec Jonathan, dit Jésus et Romain, dit La Fusée…
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.85
nuageux
le 20/10 à 12h00
Vent
7.98 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
29 %

Sondage