Philippe Gonon (UDI) : « Toute connivence avec le FN doit être publiquement dénoncée et rejetée »

Publié le 17/09/2013 - 09:43
Mis à jour le 18/09/2013 - 15:03

Dans un communiqué de ce mardi 17 septembre, Philippe Gonon, candidat UDI aux municipales à Besançon déclare être "profondément choqué" par les propos tenus par François Fillon concernant le Front National lorsqu'il a annoncé sur Europe 1 qu'il conseillait de voter "pour le moins sectaire" en cas de duel PS-FN aux municipales. Il souhaite que Jacques Grosperrin, candidat officiel UMP aux municipales de Besançon, "se prononce clairement pour une alliance républicaine contre tous les partis extrémistes qui prolifèrent sur fond de crise".

PhilippeGonon2013.JPG
l'UDI Philippe Gonon ©roman
PUBLICITÉ

Philippe Gonon souhaite que Jacques Grosperrin déclare publiquement qu’il n’est « pas d’accord avec le Front National »« Il me l’a dit en privé, il peut le dire en public » nous confie le candidat UDI lors d’un entretien téléphonique ce matin. En effet, les deux candidats travaillent ensemble sur un projet commun qui pourrait peut-être débouché sur une liste commune début 2014. Si Jacques Grosperrin ne s’exprime pas officiellement sur la question du FN, cela pourrait compromettre ce projet : « nous allons essayé de le convaincre » affirme Philippe Gonon.

Communiqué

« Cette sorte de « permis de voter » Front National que François Fillon a délivré ce weekend m’a profondément choqué comme, j’en suis sur, tous les centristes que je représente.

Je partage totalement la formule d’Yves Jego : « plutôt perdre une élection que perdre son âme ».

J’attends désormais de Jacques Grosperrin qu’il se prononce clairement pour une alliance républicaine contre tous les partis extrémistes qui prolifèrent sur fond de crise.

Toute connivence, toute compromission avec le FN doivent être publiquement dénoncées et rejetées.

En attendant sa prise de position, j’ai demandé à mes équipes de continuer à travailler sur notre projet 2014, sur nos priorités ( emploi, logement , fiscalité) qui doivent déboucher sur une nouvelle offre politique en direction de nos concitoyens.

Ce projet doit s’appuyer sur des équipes compétentes. Seule cette compétence sera le signe de notre volonté de défendre les intérêts de notre ville et de notre agglomération.

Nous, centristes, voulons en être les porteurs, partout en France comme à Besançon, autour de Jean Louis Borloo, à partir d’une famille du centre forte et unie, à l’instar du rapprochement que l’UDI et le Modem ont engagé.

Ce regroupement à Besançon doit se faire sur la base d’un projet qui traduit nos valeurs et nos idées de tolérance, d’humanisme, de respect de l’autre.

Je l’ai déjà proposé et je le propose à nouveau : ce rassemblement est ouvert à tous les Bisontins et Grands Bisontins, à tous les démocrates et républicains, à tous les acteurs de la vie locale qui, avec moi, souhaitent construire un nouveau et vrai projet pour Besançon et le Grand Besançon. » 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

37 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté ont récemment signé une tribune dans le but de soutenir la liste "Envie d'Europe" de Raphaël Glucksmann. Parmi eux, la présidente de région Marie-Guite Dufay, mais aussi Patrick Ayache, Luc Bardi, Éric Houlley ou Loïc Niepceron.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.39
couvert
le 23/05 à 15h00
Vent
2.3 m/s
Pression
1016.23 hPa
Humidité
57 %

Sondage