Procès Zepeda : le deuil impossible du dernier petit ami de Narumi

Publié le 12/12/2023 - 14:00
Mis à jour le 12/12/2023 - 12:36

Le dernier petit ami de Narumi Kurosaki a confié ce mardi 12 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône son deuil impossible et exigé que "justice soit faite", au septième jour du procès en appel de Nicolas Zepeda, rejugé pour l'assassinat de l'étudiante japonaise.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Sept ans après la disparition de Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, Arthur del Piccolo, 28 ans, évoque son "deuil qui ne se terminera jamais vraiment" : "chaque année en décembre, je pense automatiquement à elle (...)  Narumi et moi, on aurait pu aller bien ensemble." "J'aimerais que justice soit faite", que "le coupable soit condamné", lance-t-il. Narumi a disparu il y a sept ans, "sept ans sans réponses concrètes", poursuit le jeune homme. "Je pense que ces réponses, on ne peut les avoir que par une seule personne, s'il accepte de nous les donner", glisse-t-il à l'attention de l'accusé, mais sans le citer. A quelques mètres de lui, le Chilien de 33 ans l'écoute sans ciller.

"Dans la vie il y a parfois des choses à se pardonner soi-même", Arthur del Piccolo.

Arthur del Piccolo revient sur les "moments vraiment formidables" passés avec l'étudiante japonaise entre septembre et début décembre 2016, ses projets avec la jeune femme, comme la présenter à ses parents à Noël, glisse cet amoureux du Japon, pays où il exerce en tant qu'ingénieur commercial. Il confie aussi ses "remords" : "dans la vie il y a parfois des choses à se pardonner soi-même. Si je n'avais pas fréquenté Narumi en septembre ou si j'avais insisté pour la voir le dimanche (4 décembre) au soir, on n'en serait pas là aujourd'hui. Peut-être qu'elle serait vivante..."

Nicolas Zepeda, venu en France début décembre 2016, a reconnu la semaine dernière s'être rendu de son propre chef à la chambre de Narumi, qui avait rompu avec lui quelques mois plus tôt. Il l'y avait retrouvée le 4 décembre et avait passé la nuit avec elle avant qu'elle ne disparaisse sans laisser de trace. M. del Piccolo avait reçu les jours suivants plusieurs messages de Narumi, dont un de rupture très abrupt le 8 décembre. Les enquêteurs pensent que ces messages ont été envoyés par l'accusé qui aurait usurpé les comptes de l'étudiante pour brouiller les pistes et retarder les recherches.

Le message du 8 décembre "m'a détruit mentalement", confie Arthur. Mais il était aussi "intriguant" car il était "très convaincant et à la fois absurde. Il n'y avait rien à y répondre".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.55
ciel dégagé
le 19/07 à 06h00
Vent
0.77 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
92 %