Rassemblement contre l'expulsion d'une Congolaise à la préfecture

Publié le 26/06/2019 - 12:00
Mis à jour le 26/06/2019 - 11:33

Pour s'opposer à l'expulsion par le Préfet du Doubs d'Anny Manzamby, en France depuis 8 ans, et de ses quatre enfants scolarisés, un rassemblement de soutien est prévu ce jeudi 27 juin 2019 à 17h30, devant la Préfecture du Doubs.

prefecture_doubs.jpg
©Alexane Alfaro

Il est organisé par le Comité de soutien de cette famille et de RESF 25, soutenus par le CDDLE, les syndicats enseignants FSU et SUD Education.

Ils retracent le parcours de Madame Manzambi : « venant de la République Démocratique du Congo (RDC) elle est arrivée  seule en France en 2011, suite à l'assassinat de son mari, pour des motifs politiques. Très ébranlée psychiquement, elle obtient un titre de séjour étranger malade, se reconstruit petit à petit. Retrouve la trace de ses 4 enfants restés au pays, trouve un emploi en plus de son allocation d'adulte handicapée et a toutes les conditions exigées par le préfet pour  faire venir ses enfants dans le cadre d'un regroupement familial.

Ses enfants arrivent en 2017. L'ainée des enfants, devenue majeure obtient un titre de séjour. Les enfants réussissent très bien leur scolarité (lycée et école primaire) et ont la soif d'apprendre. Ils ont été très peu scolarisés en RDC en l'absence de leur mère.

Comme elle en a le droit (plus de cinq ans en présence régulière en France), Madame Manzambi demande à la préfecture une carte de résident (de dix ans). La préfecture refuse (elle affirme, sans le vérifier,  que Madame n'a pas prouvé qu'elle avait des connaissances de français suffisantes. Le français est la langue officielle de RDC qui fait partie de la francophonie. Madame a été scolarisée en français!).

De plus, la Préfecture (OFII) reconnait qu'elle est encore gravement malade, mais affirme qu'elle peut se faire soigner en RDC alors que selon les organisations internationales  (données OMS: 1 psychiatre pour 1 million d'habitants contre 140 en France) c'est un des pays d'Afrique dont le système de santé est le plus défaillant (médecins et médicaments). »

Ils se réuniront ce jeudi 27 juin à 17h30 devant la préfecture du Doubs et appellent les citoyens à faire de même.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Confinement : des maires bravent l’interdiction de fermeture des commerces

Mise à jour ce 31 octobre •

Les maires de Perpignan ou de villes plus petites, comme Brive (Corrèze), Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ou Aubusson (Creuse), ont pris ce vendredi 30 octobre 2020 des arrêtés autorisant l'ouverture des commerces non alimentaires de leur ville, en contradiction avec les mesures gouvernementales de confinement.

Confinement #2 : un aperçu de Besançon ce vendredi matin…

D’habitude, le vendredi matin, entre 08h30 et 09h00, la ville de Besançon est particulièrement vivante la veille du week-end. Les arrêts de bus et de tram sont pleins, ça grouille de voitures qui se suivent de très près dans des files de feux tricolores... mais ce vendredi 30 octobre, c’était différent, très différent, en cette première matinée de confinement.

A Nice, Macron dénonce « une attaque terroriste islamiste » contre la France

L'opération Sentinelle de 3.000 à 7.000 militaires •

"Très clairement c'est la France qui est attaquée"Emmanuel Macron a dénoncé jeudi depuis Nice "une attaque terroriste islamiste" dans la basilique Notre-Dame qui a fait trois morts, et annoncé le passage de 3.000 à 7.000 soldats pour l'opération Sentinelle pour protéger les lieux de culte et les écoles.

Confinement : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du Premier ministre

Ce jeudi 29 octobre, à quelques heures du début du deuxième confinement en France, le Premier ministre Jean Castex entouré de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, Elisabeth Borne ministre du Travail, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et Olivier Véran, ministre de la Santé, a détaillé la feuille de route.

Besançon : réaction d’Anne Vignot suite au confinement annoncé par le président de la République

La forte dégradation de la situation sanitaire a conduit le président de la République à annoncer un confinement à compter de ce jeudi 29 octobre à minuit. Anne Vignot, maire de Besançon, présidente de Grand Besançon Métropole, prend acte de cette décision, "nécessaire au regard de la crise sanitaire".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.73
partiellement nuageux
le 31/10 à 15h00
Vent
1.55 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
90 %

Sondage