Rein et obésité : 3 millions de personnes atteintes d'une maladie rénale en France

Publié le 10/03/2017 - 10:27
Mis à jour le 11/03/2017 - 09:06

Environ 3 millions de personnes en France sont atteintes d’une maladie rénale. Et près de 11.000 personnes apprennent chaque année qu’elles souffrent d’une insuffisance rénale chronique terminale nécessitant dialyse ou greffe. La semaine nationale du rein, du 4 au 11 mars 2017, met l’accent sur l’obésité, qui multiplie par deux le risque d’insuffisance rénale.

Semaine nationale du rein

En France, 3 millions de personnes souffrent d’une maladie rénale. Un chiffre en progression de 2% par an, avec 10.800 personnes qui apprennent chaque année être atteintes d’une insuffisance rénale chronique terminale. Près de 35.000 personnes sont porteuses d’un greffon rénal et un peu plus de 16.500 patients sont en attente d’une greffe de rein. Enfin, un peu moins de 44.500 patients bénéficient d’un traitement par dialyse.

Diabète et hypertension, responsables de la moitié des cas

Pour la FNAIR (Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux), ce constat pourrait être amélioré par un dépistage précoce. Pour la 12e année, elle organise une opération de sensibilisation et de dépistage anonyme et gratuit sur tout le territoire français. Le thème retenu cette année est l’obésité, facteur multipliant par deux le risque de souffrir d’insuffisance rénale. "En cause, l’hypertension et le diabète directement liés à l’excès de graisse. Ces maladies sont responsables de plus de la moitié des cas d’insuffisance rénale chronique. Mais, même indépendamment de ces pathologies, l’excès de poids est à lui seul un facteur de risque d’insuffisance rénale. D’où l’utilité de dépister annuellement chez les personnes obèses la protéinurie au travers d’une bandelette urinaire ou de doser la créatinine par test sanguin." En cas d’anomalie, ce dépistage peut permettre une prise en charge précoce.

Se faire dépister pour mieux protéger ses reins

La FNAIR rappelle que "pour plus d’un tiers des personnes qui souffrent d’une insuffisance rénale chronique (IRC), le diagnostic est posé au dernier moment : ils doivent alors dialyser en urgence." La fédération met l’accent sur l’importance de maintenir un bon équilibre nutritionnel pour préserver son "capital néphronique" : "Les néphrons sont ces minuscules unités fonctionnelles au sein desquelles s’effectuent la filtration du sang et l’élaboration de l’urine. Malheureusement, une maladie qui ne serait pas détectée à temps peut les détruire de manière irréversible. Bien manger et faire du sport permet de préserver la bonne santé de vos reins."

Info + : La FNAIR 

Créée en 1972, la Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique depuis 1991, qui représente les 80.000 personnes dialysées et greffées du rein que compte la France. Elle mène des actions afin d’améliorer la qualité de la vie et des soins des personnes souffrant d’insuffisance rénale. La FNAIR regroupe 24 associations régionales au service des personnes atteintes de maladies rénales et de leurs proches. Pour plus d’informations : www.fnair.asso.fr

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Mauvais goût de l’eau au centre ville de Besançon : des analyses “temporairement renforcées”

Suite à un incident technique survenu lundi soir sur la station de production d’eau de Chenecey Buillon, les équipes d’astreinte du service de l’eau ont dû modifier les conditions de production et distribution de l’eau alimentant le centre-ville de Besançon

Prévention solaire des dermatologues francs-comtois : “Où que tu sois, du soleil méfie-toi !”

Avec la météo et les températures actuelles, le premier réflexe que l’on a le matin n’est surement pas celui de s’appliquer de la crème solaire avant de partir travailler. Et pourtant… les dermatologues de Franche-Comté, Caroline Biver-Dalle et Hervé Van Landuyt associés à la Ville de Besançon ont rappelé au cours d’une conférence de presse mardi 11 juin 2024 les dangers liés à l’exposition solaire qui ne surviennent pas uniquement lors d’une séance de bronzage...

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.41
pluie modérée
le 17/06 à 6h00
Vent
2.32 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
95 %