Rentrée 2019 : 22 "équivalents temps plein" supprimés dans le second degré sur l'académie de Besançon

Publié le 01/02/2019 - 15:18
Mis à jour le 01/02/2019 - 15:18

Le rectorat de Besançon fait le point ce 1er février 2019 sur le nombre d'élèves attendus, la carte des spécialités par lycée et le nombre d'ETP (équivalent temps plein) supprimés pour la rentrée 2019…

étudiant, dictée, lycée, collège
Image libre de droit ©Komsomolec - Pixabay
PUBLICITÉ

À quoi correspondent les ETP qui seront supprimés ?

Le  ministère a procédé à un « rééquilibrage entre les académies », précise le Rectorat, ce qui conduit à la suppression de 14 équivalents temps plein (ETP) de personnels administratifs et d’encadrement. Dans ce cadre, deux emplois de personnels de direction et 12 emplois administratifs seront retirés  à l’académie.

« Pour autant, les conditions de préparation de rentrée sont maintenues : les taux d’encadrement, arrêtés depuis 2016 dans les collèges, sont conservés et permettent de différencier les dotations en fonction de la difficulté sociale et territoriale, ainsi que l’inclusion scolaire des élèves en situation de handicap et allophones », est-il souligné.

Toujours pour le second degré, l’académie enregistre une augmentation d’effectifs de + 0,16 % (+ 0 ,70% au plan national) soit +120 élèves supplémentaires.

  • Voici le détail par catégorie : 47 930 élèves en collèges (+0.1%), 9 380 élèves en voie professionnelle (-4.5%), 22 850 élèves en voie générale et technologique (-0.1%) et 4 500 jeunes en post-bac (+2.7%)

À propos de la réforme du lycée…

Celle qui a déclenché de vives réactions et manifestation sera mise en place pour la rentrée 2019. Le rectorat de Besançon précise que cette dernière « vise à mieux accompagner les élèves dans la conception de leur projet d’orientation, la poursuite d’études et la réussite dans l’enseignement supérieur ».

Deux heures par semaine seront consacrées  » à l’accompagnement personnalisé pour étayer les apprentissages des lycéens les plus fragiles« , nous indique-t-on. « 54 heures annuelles » seront, elles, consacrées à « l’orientation en seconde, en première et en terminal, deux professeurs principaux en terminal et enfin la suppression des séries de la voie générale, la rénovation des séries dans la voie technologique. » Il est donc désormais nécessaire de choisir des enseignements de spécialité et des enseignements optionnels.

Lors des différentes mobilisations, des manifestants s’inquiétaient de l’éloignement des spécialités créant une forme « d’inégalité entre les élèves ».

À cela, le rectorat répond qu’il a « souhaité privilégier la diversité et la cohérence des parcours des élèves dans une zone géographique raisonnable, tout en permettant des choix originaux et novateurs. L’implantation des spécialités rares a ainsi été guidée par la volonté de les ouvrir au plus grand nombre d’élèves possible en maillant l’ensemble du territoire. La complémentarité a systématiquement été recherchée, plutôt que la mise en concurrence des spécialités ou des établissements, pour assurer la richesse des parcours et la répartition équitable des moyens ».

Info +

  • Concernant le 1er degré : malgré la baisse démographique attendue de -1,40% (soit -1 485 élèves : -594 dans le Doubs, -350 dans le Jura, -441 en Haute-Saône et -100 dans le Territoire de Belfort), l’académie précise qu’elle « -maintiendra ses moyens ».
  • Voir la carte des enseignements de spécialité https://applilocale.ac-besancon.fr/carte-lycees/
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.25
ciel dégagé
le 20/09 à 9h00
Vent
7.12 m/s
Pression
1023.9 hPa
Humidité
46 %

Sondage