Tri des déchets dans les entreprises : "Beaucoup d’efforts restent à fournir"

Publié le 14/11/2019 - 16:15
Mis à jour le 16/11/2019 - 17:31

Selon la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement de Bourgogne-Franche-Comté, 50 % des tonnages éliminés en décharge dans notre région sont des refus de tri, dont la majorité proviennent de centres de tri de déchets d’activités économiques.

PUBLICITÉ

Les inspecteurs de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) Bourgogne-Franche-Comté ont donc mené une série de contrôles sur les principaux centres de tri de déchets d’activités économiques de la région, afin de mieux comprendre la qualité et la quantité des refus éliminés dans les centres de stockage.  En 2015, la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte a fixé des objectifs ambitieux de réduction des tonnages de déchets admis en décharge : - 30 % en 2020 et - 50 % en 2025, par rapport aux capacités autorisées en 2010. Alors que la première échéance approche, les tonnages pris en charge par les installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND) "ne diminuent pas ou peu et les solutions alternatives de valorisation peinent à se concrétiser" précise la Dreal.

En amont du centre de tri, le "tri 5 flux" (papier/carton, plastique, verre, bois, métal) "n'est pas assez mis en place par les entreprises productrices de déchets, alors qu'il s'agit d'une obligation réglementaire depuis 2016 pour toutes celles qui produisent plus de 1 100 litres de déchets/semaine."

Les centres de tri  "ne sont pas en capacité de compenser une absence de tri chez le producteur du déchet"

La quasi-totalité des sites visités ne dispose que d’un grappin pour réaliser le tri : seuls les gros éléments (grands cartons, palettes) peuvent donc être extraits. Les taux de refus parlent d’eux-mêmes : sur les sites visités, en moyenne 92 % des tonnages entrants en mélange partent en décharge. Seuls quelques pourcents sont triés pour rejoindre des filières de valorisation, alors même que les déchets observés contiennent une très grande proportion de matières valorisables.

Les centres de tri de déchets d’activités économiques "ne sont pas en capacité de compenser une absence de tri chez le producteur du déchet : dans l’état actuel des technologies constatées sur ces centres, seul un tri à la source (chez le producteur des déchets) véritablement séparatif (un contenant par type de déchet) permet leur valorisation effective" souligne la Dreal. "Des efforts très significatifs restent nécessaires pour améliorer le tri en amont des installations de stockage".

Les inspections sur ce thème se poursuivront à l’automne et pendant l’année 2020, au niveau des producteurs comme des centres de tri. Des sanctions administratives ou pénales pourront être actées selon les constats.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Christophe Grudler : « Non aux drones américains pour surveiller nos frontières… »

Le député européen de Belfort Christophe Grudler (MoDem), qui vient par ailleurs d'annoncer sa démission de conseiller départemental du Territoire de Belfort, dénonce avec force l'appel d'offres de l’agence européenne Frontex favorisant les drones américains pour la surveillance des frontières en Europe.

Besançon : le Registre des tumeurs du Doubs au CHU reçoit la très bonne note de « AAA »

Le registre des tumeurs du Doubs au CHU de Besançon vient de recevoir la note "AAA", soit la meilleure note de la part du Comité d'évaluation des registres (CER), pour ses travaux d'enregistrement des données, mais aussi de la santé publique et de recherche. Dr Anne-Sophie Woronoff, responsable du Registre des tumeurs du Doubs nous en parle…

Besançon : le Pacte pour la Transition, le « lobby citoyen » pendant la campagne de l’élection municipale 2020

La collectif grand bisontin du Pacte pour la Transition vient de voir le jour à Besançon dans le but de "participer activement à la construction de politiques publiques à la hauteur des enjeux climatiques et sociaux de notre temps". L'occasion de soumettre aux candidats à l'élection municipale de Besançon plusieurs propositions à ajouter à leur programme…

Plusieurs actions de sensibilisation à la pollution à Besançon

Une trentaine d’activistes d’Alternatiba Besançon, ANV-COP21 Besançon et le Collectif Pacte pour la Transition ont organisé mardi 21 janvier 2020 une mobilisation devant trois écoles de Planoise (école Artois, école Champage, école Île de France) pour sensibiliser parents et enseignants et interpeller les candidat.e.s aux élections municipales sur la thématique de la pollution de l’air, en particulier aux abords de la RN57.

Un (gros) coup de pouce pour Shukar, un cheval d’Eternoz

Shukar, un cheval de spectacle et d'école âgé de 14 ans, appartenant à Lucie Miot, une artiste voltigeuse sur cheval à Eternoz, est malade, mais il a des chances d'être sauvé s'il est hospitalisé. Le transport et les soins d'un cheval aussi costaud que celui-ci ont un coût certain. C'est pourquoi un appel à la générosité a été lancé par l'entourage de l'équidé.

Une pétition nationale pour dire stop au démarchage téléphonique

Alors que l’Assemblée nationale va prochainement discuter, en deuxième lecture, d’une proposition de loi sur le démarchage téléphonique, l’ADEIC, l’AFOC, l’ALLDC, la CSF, le CNAFAL, la CLCV, Familles de France, Familles Rurales, l’UFC-Que Choisir et l’UNAF, "tirant les conséquences de l’exaspération des consommateurs et des litiges issus des appels commerciaux non désirés", s’unissent et lancent une pétition "démarchage téléphonique : interdisons le fléau" selon un communiqué de lundi 20 janvier 2020.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.47
légère pluie
le 26/01 à 3h00
Vent
2.04 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
90 %

Sondage