Vaches affamées à St Vit : dix mois de prison avec sursis pour l'éleveur

Publié le 27/05/2019 - 17:33
Mis à jour le 27/05/2019 - 17:33

Le tribunal correctionnel de Besançon a tranché ce lundi 27 mai 2019. L'éleveur, qui avait affamé ses bovins en 2017, a été condamné à dix mois de prison avec sursis. Tout élevage lui est désormais interdit.

© Succo via Pixabay ©
© Succo via Pixabay ©

Un troupeau de dizaines de vaches était parqué dans un pré ans un état déplorable et manquaient cruellement de nourriture en décembre 2017 à Saint Vit. Les services vétérinaires s'étaient rendus à plusieurs reprises sur l’exploitation. Ils avaient constaté le mauvais état sanitaire du troupeau et procédé à l’euthanasie de plusieurs bovins à l’agonie.

L’éleveur qui détenait un troupeau de 350 bovins disséminé sur Saint-Vit expliquait, en décembre dernier, qu’il ne pouvait pas vendre ses animaux, mais qu’il les nourrissait bien tous les jours.

Les services vétérinaires de l’État de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations avaient connaissance des signalements de maltraitance, et ce depuis plusieurs années. « L’éleveur refuse depuis 2013 de réaliser les prophylaxies obligatoires sur son bétail et, à ce titre, les services vétérinaires ont bloqué ses mouvements d’animaux sauf sous laissez-passer vers l’abattoir » indiquait la préfecture du Doubs dans un communiqué.

Le lundi 4 décembre 2017, le préfet avait demandé aux services vétérinaires de mettre en demeure l’éleveur et de procéder aux soins nécessaires aux animaux, de faire enlever les cadavres par le service d’équarrissage. Il avait également saisi la procureure de la République de Besançon en vue d’éventuelles poursuites pénales pour maltraitance sur animaux.

Ce lundi, l'éleveur a été condamné a 10 mois de prison avec sursis, l'interdiction de posséder un élevage et à des dommages et intérêts aux parties civiles (fondation Brigitte Bardot, Humanimo et la SPA)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas « les traits d’un tueur en série » selon une contre-expertise psychiatrique

D'après les conclusions d'un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d'avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas "les traits d'un tueur en série" dans sa personnalité.

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach "inéligible" pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.11
nuageux
le 15/04 à 18h00
Vent
4.52 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
45 %

Sondage