Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l'hôpital de Besançon...

Publié le 25/11/2020 - 16:50
Mis à jour le 26/11/2020 - 11:17

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.

La signature de la convention s’est déroulée ce mercredi en présence de Chantal Carroger, la directrice générale du CHU de Besançon, Joël Mathurin, le préfet du Doubs, Christine de Curraize, la vice-procureure de la République de Besançon, du directeur départemental de la Sécurité Publique, du général le commandant  de groupement de la Gendarmerie départementale, de la présidente du Centre d’Information des Droits des Femmes et des Familles du Doubs, de la présidente de Solidarité Femmes et la présidente de l’association France Victimes 25 Besançon.

Un an après le Grenelle contre les violences conjugales, les services de l’État et tous les acteurs locaux concernés par cette "grande cause du quinquennat" restent mobilisés afin de poursuivre la mise en œuvre des actions prévues par le  Plan départemental signé le 25 novembre 2019 par le préfet du Doubs, les procureurs de Besançon et Montbéliard,  la présidente du Département, le Maire de Besançon et le Maire de Pontarlier.

"Sur un sujet aussi problématique pour notre société et même notre civilisation, il faut que les différentes institutions puissent accepter de pousser les murs. Il faut qu'ils établissent une coopération", souligne Joël Mathurin le Préfet du Doubs.

Un an après le Grenelle contre les violences faites aux femmes, qu'en est-il ?

  • La convention que les acteurs présents ont signée lors de cette visioconférence permettra (la directrice de l'hôpital espère pouvoir la rendre effective dès 1er décembre prochain) de prendre les plaintes de victimes de violences conjugales directement à l'hôpital.

"Cette convention est très claire. On s'oblige à prendre en compte une plainte à la demande du centre hospitalier régional lorsqu'il nous sollicite de jour comme de nuit. La journée, cela sera des policiers spécialisés en la matière qui se déplaceront. La nuit, cela sera des policiers de permanence ou d'astreinte, mais la prise en compte sera immédiate. Elle permettra ainsi une traçabilité de dossiers", explique Michel Klein, Directeur départemental de la sécurité publique du Doubs.

"C'est une amélioration de la prise en charge de violences conjugales parce que l'hôpital est un lieu sécurisé et sécurisant. Ce type de convention permet aussi de sécuriser nos procédures parce qu'une fois que les victimes partent de l'hôpital, il est difficile de les retrouver et avoir une procédure pénale", ajoute Christine de Curraize, la vice-procureure de Besançon. Et d'ajouter : "Il n'y a pas de petits faits de violences".

Cette convention s'accompagnera également de mesures supplémentaires, précise l'hôpital de Besançon : "Quand on parle du CHU, on pense souvent à ses missions qui sont l'enseignement, le soin et la recherche. Mais on oublie souvent la prévention. Je crois que cette convention entre dans ce cadre.  En terme de formation, nous avons encore des choses à faire. Nous aimerions monter une formation pour sensibiliser les personnels soignants", explique Chantal Carroger qui salue le travail de la médecine légale et les services sociaux. Elle souligne que le CHRU a reçu 1.400 consultations de femmes victimes de violences en 2019.

Et du côté des hébergements d'urgence ?

Lors grenelles organisées en 2019, le préfet du Doubs avait évoqué la problématique de l'hébergement d'urgence et du premier accueil. L'hôtel étant souvent privilégié, il expliquait que ce n'était pas satisfaisant, car les femmes se trouvaient isolées.

Vidéo tournée en septembre 2019 :

Y a-t-il eu des améliorations malgré les contraintes liées à la crise sanitaire ?

"Concernant l'hébergement d'urgence, nous fonctionnons toujours avec le 115 dès l'instant où une femme souhaite un hébergement. En terme de mise à disposition d'hébergement, nous avons eu des créations de places supplémentaires (12). On limite le recours à l'hôtel même si cela reste complexe. À ce jour, nous avons à ce jour 104 places dédiées femmes victimes de violences et 214 autres places complémentaires qui peuvent également les accueillir (même si elles ne se sont pas spécifiquement dédiées pour cette cause)", précise Mélanie Geoffroy, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité ( sous autorité du préfet du Doubs).

"Nous avons également raccourci le délai de prise en charge. Quand il y a le déclenchement d'un hôtel, la situation ne dure pas. Très vite, le réseau d'évaluation se déclenche dans les 48 h00 au plus tard", tient à préciser Joël Mathurin.

Quelles structures contacter en cas de violences conjugales et intrafamiliales ?

APPEL 3919 : numéro gratuit et anonyme à destination des victimes de violences sexistes et sexuelles, de leur entourage et des professionnels concernés, fonctionnant de 9h à 21h tous les jours, weekends et jours fériés inclus.

  • La plate-forme téléphonique est également accessible aux femmes en situation de handicap, du lundi au vendredi de 8h30 à 19h, via l’application Roger Voice ou sur le site www.solidaritefemmes.org
  • Solidarité Femmes Besançon reste joignable au 03.81.81.03.90 du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h (sauf les mardis et jeudis matins) ou par mail : chrs@solidaritefemmes25.org  
  • Pour rappel, elle tient une permanence à l'hôpital le mercredi.

En cas de danger, composez le 17 ou le 114 par SMS

  • L’application App-Elles qui permet d’alerter jusqu’à trois contacts de confiance (www.app-elles.fr ) et qui cartographie l’ensemble des structures de prise en charge des femmes victimes de violences pendant le confinement.
  • En plus de ces outils, le dispositif de signalement des violences conjugales dans les pharmacies, mis en place lors du premier confinement, a été pérennisé : le dispositif a été redéployé en BFC avec l’ordre régional des pharmaciens et les services de l’État.
  • Les centres d’information des droits des femmes et des familles maintiennent leur permanence à destination des victimes de violences.
  • CIDFF : informations sur vos droits -10h à12h (lundi au vendredi)- 03 81 25 66 69 contact.cidff25@gmail.com
  • CICS : Santé sexuelle-IVG-Contraception-du lundi au vendredi de 12h à 17h -03 81 83 34 73 coordinationanimation.cics@gmail.com
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Sancey-Belleherbe est la première communauté de communes 100% fibrée de la région

Sancey-Belleherbe devient la première communauté de communes à être 100% fibrée dans la Région Bourgogne Franche-Comté. Qu'est-ce que ça change concrètement ? Quels sont les enjeux à venir ? Denis Leroux, vice-président du département en charge du numérique et président du syndicat mixte Doubs Très Haut Débit, nous en parle...

Sondage – Comment va votre moral en ce moment ?

Cette semaine commence par le Blue Monday (ou Lundi Bleu), c'est-à-dire qu'il s'agit du jour le plus déprimant de l'année. Après une année 2020 difficile sur tous les plans à cause de la Covid-19 et un début 2021 qui n'est rêver personne, nous avons voulu vous demander comment se porte votre moral en ce moment… C'est notre sondage de la semaine.

Blue Monday : comment garder le moral et éviter la déprime en ce moment ?

Aujourd'hui est appelé le "Blue Monday", soit le jour le plus triste de l'année... S'ajoute à cela l'épidémie de Covid-19, les confinements, le couvre-feu, la fermetures des salles de concerts, de spectacle et de tous les lieux culturels, l'actualité internationale peu réjouissante, nos problèmes de la vie quotidienne, sans parler du soleil qui se fait rare en ce moment, garder le moral n'est pas chose évidente pour tout le monde. Voici quelques idées pour éviter la déprime…

Cinq lycées de Bourgogne Franche-Comté équipés de stations hydrogène, une première en France

Le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé vendredi 15 janvier 2021 avoir équipé cinq lycées de stations de stockage d'hydrogène, un investissement de 1,5 million d'euros à vocation "pédagogique", visant à "permettre aux lycéens de comprendre l'énergie  hydrogène".

L’armée de l’Air et de l’Espace recrute et forme dans plus de 50 métiers !

PUBLI-INFO • Vous avez un diplôme allant du brevet des collèges à bac +5, moins de 30 ans et vous avez effectué votre Journée de Défense et Citoyenneté, vous voulez être formé et travailler dans un contexte technologique passionnant ? L'armée de l'Air et de l'Espace recrute et forme dans plus de 50 métiers.

Cinq lycées de Bourgogne Franche-Comté équipés de stations hydrogène, une première en France

Le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté a annoncé vendredi 15 janvier 2021 avoir équipé cinq lycées de stations de stockage d'hydrogène, un investissement de 1,5 million d'euros à vocation "pédagogique", visant à "permettre aux lycéens de comprendre l'énergie hydrogène".

La situation de l’apprenti du boulanger de Besançon en grève de la faim est régularisée

+ réaction de la maire de Besançon • Stéphane Ravacley, boulanger de la rue Rivotte à Besançon, a gagné son combat. Son apprenti d'origine guinéenne, Laye Traoréiné, a été régularisé, apprend-on ce 14 janvier 2021. Après plus d'une semaine de grève de la faim, le boulanger avait fait un malaise ce mardi vers 8h30. Il avait été conduit aux urgences de Besançon.
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.31
couvert
le 19/01 à 18h00
Vent
2.08 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
57 %

Sondage