Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Colette Bourlier, docteure en Géographie à 91 ans à Besançon

©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir
Colette Bourlier ©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir
©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir
©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir
©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir
©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir
©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir
©Alexane Alfaro - cliquez sur l'image pour agrandir
Dr Mamy !

Colette Bourlier, 91 ans, vient de passer sa thèse intitulée " Les travailleurs immigrés à Besançon dans la seconde moitié du XXe siècle " ce mardi 15 mars 2016 à la faculté des Lettres de Besançon. Après avoir reçu la mention "Très honorable" du jury, la jeune docteure en géographie a reçu une médaille de la ville de Besançon des mains du maire, Jean-Louis Fousseret. 

Publicité

Cette thèse s'est achevée après 30 ans de travail "car le sujet le permettait". "C'est un travail extrêmement atypique parce que c'est un travail de thèse qui a duré 30 ans -aujourd'hui une thèse c'est en moyenne trois ans- et qui a été réalisé par quelqu'un qui a commencé sa recherche après son départ en retraite, à l'âge de 60 ans", a estimé son directeur de thèse Serge Ormaux.

Très modeste, Colette Bourlier dit avoir "fait de son mieux que j'ai pu". "Je suis très soulagée parce que je fatigue vite à mon âge" nous confie-t-elle, "Maintenant, je vais me reposer, vivre une vie normale".

Qui est Colette Bourlier ?

Colette est née le 3 avril 1925 à Lyon. C'est en 1944 qu'elle obtient son baccalauréat puis devient institutrice à Besançon. En parallèle, elle commence des études d'histoire-géographie à la Faculté des Lettres de Besançon en 1945. Elle obtient sa licence en juin 1950 et obtient son CAPES d'histoire-géographie en 1956. Elle enseigne l’histoire-géographie à Poligny, puis à Lons-le-Saunier, puis à Besançon à partir du début des années soixante, où elle fera l’essentiel de sa carrière au lycée-collège de Montjoux.

En parallèle, Madame Bourlier s‘investit très fortement dans l’accueil et l’alphabétisation des travailleurs immigrés à Besançon. Elle côtoie alors l’ensemble des organismes qui interviennent dans ce domaine, ce qui lui permettra plus tard d’en dresser un tableau précis et autorisé. 

Le temps de la retraite... et de la maîtrise !

C'est en 1983 que Colette prend sa retraite et décide alors de commencer un travail de recherche universitaire sur la problématique des travailleurs immigrés à Besançon. Elle s’inscrit d’abord en maîtrise à l’Université de Franche-Comté afin de s’initier aux méthodes de la recherche. Elle obtient brillamment ce diplôme en 1984 avec la mention Très bien.

Souhaitant aller plus loin, elle s’inscrit l’année suivante en Diplôme de recherche appliquée (DRA), diplôme qui a disparu aujourd’hui et qui permettait à des personnes n’appartenant pas au monde universitaire de réaliser une thèse, sans limite de durée.

Colette Bourlier se lance alors dans un gigantesque et minutieux travail de compilation et d’analyse. Découvrant sans cesse de nouvelles pistes à suivre, et éprise de perfectionnisme, elle consacre de très longues années à réaliser ce qui est aujourd’hui une véritable somme, rédigée qui plus est dans un style magnifique. Ce sera un socle indispensable à tout chercheur qui travaillera ultérieurement sur un tel sujet, que ce soit dans le domaine de l’histoire, de la géographie, de la sociologie, ou de l’économie.

En effet son travail articule trois entrées fondamentales, celle de l’accueil des travailleurs immigrés par les institutions et la société civile, celle de la démographie de ces populations, appréhendée dans son évolution, et enfin celle de leur participation à la vie économique bisontine, le tout en proposant des comparaisons avec ce qui se passe à d’autres échelles, en particulier à l’échelle nationale.

C’est l’ultime étape de cette belle histoire qui s'est jouée ce mardi 15 mars 2016 lors de la soutenance de thèse, dans l’université où Madame Bourlier aura pénétré pour la première fois il y a plus de soixante-dix ans.

(Avec communiqué)

Alexane

Sujet de thèse : "Les travailleurs immigrés à Besançon dans la seconde moitié du XXe siècle"

Thèse de géographie dirigée par Serge Ormaux et co-encadrée par Jacques Fontaine

Résumé :

Les migrations ont profondément marqué la ville de Besançon dans la seconde moitié du XXe siècle : mutation économique et sociale, dynamisme démographique, apparition et développement de nouvelles cultures... Certes l'immigration a commencé bien avant dans la capitale comtoise (c'est en 1793 que Laurent Mégevand et 80 horlogers suisses s'y sont installés), mais jusqu'au milieu du XXe siècle elle était assez peu nombreuse (elle dépasse à peine 5% de la population de la ville en 1936 et elle n'est que de 2% en 1954) et provenait essentiellement de deux pays voisins : la Suisse et l'Italie, principalement l'Italie du Nord. A partir du milieu des années cinquante, la migration des paysans comtois surnuméraires ne suffit plus aux besoins en rapide augmentation des industries bisontines : l'appel à la main d'œuvre étrangère devient systématique, plusieurs vagues migratoires se succèdent, venant d'abord des régions pauvres de l'Europe méditerranéenne (Italie du Sud, Espagne) et d'Algérie, puis du Portugal et du Maroc et enfin de Turquie (pour les principales nationalités).

Les caractéristiques de ces migrations évoluent avec le temps : avant 1968, la migration est essentiellement le fait des hommes « les travailleurs émigrés », puis commence une lente féminisation qui va se développer rapidement après 1974, suite à l'arrêt officiel de l'immigration et de la mise en place consécutive de la politique de regroupement familial. Ainsi, en une vingtaine d'années, les caractéristiques des migrations ont profondément changé : d'une immigration de travail prévue généralement pour durer quelques années en attendant la réinsertion dans le pays natal, on est passé à une immigration familiale pour laquelle le retour au pays d'origine est devenu un mythe... même si l'on y retourne en vacances et si l'on y a fait construire une maison. Ce changement d'horizon n'est évidemment pas sans conséquences, à la fois sur l'urbanisme (on passe du foyer pour travailleurs célibataires au logement social), les services sociaux et éducatifs,  l'organisation sociétale, en particulier les « frottements » entre cultures, souvent enrichissants (mariages mixtes, apports culturels...), mais parfois conflictuels, surtout dans les dernières années du siècle où le développement du chômage rend l'accès à l'emploi de plus en plus concurrentiel : la dés-industrialisation et la crise économique ont durement frappé les travailleurs migrants, en particulier ceux d'origine extra-européenne, malgré leurs efforts de diversification professionnelle.

Votre météo avec

Evénements de Besançon

Jeu, 14 Décembre 2017 20h00
SALLE BATTANT 48 rue Battant - 25000 Besançon - Besançon
Jeu, 14 Décembre 2017 20h30
HABITAT JEUNES LES OISEAUX - Besançon
Ven, 8 Décembre 2017 0h00 - Ven, 15 Décembre 2017 0h00
19 rue Alain Savary, Besançon TEMIS - Besançon
© DR
Ven, 15 Décembre 2017 20h30
2 Place du Théatre besançon - Besançon
Ven, 15 Décembre 2017 20h30
l'Antonnoir - Besançon