Des grévistes coupent l'électricité à Besançon

Publié le 17/12/2020 - 17:19
Mis à jour le 17/12/2020 - 17:20

Jusqu'à 7.700 clients impactés •

Qui a éteint la lumière ? Des grévistes ! Depuis 9h38 ce jeudi 17 décembre 2020, de nombreux clients ont été concernés par une importante coupure d’électricité, principalement le secteur de Besançon. Tout est revenu à la normale vers 10h15.

 © CC0 Free photos PXB
© CC0 Free photos PXB

Il s’agit de la troisième journée de grève des agents d’EDF après les mobilisation du 26 novembre et du 10 décembre 2020 contre le projet Hercule, actuellement en négociations entre le gouvernement français et la Commission européenne.

  • En France, le taux de grévistes s’établissait à 24,2% de l’effectif total selon la direction d’EDF. La CGT parle de 35% de gréviste de l’effectif présent et de 60% à la production.

La coupure intervenue ce 17 décembre 2020 dans la matinée a principalement concerné des secteurs allant de la grande rue jusqu'aux quartier des Chaprais, du secteur Carnot et jusqu'à la rue de Belfort.

Jusqu'à 7.700 clients ont été impactés. L'électricité a été coupée seulement quelques minutes dans certains endroits du centre-ville. A 10h, 2.800 clients n'avait toujours pas d'électricité notamment sur le haut de la Grande rue et rue de Belfort.

A 10h25, le courant était revenu sur l'ensemble du centre-ville. La coupure a été orchestré par quatre syndicats contre le projet Hercule qui prévoit notamment une séparation entre le parc nucléaire existant d'EDF et une la majeure partie de ses activités liées aux énergies renouvelables, ainsi qu'une ouverture du capital pour ces dernières. Ce projet Hercule mais également Clamadieu  constitueraient selon les syndicats un premier pas vers un démantèlement et une privatisation du groupe. L'objectif est de scinder EDF en trois entités (EDF Bleu, Vert et Azur).

"Ces deux projets sont identiques sur le fond" estime la CGT Mines - Énergie de Besançon. "Ils vont isoler chaque entreprise et les rendre de fait, beaucoup plus vulnérables dans un monde capitaliste de concurrence.Les mobilités professionnelles des agents entre chaque entreprise seront donc impossibles puisqu'il n'y aura plus d'entreprise intégrée (...) Dans ce contexte, c'est donc la fin du statut national et de tout ce qui est commun aujourd'hui aux électriciens et gaziers, actifs et inactifs"  conclut le syndicat.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.21
nuageux
le 25/07 à 03h00
Vent
1.6 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
92 %