Audience de Frédéric Vuillaume et de deux autres Gilets Jaunes : délibération reportée au 15 mai 2019

Publié le 29/04/2019 - 14:52
Mis à jour le 07/05/2019 - 16:03

Mise à jour • Frédéric Vuillaume, membre du syndicat force ouvrière et Gilet Jaune, est convoqué ce lundi 29 avril 2019 au tribunal de Besançon avec deux autres Gilets Jaunes dans le cadre d’une comparution pour outrage après la venue de Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, le 13 mars 2019 à Besançon. Samedi dernier, il avait appelé les Gilets Jaunes à le soutenir. Ce lundi à 13h30, la salle d'audience était pleine et des soutiens attendaient à l'extérieur. La délibération est reportée au 15 mai prochain.

PUBLICITÉ

« On est là », chantent les Gilets Jaunes venus soutenir Frédéric Vuillaume, sa femme et un autre Gilet Jaune habitué des manifestations à leur sortie du tribunal ce lundi.

Samedi à 14h00 place de la Révolution à Besançon, Frédéric Vuillaume a appelé les Gilets Jaunes sur place à se mobiliser pour le soutenir suite à sa convocation au tribunal. Le syndicat FO du conseil régional Bourgogne-Franche-Comté « réaffirme » une nouvelle fois son soutien à la famille Vuillaume : « Oui ces militants auraient eu l’outrecuidance de scander « Castaner assassin  » lors de sa visite à Besançon. Suite à ce propos (d’une violence inouïe), il y a eu une interpellation immédiate de ces trois fauteurs de trouble, garde à vue de 24 heures se soldant par une assignation à comparaître au tribunal », explique le syndicat tout en signalant qu’il serait solidaire de ces « véritables militants sincères et pacifistes ».

Le 28 février dernier, le Gilet Jaune avait été convoqué au commissariat  de police pour « attroupement après sommation de dispersion » ainsi que pour  la « participation à un groupement en vue de commettre des dégradations »« entrave à la circulation » et « organisation de manifestation sans déclaration préalable en préfecture ». Une trentaine de Gilets Jaunes était venue le soutenir.

Le syndicat appelle également « tous les citoyens fervents défenseurs des valeurs républicaines » à apporter leur soutien au trois convoqués ce lundi 29 avril à 13h30 devant le palais de justice de Besançon. »Europe Insoumise » a également exprimé son soutien aux Gilets Jaunes.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.31
couvert
le 26/05 à 21h00
Vent
0.56 m/s
Pression
1015.92 hPa
Humidité
89 %

Sondage