Perquisition au domicile du Gilet Jaune Frédéric Vuillaume

Publié le 28/02/2019 - 19:05
Mis à jour le 01/03/2019 - 10:30

Mise à jour à 19h05 • Alors qu’il était venu au commissariat accompagné d’une trentaine de Gilet Jaune ce mercredi, Frédéric Vuillaume était sorti de garde à vue vers midi. Les policiers ont procédé à une perquisition à son domicile ce jeudi 28 février 2019 à 6h30. A nouveau placé en garde à vue, il a été libéré ce jeudi. Une vingtaine de manifestants s’est regroupée devant le commissariat de Besançon afin de le soutenir. Il pourrait être à nouveau convoqué en vue « d’une présentation au tribunal« , nous précise-t-on.

Frédéric Vuillaume (FO). Photo d'archives. © maCommune.info
Frédéric Vuillaume (FO). Photo d'archives. © maCommune.info

Frédéric Vuillaume, membre du syndicat force ouvrière et Gilet jaune, s'insurgeait ce mercredi soir d'une "garde à vue abusive": "je ne suis pas un bandit", nous confiait-il. Il avait été entendu pour "attroupement après sommation de dispersion » ainsi que pour  la « participation à un groupement en vue de commettre des dégradations », « entrave à la circulation » et « organisation de manifestation sans déclaration préalable en préfecture ».

Ce mercredi soir, une enquête était toujours en cours.

Info +

Le 13 février dernier, une cinquantaine de personnes s’étaient également réunies devant le commissariat de Besançon afin de protester contre la mise en garde à vue de deux Gilets Jaunes, dont la femme de Frédéric Vuillaume. Elle avait été convoquée pour  participation à un attroupement « malgré les sommations » et « complicité dans les violences » à l’encontre des forces de l’ordre. L’autre homme, lui aussi en garde à vue, avait été lui convoqué pour jets de projectiles. L’intersyndicale Solidaires-FSU- CGT-FO avait notamment tenu à adresser leur soutien à Frédéric Vuillaume dans un communiqué suite au courrier du préfet reçu par ce dernier Il stipulait que le droit de manifester était encadré par le principe de la déclaration préalable.

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l’ont à nouveau chanté. Moins d’une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d’après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux « premiers de corvée »

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d’Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s’est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les « Livres dans le Boucle ». La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Départ de la présidente de l’UCB : “Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre…”

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu’un bilan, c’est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Faits Divers

Le MRAP de Besançon dénonce des actes racistes commis à Dole ce dimanche

Ce mercredi 22 mai 2024, le comité local du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon a tenu à apporter son soutien aux deux personnes qui ont arraché une banderole et deux pancartes sur lesquelles on pouvait lire : ''Violeurs étrangers dehors !'', durant une manifestations à Dole le dimanche 19 mai dernier.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.73
partiellement nuageux
le 24/05 à 3h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
97 %