Nicolas Zepeda débouté de sa demande de remise en liberté

Publié le 03/02/2022 - 15:23
Mis à jour le 08/02/2022 - 17:42

Le Chilien Nicolas Zepeda, soupçonné d’avoir assassiné en 2016 à Besançon Narumi Kurosaki, une étudiante japonaise de 21 ans dont le corps n’a jamais été retrouvé, avait une nouvelle fois demandé sa remise en liberté ce 2 février 2022.

Nicolas Zepeda Contreras et Narumi Kurozaki ©DR ©
Nicolas Zepeda Contreras et Narumi Kurozaki ©DR ©

Le jeune homme, qui est en détention provisoire dans l’attente du procès en mars prochain, a vu sa demande de remise en liberté rejetée, selon France Bleu Besançon qui précise que ses avocates ont affirmé à l’audience "qu’il n'avait aucun intérêt à prendre la fuite s'il était remis en liberté".

Le procès de Nicolas Zepeda pour "assassinat" devrait débuter le 29 mars pour une durée de plusieurs semaines à Besançon.

Le jeune homme de 29 ans, qui a toujours contesté tout lien avec la disparition de son ancienne petite amie, encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Il avait contesté en vain son renvoi devant la cour d'assises devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Besançon, le jugeant "injustifié".

Rappel des faits

Son ancien petit ami qu'elle avait rencontré en 2014 au Japon, a reconnu avoir passé une partie de la nuit du 4 au 5 décembre 2016 avec elle dans la chambre du campus bisontin où elle résidait, mais affirme avoir quitté la jeune femme qui était alors selon lui en parfaite santé.

Cette nuit-là, plusieurs étudiants avaient entendu "des hurlements de terreur, des cris" mais personne n'avait prévenu la police. Nicolas Zepeda, extradé du Chili l'an dernier à la demande de la justice française, est le dernier à l'avoir vue vivante.

Malgré d'importantes recherches menées par la police judiciaire, le corps de la jeune femme n'a jamais été retrouvé.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Fromagerie Mulin : le juge des référés maintient la consignation d’1.5 million d’euros

Le 22 novembre 2023, la société Mulin a demandé au tribunal l'annulation de l'arrêté préfectoral la rendant redevable d'une somme d'1.5 million d'euros consignée et destinée à financer la mise aux normes de sa station d'épuration. Le tribunal administratif de Besançon a finalement tranché et ne s'opposera pas à l'arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.35
légère pluie
le 21/02 à 21h00
Vent
7.46 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
84 %