Sous-marins: Montebourg veut mettre à l'écart les cabinets de conseil américains

Publié le 21/09/2021 - 10:38
Mis à jour le 21/09/2021 - 11:35

Arnaud Montebourg, candidat à la présidentielle, a plaidé mardi pour la mise à l'écart par la France des cabinets de conseil qui transmettraient des données stratégiques aux États-Unis, après la rupture par l'Australie d'un contrat pour la construction de 12 sous-marins.  

 © Europe 1 - Capture
© Europe 1 - Capture

"Peut-on accepter que tous les grands cabinets de conseil comme McKinsey, les grandes banques comme Goldman Sachs, les fonds d'investissement (soient) soumis au Patriot Act, c'est-à-dire que la totalité des informations qui circulent dans ces cabinets sont directement capturées et sont sous législation américaine", a affirmé l'ex-ministre sur Europe 1.

"Ce sont ces cabinets qui travaillent avec l'Etat aujourd'hui et les grandes entreprises stratégiques", a-t-il souligné. "Nous devons décider leur mise à l'écart", au profit de "cabinets français qui ne sont pas assujettis au Patriot Act", un ensemble de lois antiterroristes qui prévoit le durcissement des conditions de détentions des étrangers et autorise la surveillance des communications par téléphone ou sur internet.

Arnaud Montebourg a ainsi énuméré une série de dossiers confrontant la France aux Etats-Unis comme la vente de la branche énergie d'Alstom à General Electric à laquelle il s'était opposée en 2014 en tant que ministre de l'Economie de François Hollande.

"Nous avons un sujet de réaffirmation de l'autorité de notre pays", a-t-il estimé avant un Conseil de défense à l'Elysée qui sera consacré à l'affaire des sous-marins australiens.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.61
légère pluie
le 26/10 à 3h00
Vent
1.53 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
100 %

Sondage