Une association des personnes handicapées intellectuelles se plaint de la grève Ginko dans un courrier...

Publié le 23/12/2017 - 14:01
Mis à jour le 25/12/2017 - 00:07

Depuis le 9 septembre 2017, une partie du personnel de Ginko à Besançon est en grève chaque samedi pour manifester contre les conditions de changement d’exploitant des transports. Nous Aussi, l’association française des personnes handicapées intellectuelles à Besançon a écrit un courrier à Ginko le 12 décembre dernier afin d’exprimer le mécontentement des usagers et livrer des témoignages. 

 ©
©

"Nous nous permettons de vous signaler notre mécontentement concernant vos services", écrit l'association. "Nous sommes conscients des inquiétudes des salariés de votre entreprise, mais nous restons des victimes de ces aléas, peu compréhensibles pour nous. En effet, n’ayant pas le permis de conduire, nous avons très peu de solutions de remplacement pour nous déplacer et avoir une vie comme tout le monde." 

"Il est fréquent ces derniers temps d’arriver en retard à un rendez-vous ou au travail" 

L'association dénonce que "depuis plusieurs semaines, nous subissons les retards de bus allant de 30 minutes voir, leurs totales absences. "Il est fréquent ces derniers temps d’arriver en retard à un rendez-vous ou au travail."

Dans son courrier, Nous Aussi énumère une série de témoignages d'usagers : 

  • "Je paie une carte de bus qui ne sert à rien puisqu'il n'y a pas de bus !"
  • " Un chauffeur m’a expliqué pourquoi ils faisaient grève : Ginko va être remplacé par Keolis. Les chauffeurs ont peur d’être licenciés ! On comprend, mais nous n’avons pas à subir leurs problèmes."
  • "Même quand il n’y a pas grève, ils ne nous préviennent pas quand il y a des travaux et que les bus ne viendront pas."
  • "Si on me donne une amende, je la déchirerai devant eux."
  • "On est bloqué quand il n’y a pas de bus !"
  • "Le samedi, au lieu d’avoir un bus toutes les 15 minutes, il y en a seulement toutes les 30, voire 50 minutes."
  • "J’ai un abonnement, mais je paie 7 euros de taxis pour rentrer chez moi le soir."
  • "On en a marre !"
  • Etc. 

Les utilisateurs se plaignent également "des problèmes d'accessibilité à l'information" : "On ne comprend pas toujours les indications sur les panneaux des arrêts de bus." 

D'autres racontent des anecdotes peu sympathiques sur des expériences passées dans les transports :

  • "Quand je demande un renseignement au chauffeur, on m’envoie souvent promener parce que c’est la fin de leur journée"
  • "Un chauffeur m’a insulté de ringard."
  • "Certains chauffeurs sont sympas, mais d’autres sont vraiment méchants parfois."
  • Etc. 

Les demandes de Nous Aussi 

L'association des personnes handicapées intellectuelles à Besançon demande à :

  • "être mieux informés de la durée des grèves, des travaux et tout ce qui concerne le trafic Ginko",
  • "Que les panneaux soient plus compréhensibles pour nous, handicapés intellectuels",
  • "Qu’il y ait plus de bus le week-end en dehors du centre-ville et du boulevard",
  • "Que les chauffeurs soient plus aimables",
  • "Que les bus soient plus à l’heure même en dehors des grèves." 

Infos +

Ce courrier a été envoyé à Ginko mais aussi au maire de Besançon, au président de la Commission intercommunale d’Accessibilité du Grand Besançon, au président de l’Adapei du Doubs, au président de la section locale de Besançon de l’Adapei du Doubs, au directeur général de l’Adapei du Doubs et au président de Nous Aussi National.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

De nouveaux aménagements de la circulation dans le cadran nord-est bisontin

Ces derniers mois, de nombreux riverains et collectifs de riverains ont témoigné des effets positifs ou négatifs du plan de circulation mis en place à titre expérimental à l’automne 2023 dans les quartiers de la Combe Saragosse et du Point du Jour à Besançon. La Ville indique avoir eu des rencontres "particulièrement constructives et riches en propositions" à la suite de quoi, de nouveaux aménagements ont été pensés, a-ton appris le 23 mai 2024.

Défendre la place du vélo dans la ville : une Vélorution le 25 mai dans les rues de Besançon

Les manivelles et l’association vélo Besançon (AVP), convient "tous les cyclistes passionnés ou occasionnels de Besançon et du Grand Besançon" à prendre part à une vélorution le samedi 25 mai à Besançon. Le rassemblement vise à défendre la place du vélo dans l’agglomération et la nécessité d’aménagements en général particulièrement dans la rue de Vesoul, actuellement en travaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.75
couvert
le 28/05 à 21h00
Vent
1.35 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
84 %