Adoption par une homosexuelle : le sénateur Gérard Bailly en remet une couche

Publié le 18/11/2009 - 07:48
Mis à jour le 18/11/2009 - 07:48

Le sénateur UMP du Jura a demandé à l'Etat et au conseil général du Jura de faire appel de la décision du tribunal administratif de Besançon qui a accordé récemment la possibilité d'adopter un enfant à une enseignante homosexuelle.

1258527471.jpg
Gérard Bailly, sénateur UMP, ancien président du conseil général du Jura ©archives carvy
Dans un communiqué, le sénateur qui est aussi vice-président du conseil général, demande au président du conseil général, Jean Raquin, de faire appel de la décision du tribunal qui accorde l'adoption à l'enseignante qui vit en couple depuis 20 ans avec une femme.
Gérard Bailly, qui a précédé Jean Raquin à la tête du conseil général, demande également au gouvernement de saisir le Conseil d'Etat. Il avait opposé son refus à la première demande d'adoption. Il avait ensuite fait appel, en 2000, d'une première décision du tribunal administratif de Besançon qui se positionnait pour l'octroi d'un agrément en vue d'une adoption.
Après avoir pris connaissance de la décision du tribunal, le 10 novembre, le conseil général du jura avait annoncé qu'il ne ferait pas appel.
 
Les juges administratifs lui enjoignaient d'octroyer un agrément d'adoption sous 15 jours à compter de la notification du jugement avec une astreinte de 100 euros par jour de retard.
 
Emmanuelle B. avait demandé au tribunal de lui accorder l'agrément qui lui avait été refusé à deux reprises, en 1998 et 2009, par le Conseil général du Jura. Face au refus des autorités françaises de lui accorder l'agrément, Emmanuelle B. s'était tournée vers la Cour européenne des droits de l'Homme. Celle-ci avait condamné la France pour discrimination sexuelle en octobre 2008.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Prévention des violences et sensibilisation des enfants sur les temps périscolaires et extra-scolaires : appel à projets

Dans le cadre du plan de lutte contre les violences faites aux enfants, lancé en novembre 2019 par Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, les ministères des Solidarités et de la Santé et de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports lancent un appel à projet portant sur la prévention des violences et la sensibilisation des enfants sur les temps périscolaires et extra-scolaires. La date limite d’envoi des projets est fixée au 15 janvier 2021.

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

Sondage – Pensez-vous qu’un couvre-feu dans le département du Doubs soit nécessaire pour limiter la propagation de la Covid-19 ?

De plus en plus de villes françaises doivent respecter un couvre-feu chaque soir de 21 heures à 6 heures pour limiter la propagation du virus et ainsi ne pas submerger les hôpitaux. Le département du Doubs pourrait subir cette mesure à partir de ce week-end : pensez-vous qu'il serait nécessaire pour limiter la transmission du virus ? C'est le sondage de la semaine...

Hacking Health 2020 à Besançon : 13 défis, 13 solutions

Malgré le contexte, et grâce au respect d’un protocole sanitaire exigeant, la 4e édition du Hacking Health de Besançon a réuni le week-end dernier un peu plus de 200 participants à l’UFR Santé. Les 13 équipes, rassemblées autour de leurs porteurs de défis, sont toutes parvenues à des solutions. Elles ont su tirer le meilleur des ressources mises à leur disposition : profusion de matière grise, variété des compétences chez les participants comme les coaches, imprimantes 3D et capteurs électroniques du fablab... 

Covid-19 : quelles nouvelles mesures dans le Doubs à partir de ce samedi 24 octobre ?

Au vu de la dégradation du contexte sanitaire et comme suite à la promulgation d’un nouveau décret du Premier ministre, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a pris ce samedi 24 octobre 2020 un nouvel arrêté fixant des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur dans le département afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Mois sans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.02
légère pluie
le 28/10 à 15h00
Vent
5.39 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
45 %

Sondage