Cantines scolaires bisontines : "c'est un sujet prioritaire ! "(L. Croizier)

Publié le 27/09/2019 - 10:35
Mis à jour le 27/09/2019 - 10:15

Après la colère des parents d'élèves et la recommandation de Jacques Grosperrin (sénateur du Doubs et conseiller municipal de la Ville) de faire appel à un prestataire "extérieur", c'est au tour de Laurent Croizier (Président du MoDem du Doubs et conseiller municipal) de réagir ce mois de septembre 2019.

41_laurent_croizier-1012.jpg
Laurent Croizier se réclame de la majorité présidentielle sur la 1re circonscription du Doubs
PUBLICITÉ

Le président de MoDem du Doubs, s’insurge de « l’impasse » dans laquelle se trouve les parents « qui travaillent et cherchent un emploi où dont la situation familiale a évolué ». Il rappelle que groupe MoDem alertait « déjà la municipalité en 2015, demandait à ce qu’une réflexion sur nos capacités d’accueil soit lancée en 2016, réitérait cette demande en 2017 puis en 2018 avant que le conseil municipal ne vote enfin une étude, début avril 2019″.

Il ironise « Je me réjouis que Monsieur Grosperrin s’intéresse au manque de capacité d’accueil des restaurants scolaires bisontins, six mois avant les élections municipales et cinq mois après qu’une étude ait été votée ». Laurent Croizier affirme attendre avec impatience avec les élus du MoDem « les conclusions et préconisations de cette étude ».

Les pistes/solutions exposées par Laurent Croizier « sur étude depuis 2018 » :

  1. « Pourquoi ne pas faciliter l’accueil des élèves d’école maternelle auprès des assistantes maternelles, offre qui présente l’avantage d’un cadre plus chaleureux et sécurisant pour les enfants, en organisant une centralisation des offres qui simplifierait les démarches des parents et sécuriserait les assistantes maternelles.
  2. Pourquoi ne pas imaginer qu’une partie des élèves de CM2 de certaines écoles, puissent être accueillis lorsque la distance et la capacité le permet, dans leur futur collège ? On prépare ainsi une transition en douceur entre le premier et le second degré.
  3. Pourquoi ne pas profiter de la proximité de structures associatives aux locaux adéquats ou de foyers de personnes âgées par exemple pour favoriser le lien intergénérationnel et la notion de partage ? »

Laurent Croizier souhaite rappeler que « le code de l’éducation affirme l’inscription à la cantine scolaire comme un droit ». La Ville de Besançon a été condamnée en 2017 par le tribunal administratif, décision confirmée en appel début 2019. » Aujourd’hui d’autres parents ont décidé de porter l’affaire devant le tribunal, ce qui signifie que les frais de justice s’accumulent », souligne-t-il avant de conclure : « La capacité d’accueil des restaurants scolaires est donc bien un sujet prioritaire ! « .

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.19
légère pluie
le 15/10 à 6h00
Vent
0.22 m/s
Pression
1007.1 hPa
Humidité
89 %

Sondage