Alerte Témoin

Les "Alsthommes" soulagés... pour les quatre prochaines années

Publié le 04/10/2016 - 18:15
Mis à jour le 05/10/2016 - 14:23

Les salariés d'Alstom Belfort se disaient mardi "soulagés" après l'annonce du gouvernement d'une cascade de commandes et d'investissements pour le site belfortain, tout en restant méfiants quant à l'avenir à long terme de leur usine.

14524481_613248398852376_7778179323436142320_o.jpg
14524481_613248398852376_7778179323436142320_o.jpg

"L'avenir est assuré sur le site de Belfort pour les quatre années à venir", a déclaré Olivier Kohler, délégué CFDT, devant près de 300 salariés rassemblés mardi à 15H00 dans la cour de l'usine pour écouter les explications de leurs délégués syndicaux. "Mais pour le long terme, il n'y a rien de gagné, il faut qu'on reste vigilants et prudents pour que la direction tienne ses engagements", a-t-il souligné.

Dans la cour de l'usine, bras levés, les "Alsthommes" en veste de travail grise et rouge siglée Alstom ont entamé une "ola" victorieuse pour saluer l'abandon du projet de la direction du groupe de transférer l'activité du site de Belfort à Reichshoffen, en Alsace. "Nous sommes des lions !", a lancé un salarié souriant, en clin d'oeil à l'emblème de la ville, le Lion de Belfort, monumentale sculpture de Bartholdi.

Le gouvernement a annoncé mardi matin à Belfort de nouvelles commandes de TGV et de locomotives diesel pour maintenir l'activité de l'usine de Belfort, où Alstom s'est pour sa part engagé à investir 40 millions d'euros en trois étapes d'ici à 2020.

"Hier on était tous virés, aujourd'hui on reste à Belfort, on a gagné, mais j'espère que ça va durer"

Quelques 300 des 480 salariés du site qui a vu naître le TGV dans les années 70 se sont réunis dans la matinée devant l'usine, avant de rejoindre la préfecture où se tenait une "réunion de travail" entre le secrétaire d'État à l'Industrie, le PDG du groupe, les élus locaux et les représentants syndicaux.

Éprouvés pendant un mois par la menace de quasi-fermeture de leur usine, les salariés de Belfort ont franchi mardi les portes de l'usine les traits tirés, mais plus apaisés que durant les semaines écoulées. "Hier on était tous virés, aujourd'hui on reste à Belfort, on a gagné, mais
j'espère que ça va durer", s'est réjoui Hervé Demoulin, 48 ans, dont 32 ans chez Alstom.

Son collègue Patrick Fendeleur, 49 ans, a renchéri : "on est très contents, on a conservé notre savoir-faire et on espère que le TGV restera en France et à Alstom". "Je suis soulagé pour quatre ans, mais j'ai une petite appréhension pour la suite", a toutefois confié ce technicien qualité :  "Le PDG n'a pas pu faire ce qu'il voulait (fermer le site), ça risque d'être repoussé à plus tard".

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

La SNCF confirme la commande de 15 TGV à Alstom

Le conseil d'administration de SNCF Mobilités a approuvé ce jeudi 23 février 2017  la commande au constructeur Alstom de 15 rames TGV, annoncée en octobre par le gouvernement pour sauver le site de Belfort, a indiqué la SNCF

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Economie

Cartes bleues et consommation électrique : des indicateurs pour analyser la reprise d’activité

En juin 2020, l'activité en Bourgogne Franche-Comté a été inférieure de 12% par rapport à la normale selon une note de conjoncture de l'Insee qui utilise de nombreuses données pour analyser la reprise : de la consommation électrique des entreprises jusqu'aux montants des transactions par carte bancaire qui retrouvent un niveau (presque) habituel...

Tabac : l’achat dans les pays voisins sera limité à une cartouche de cigarettes (contre quatre auparavant)

L’Assemblée nationale a voté ce mercredi 8 juillet 2020 en faveur d’une réduction de certains achats de cigarettes et de tabac autorisés dans les pays voisins avant de les ramener en France, dans le cadre de l’examen du troisième projet de budget de crise. Jusqu'à présent, il était possible de ramener quatre cartouches de cigarettes...

Un livre pour les vacances : « Le Loup et la Cigogne » lu par Maxence

Pour cet été 2020, dans la continuité des "Passeurs d'histoire" et du "club lecture des collégiens", l'académie de Besançon en lien avec maCommune.info propose des histoires et des fables à redécouvrir avec Jean De La Fontaine. L'occasion de lire et de faire passer quelques messages à nos enfants ! Aujourd'hui, voici "Le Loups et la Cigogne" lu par Maxence de l'école de Grandfontaine.

Soutien aux PME : la Bourgogne Franche-Comté, première région à mettre en place le « Prêt Rebond »

10 M€ de fonds européens • En réaction à la crise économique liée au Covid 19, la Commission européenne a proposé une "initiative d'investissement en réaction au coronavirus", visant à soutenir les Etats membres les plus touchés et l’économie européenne, en mobilisant notamment le levier des fonds européens. La Bourgogne-Franche-Comté est la première Région à mettre en œuvre le Prêt Rebond sur fonds européens, en lien avec Bpifrance, à hauteur de 10 millions d'euros de FEDER.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     13.6
    nuageux
    le 13/07 à 0h00
    Vent
    2.07 m/s
    Pression
    1021 hPa
    Humidité
    56 %

    Sondage