Les "Alsthommes" soulagés... pour les quatre prochaines années

Publié le 04/10/2016 - 18:15
Mis à jour le 05/10/2016 - 14:23

Les salariés d'Alstom Belfort se disaient mardi "soulagés" après l'annonce du gouvernement d'une cascade de commandes et d'investissements pour le site belfortain, tout en restant méfiants quant à l'avenir à long terme de leur usine.

14524481_613248398852376_7778179323436142320_o.jpg
14524481_613248398852376_7778179323436142320_o.jpg
PUBLICITÉ

« L’avenir est assuré sur le site de Belfort pour les quatre années à venir », a déclaré Olivier Kohler, délégué CFDT, devant près de 300 salariés rassemblés mardi à 15H00 dans la cour de l’usine pour écouter les explications de leurs délégués syndicaux. « Mais pour le long terme, il n’y a rien de gagné, il faut qu’on reste vigilants et prudents pour que la direction tienne ses engagements », a-t-il souligné.

Dans la cour de l’usine, bras levés, les « Alsthommes » en veste de travail grise et rouge siglée Alstom ont entamé une « ola » victorieuse pour saluer l’abandon du projet de la direction du groupe de transférer l’activité du site de Belfort à Reichshoffen, en Alsace. « Nous sommes des lions ! », a lancé un salarié souriant, en clin d’oeil à l’emblème de la ville, le Lion de Belfort, monumentale sculpture de Bartholdi.

Le gouvernement a annoncé mardi matin à Belfort de nouvelles commandes de TGV et de locomotives diesel pour maintenir l’activité de l’usine de Belfort, où Alstom s’est pour sa part engagé à investir 40 millions d’euros en trois étapes d’ici à 2020.

« Hier on était tous virés, aujourd’hui on reste à Belfort, on a gagné, mais j’espère que ça va durer »

Quelques 300 des 480 salariés du site qui a vu naître le TGV dans les années 70 se sont réunis dans la matinée devant l’usine, avant de rejoindre la préfecture où se tenait une « réunion de travail » entre le secrétaire d’État à l’Industrie, le PDG du groupe, les élus locaux et les représentants syndicaux.

Éprouvés pendant un mois par la menace de quasi-fermeture de leur usine, les salariés de Belfort ont franchi mardi les portes de l’usine les traits tirés, mais plus apaisés que durant les semaines écoulées. « Hier on était tous virés, aujourd’hui on reste à Belfort, on a gagné, mais
j’espère que ça va durer », s’est réjoui Hervé Demoulin, 48 ans, dont 32 ans chez Alstom.

Son collègue Patrick Fendeleur, 49 ans, a renchéri : « on est très contents, on a conservé notre savoir-faire et on espère que le TGV restera en France et à Alstom ». « Je suis soulagé pour quatre ans, mais j’ai une petite appréhension pour la suite », a toutefois confié ce technicien qualité :  « Le PDG n’a pas pu faire ce qu’il voulait (fermer le site), ça risque d’être repoussé à plus tard ».

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

L'association a analysé les prix des produits bio en grandes surfaces pendant un an. Les marges brutes sont, en moyenne, 75% plus élevées que pour des produits conventionnels. L'UFC-Que Choisir pointe "les marges excessives" réalisées par la grande distribution sur 24 fruits et légumes bio.

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.06
ciel dégagé
le 24/08 à 18h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1017.86 hPa
Humidité
70 %

Sondage