Meurtre de Narumi : le Chili abandonne les charges contre Nicolas Zepeda Contreras

Publié le 13/06/2018 - 10:23
Mis à jour le 18/04/2019 - 09:52

Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans le meurtre de l'étudiante japonaise fin 2016 sur le campus de Besançon, "est libre de ses mouvementsselon le Parisien. Le journal explique que le Chili a décidé d'abandonner les charges contre son ressortissant, faute de demande d'extradition de la part de la justice française.  

© DR  ©
© DR ©

La justice chilienne a décidé fin mars l'abandon de toute action judiciaire à l’encontre de Nicolas Zepeda Contreras, suspecté d'avoir tué dans la nuit du 4 au 6 décembre 2016  sur le campus de la Bouloie à Besançon son ex petit amie, Narumi Kuosaki. Le jeune homme de 26 ans avait rejoint le Chili, son pays natal. La demande d'extradition n'a toujours pas été envoyée par la France. 

La France avait dans un premier temps envoyé une demande à Santiago-du-Chili le 25 janvier 2017 portant sur le placement en détention du suspect. Une demande d'extradition devait être envoyée début 2017 mais le parquet de Besançon, apprenant qu'il ne pouvait la formuler qu'une seule fois, préfère jouer la prudence. En fin d'année dernière, le parquet de Besançon avait déclaré que le document devait être transmis "probablement"début 2018 "une fois que tous les éléments de l'enquête seront réunis". 

Nicolas Zepeda Contreras est "libre de ses mouvements"

"Désormais, le Chilien est totalement libre de ses mouvements dans son pays, même si un mandat d’arrêt international pèse toujours sur lui, qui l’empêche de voyager à l’étranger" explique le Parisien.  

Le dossier est complexe. L'absence de corps représente un fort risque d'un refus d’extradition du Chili. C'est pourquoi elle n'a pas été formulée. Toutefois, la France ne se refuse pas d'envoyer cette unique demande d'extradition ultérieurement. Mais ne sera-t-il pas alors trop tard pour la justice chilienne ?  

Rappel des faits 

La jeune femme de 21 ans qui résidait dans une chambre de la cité universitaire de Besançon a disparu dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016. Sa disparition n'a été signalée à la police que quinze jours après et beaucoup de temps a été perdu. "Cela a permis au mis en cause de nous échapper", a déploré fin 2017 la procureure de Besançon Edwige Roux-Morizot.  

La police soupçonne l'ancien petit ami chilien de Narumi Kurosaki, Nicolas Zepeda Contreras, 26 ans, qui s'est enfui au Chili, d'être l'auteur du crime. "Depuis le début, toutes les pistes convergent sur l’ex-petit ami de Narumi Kurosaki..." selon la procureure.

Malgré d'importantes recherches en forêt de Chaux, notamment vers Dole dans le Jura, le corps de la jeune femme n'a jamais été retrouvé.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Affaire Narumi : l’instruction sur le point d’être clôturée

Le dossier d'instruction de l'assassinat de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, en 2016 à Besançon, dont l'ancien petit ami chilien Nicolas Zepeda est l'unique suspect, a été transmis au procureur de Besançon en vue de la clôture de l'information judiciaire, a-t-on appris jeudi 7 janvier 2021. Le procès devra se tenir dans un délai d'un an.

Faits Divers

Un caporal du 35e régiment d’infanterie en garde à vue pour détention d’armes et de propagande néonazie

Plus d’une centaine d’armes, des munitions et "des objets avec des croix gammées" ont été découverts le week-end dernier dans l’Eure, au cours d’une perquisition menée par les services douaniers, a indiqué mardi le parquet d’Évreux. Un caporal du 35e régiment d’infanterie est en garde à vue.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.39
légère pluie
le 27/11 à 6h00
Vent
5.4 m/s
Pression
992 hPa
Humidité
94 %

Sondage