Moins de TGV transfrontaliers en Franche-Comté : les élus freinent des quatre fers

Publié le 27/02/2011 - 16:05
Mis à jour le 27/02/2011 - 16:05

D’ici 2014, Les TGV Lyria entre Paris et Lausanne vont être renforcés avec cinq liaisons au lieu de quatre aujourd’hui. Le problème c’est que trois d’ente elles passeront par Genève et non plus par Vallorbe. Seuls les deux aller-retour en matinée et soirée emprunteraient encore l’itinéraire par Vallorbe et donc par le Haut-Doubs.

  De toute part, en France comme en Suisse, la décision de Lyria (filiale à 74% de la SNCF et à 26% des CFF) de passer de quatre à deux TGV circulant sur l’axe Vallorbe-Dijon lève la consternation des élus.

Côté Français, le conseil régional de Franche-Comté  qui a appris la nouvelle par la presse  juge cette décision incompréhensible d’autant qu’elle impacte toute une région. Mais c’est dans le Haut-Doubs à Pontarlier, où l’on est directement concerné, que les réactions sont les plus nombreuses. Les cheminots de Pontarlier et les membres de la Fnaut (Fédération nationale des associations d’Usagers des Transports) devraient d’ailleurs mener des actions de protestation dans les prochains jours.

« Ce serait un coup terrible non seulement pour l’activité économique, touristique, et l'emploi, mais aussi plus globalement pour le développement de l’ensemble de notre territoire" s’inquiètent les élus socialistes de Pontarlier. Même son de cloche pour Philippe Alpy, le maire de Frasne qui ne comprend pas alors que 42 millions d’euros ont été déboursés par les collectivités françaises et suisses pour la réhabilitation de l’axe Dole / Frasne / Vallorbe.

Pour Europe Écologie - Les verts, ces inquiétudes paraissent bien subites et surfaites. « Ces suppressions sont le résultat de la politique menée depuis des années, visant à toujours privilégier la grande vitesse au détriment des transports régionaux. Voilà des années que les écologistes dénoncent ce choix alors que les élus UMP et PS semblent découvrir que les TGV ne s'arrêtent pas dans toutes les gares. Ils sont bien contents aujourd'hui les habitants du Haut-Doubs de savoir que l'on va gagner 30 minutes sur le Paris-Belfort et que cela a endetté la région pour des années ! On s'enorgueillit de la vitesse atteinte par les TGV sur certaines lignes, mais on oublie de dire que le réseau secondaire est si mal entretenu que les TER y roulent aujourd'hui moins vite qu'il y a 30 ans. »

En Suisse, on n’est pas très optimiste. Comme le révèle 24heures, l’épée de Damoclès pèse également sur l’ensemble des rails qui rejoignent l’axe Lausanne-Dijon. « Les Neuchâtelois peuvent craindre le pire pour leur liaison avec Frasne et Pontarlier » explique le journal qui a interrogé Pascal Vuilleumier, chef du Service des transports neuchâtelois.  «La fermeture de la ligne du Val-de-Travers n’a jamais été un tabou pour les CFF […] Pour éviter un tel scénario, le plan de développement de la CTJ prévoyait d’augmenter le nombre de trains circulant entre la capitale cantonale et Frasne, pour donner correspondance aux TGV Lausanne-Paris, via Vallorbe. »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

Besançon : un collectif de riverains soutient le nouveau plan de circulation au Point du jour

Le 26 février 2024, des riverains issus du quartier du Point du jour-Chailluz se sont réunis dans un nouveau collectif afin de "contribuer à l'amélioration de la qualité de vie, du bien-être, et de la convivialité dans les quartiers de l’Est bisontin". Il vise entre autres à promouvoir la sécurité des usagers sur la route et réduire les pollutions sonores.

À Besançon, un irréductible horodateur perdure rue Gambetta malgré l’absence de places de stationnement pour les voitures

Après de longs mois de travaux, la partie supérieure de la rue Gambetta est désormais terminée. Toutefois, un horodateur est toujours en place ce vendredi 1er mars 2024 malgré l'absence de place de parking pour les automobilistes et donc de coût de stationnement à s'acquitter. Désormais au chômage technique, le dispositif interroge quant à sa présence dans la rue.  

La ligne TGV Paris-Lyon sera fermée quatre jours pour travaux du 9 au 12 novembre (SNCF Réseau)

La ligne TGV Paris-Lyon, la plus fréquentée en Europe, sera fermée pendant quatre jours entre le samedi 9 et le mardi 12 novembre 2024 inclus, pour préparer la mise en service d'un nouveau système de signalisation, a indiqué jeudi SNCF Réseau. Les train de Bourgogne-Franche-Comté sont concernés.

Effondrement à Besançon : la rue de Vesoul sera fermée plusieurs semaines à la circulation…

Anne Vignot, la maire de Besançon, a tenu à faire un point mercredi 28 février 2024 suite à l’effondrement de la rue de Vesoul à Besançon. De nombreux services sont mobilisés afin de traiter au mieux ce gouffre de 4 à 5 mètres de profondeur… Du côté du calendrier, aucune date de réouverture de la rue ne peut être communiquée pour l’instant, nous précise-t-on.

À Besançon, une brigade de police intervient désormais dans les transports en commun

À l’occasion du lancement du dispositif de Force d’action républicaine (FAR) le mardi 26 février 2024 à Besançon, la police nationale a présenté la nouvelle Brigade de sécurité des transports en commun (BSTC) mise en place depuis janvier 2024 dans la capitale comtoise. Les agents affectés à cette brigade auront pour principales missions de sécuriser les transports et rassurer la population.

6 M€ d’euros pour moderniser la voie en gare d’Andelot-en-Montagne et des Longevilles-Mont-d’Or 

Du 26 février au 15 juin 2024, SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, réalise des travaux de modernisation de la voie en gare d’Andelot-en-Montagne (39) et des Longevilles-Mont-d’Or (25). Cette opération vise à contribuer à la performance du réseau en garantissant des conditions optimales de régularité et de sécurité des circulations ferroviaires.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.81
légère pluie
le 05/03 à 6h00
Vent
3.58 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
93 %