Procès de l'amiante chez Alstom Belfort : jugement le 5 mai 2017

Publié le 08/03/2017 - 17:51
Mis à jour le 09/03/2017 - 10:50

La cour d’appel de Besançon rendra le 5 mai 2017 son jugement sur le droit de salariés d’Alstom à Belfort à être indemnisés pour avoir été exposés à l’amiante durant leur carrière, a-t-on appris ce mercredi 8 mars 2017 auprès de l’un de leurs avocats.

 ©
©

La cour a mis son jugement en délibéré au 5 mai, à la suite de l'audience tenue mardi, a indiqué le cabinet de Me Anne Lhomet. Elle était saisie par 18 cadres qui avaient été déboutés en décembre 2015 par le conseil de prud'hommes de Belfort (Territoire-de-Belfort) de leur demande d'indemnisation d'un "préjudice d'anxiété" pour exposition à l'amiante, au motif de la prescription des faits.

Le début d'une vague plus importante...

Ce groupe de plaignants n'est que le début d'une vague bien plus importante, puisque 1.650 salariés et anciens salariés réclament des dommages et intérêts, de 15.000 ou 30.000 euros selon les cas, pour exposition à l'amiante entre 1960 et 1985 sur le site Alstom Belfort. Or les prud'hommes de Belfort, qui étaient invités en 2016 à se prononcer sur plusieurs des dossiers, avaient décidé de surseoir à statuer, dans l'attente du jugement en appel pour les cadres.

"Le verdict de la cour d'appel sera donc très important", a exposé Me Lhomet, qui défend par ailleurs 885 salariés adhérents de la Fnath (Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés).

Le débat se concentre pour l'instant sur la prescription des faits. L'action en justice a été lancée en 2014 et Alstom estime qu'elle se situe hors délai, car celui-ci s'arrêterait à juin 2013, en référence à une loi de juin 2008 qui ramène à cinq ans la prescription de droit commun. Les avocats des salariés estiment au contraire que le délai courait jusqu'à mai 2015, soit cinq ans après l'arrêt de la Cour de cassation reconnaissant le préjudice d'anxiété.

Info +

Dans le cas des 18 cadres, les prud'hommes de Belfort avaient donné raison au groupe Alstom, dans une décision de décembre 2015. En revanche, l'an dernier, leurs homologues de Mulhouse (Haut-Rhin) avaient condamné le groupe à verser 10.000 euros de dommages et intérêts à une ancienne salariée. Le site Alstom de Belfort, aujourd'hui partagé entre le groupe français et l'américain General Electric, a été classé "site amiante" en 2007.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.57
nuageux
le 19/04 à 0h00
Vent
1.37 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
93 %