Santé : la Franche-Comté sur le chemin de l’ambulatoire

Publié le 21/01/2015 - 14:02
Mis à jour le 21/01/2015 - 14:48

Professionnels, associations et acteurs de la santé étaient réunis ce 21 janvier 2015, à Besançon pour la traditionnelle cérémonie des voeux de l'Agence régionale de santé (ARS). L'occasion d'aborder les gros chantiers à venir comme le "virage ambulatoire."

Santé : on vous la souhaite !

PUBLICITÉ

Sylvie Mansion partie à la tête de la Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) du Bas-Rhin à Strasbourg, c’est Jean-Marc Tourancheau, directeur par intérim de l’ARS de Franche-Comté, qui s’est plié au traditionnel discours des vœux. Sans oublier d’abord de la remercier « pour son investissement mis aux services des Francs-Comtois durant les cinq années écoulées », il a ensuite évoqué le projet régional de santé, aujourd’hui arrivé « à mi-parcours. « 

Moins de médecins : une nouvelle organisation

La dernière création de l’HéliSmur fait bien sûr partie des sources de satisfaction, tout comme la graduation des soins et la déclinaison des contrats locaux de santé. Chaque Franc-Comtois devant se trouver à moins de 30 minutes d’un centre de soins.

« Ce plan régional a également permis de consolider des filières majeures, comme l’oncologie », a souligné le directeur par intérim. Et d’ajouter au passage, que « la rareté du personnel médical et paramédical appelle nécessairement à une nouvelle organisation territoriale. » À l’image du projet commun récemment engagé entre les centres hospitaliers d’Arbois, de Poligny et de Salins-les-Bains dans le Triangle d’Or.

Vers une offre de santé de proximité

Le directeur par intérim a aussi évoqué le virage de l’ambulatoire souhaité par la Ministre de la santé et dorénavant bien engagé en Franche-Comté, qui « rejoint le milieu du peloton national » sur cette question. Restent les grands chantiers à aborder en 2015, à savoir la création de groupements hospitaliers de territoires. « Le panier de services doit être celui d’une offre de santé de proximité. »

Il sera aussi question dans l’avenir de réduire le temps passé à l’hôpital, d’optimiser toujours plus la prise en charge et de renforcer la qualité des soins. « Des chantiers conséquents et durables auxquels s’ajouteront les grands plans de santé publique (AVC, cancer, maladie mentale, lutte contre les addictions…) Ce sont des thématiques sur lesquelles nous n’avons pas le droit de baisser la garde. »

Pas un mot n’a été dit en revanche sur la succession et la nomination officielle d’un directeur qui pourrait s’inscrire dans le cadre de la fusion Bourgogne-Franche-Comté d’ici 2016.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.73
couvert
le 24/05 à 3h00
Vent
0.83 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %

Sondage