Vesoul : deux policiers renvoyés devant la justice pour des violences lors d'une interpellation

Publié le 23/06/2020 - 10:01
Mis à jour le 23/06/2020 - 09:47

Deux policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) de Vesoul, soupçonnés de violences lors d'une interpellation en février, comparaîtront en septembre devant le tribunal correctionnel de Vesoul, a annoncé ce lundi 23 juin 2020 le procureur.

Les deux policiers seront jugés le 23 septembre pour "violences illégitimes commises par une personne dépositaire de l'autorité publique" et "faux administratifs", a annoncé le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic, lors d'une conférence de presse.

Ils ont reçu une convocation en justice jeudi à l'issue de leur garde à vue dans les locaux l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) à Metz et encourent cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende pour "faux administratif" et trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros pour "violences illégitimes".

Le 16 février, la police avait été appelée devant la gare de Vesoul en raison de la présence de personnes alcoolisées faisant du tapage. Le système de vidéosurveillance avait filmé l'interpellation de deux marginaux alcoolisés par les fonctionnaires de police. Le parquet de Vesoul avait ouvert une enquête dès le 18 février, confiée à l'IGPN, pour éclaircir les conditions de l'interpellation.

"Le résultat de la vidéo fait clairement apparaître l'absence de violences de la part des marginaux et montre une violence incompréhensible des deux fonctionnaires de la BAC", a expliqué M. Dupic. "Le procès-verbal qu'ils ont rédigé est erroné et mensonger par rapport aux déclarations des trois (autres) policiers en tenue qui sont intervenus", a-t-il précisé.

Pour le magistrat, qui souligne qu'il ne s'agit "en aucun cas de violences racistes", ce sont des "actes commis par deux personnes qui ne correspondent pas à ce que l'on est en droit d'attendre de fonctionnaires de polices".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Disparition Estelle Mouzin : Fourniret et son ex-épouse de retour dans les Ardennes

Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier sont arrivés ce lundi 26 octobre dans l'après-midi à Ville-sur-Lumes, dans les Ardennes, où le tueur en série est accusé d'avoir séquestré et tué en 2003 Estelle Mouzin, convoqués dans l'objectif de retrouver le corps de l'enfant après des fouilles infructueuses en juin.

Affaire Narumi : le suspect interrogé dans la chambre de l’étudiante

Nicolas Zepeda, Chilien de 29 ans soupçonné d'avoir tué son ex-petite amie en 2016 à Besançon (Doubs), l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, a été interrogé ce mercredi 21 octobre 2020 sur le campus universitaire pour "confronter ses déclarations à la réalité des lieux", a annoncé dans la soirée le parquet de Besançon à l'AFP.

Disparition d’Estelle Mouzin : Monique Olivier confirme l’implication de Fourniret

Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier sont arrivés, jeudi 15 octobre 2020 au soir, pour une reconstitution, à Guermantes, commune de Seine-et-Marne, sur les lieux où le tueur en série est accusé d'avoir kidnappé en 2003 Estelle Mouzin, alors âgée de 9 ans, avant de la séquestrer puis de la tuer. L'avocat du père d'Estelle Mouzin a révélé, à l'issue de cette reconstitution de six heures, que Monique Oliver, ex-épouse de Michel Fourniret, a confirmé « l'implication » du tueur en série dans la disparition de sa fille.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.55
légère pluie
le 27/10 à 0h00
Vent
2.54 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
97 %

Sondage