Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

"Patriotisme économique" : la France se dote d'un droit de véto pour protéger ses entreprises

©Alexane - cliquez sur l'image pour agrandir
une arme pour contrer GE

Par un décret publié au Journal officiel ce  jeudi 15 mai 2014, le gouvernement français vient de se doter d'un nouvel outil pour lui permettre de bloquer les visées étrangères sur Alstom, et notamment celles de General Electric qui veut racheter le pôle énergie du fleuron industriel français. Plutôt que d'une interdiction, il s'agit d'une autorisation qui peut être accordée sous réserve que l'entreprise respecte certains engagements.

Publicité

Le décret soumet à l'autorisation préalable du ministre de l'Economie les investissements par des groupes étrangers en France, dans les domaines de l'énergie et des transports, mais aussi de l'eau, de la santé et des télécoms.

Concrètement,les investisseurs étrangers devront  désormais respecter certains engagements afin d'obtenir une autorisation de l'Etat pour formuler une offre de rachat. Pour obtenir cette autorisation, les investisseurs étrangers pourront être contraints de revendre certaines activités sensibles à une société indépendante. Depuis 2005, ce dispositif existait déjà dans d'autres secteurs, comme la défense nationale, l'armement, les technologies de l'information ou les jeux d'argent.

Le "patriotisme économique", selon  Arnaud Montebourg

Le texte, cosigné par le Premier ministre Manuel Valls et Arnaud Montebourg, permet également de subordonner l'autorisation de rachat de groupes français à la revente par l'investisseur étranger, à une société indépendante, d'activités faisant partie des secteurs sensibles. De quoi permettre au gouvernement de peser davantage dans le dossier Alstom, dont la branche énergie est convoitée par GE, mais aussi l'allemand Siemens, qui a les faveurs de l'exécutif. Ce texte permet in fine à l'Etat d'endosser le rôle d'arbitre, lui qui privilégie un rapprochement avec l'Allemand Siemens.

Le décret "va nous permettre d'avoir un dialogue et une négociation plus sereine avec les compétiteurs, que ce soit General Electric ou Siemens puisqu'il s'applique à tous les investisseurs étrangers quelle que soit leur nationalité", précise-t-on à Bercy.

"A partir de demain, on rentre dans une phase de négociation active", ajoute un proche d'Arnaud Montebourg. "Il faut discuter avec nous, il n'y a pas d'autre choix." Le feu vert de l'Etat doit intervenir "avant la conclusion définitive" d'un accord de reprise, indépendamment du calendrier fixé par Alstom.

"Nous pouvons désormais bloquer des cessions, exiger des contreparties", assure le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, dans un entretien à paraître dans Le Monde. "Ce pouvoir d'autorisation nous protège contre des formes indésirables de dépeçage et des risques de disparition", ajoute-t-il, évoquant le choix du "patriotisme économique".

(avec AFP)

Damien

Votre météo avec

Evénements de paris