Bilan 2014 : Faurecia a presque doublé son bénéfice

Publié le 12/02/2015 - 11:59
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:23

L'équipementier automobile Faurecia, filiale de PSA Peugeot Citroën, a quasiment doublé son bénéfice net, qui s'établit à 166 millions d'euros en 2014, et maintient les objectifs de chiffre d'affaires, marge et trésorerie qu'il s'était fixés pour 2016.

 ©
©

Le chiffre d'affaires est en hausse de 4,4%, à 18,83 milliards d'euros. A taux de change et périmètre constants, la croissance atteint 5,5%, et la prévision pour 2015 est d'environ 5% à données comparables. Les ventes de produits en Asie ont passé pour la première fois la barre des 2 milliards d'euros et s'établissent à 2,03 milliards (+19%). Elles sont également en croissance en Europe, +6,2% à 7,87 milliards d'euros, mais chutent sur le continent américain : -5,7% en Amérique du Nord, à 3,50 milliards d'euros, et -23,2% en Amérique du Sud à 550 millions d'euros. Faurecia, filiale de PSA Peugeot Citroën, contribue dans une large mesure à la croissance du chiffre d'affaires du constructeur automobile.

"En 2014, Faurecia enregistre une solide progression de son chiffre d'affaires, marquée notamment par une croissance remarquable en Chine, où la hausse est supérieure à 20% pour la sixième année consécutive, et en Europe, où la progression est de 7%", a déclaré le PDG de Faurecia, Yann Delabrière, cité dans le communiqué. "Notre croissance a été supérieure à celle du marché à la fois en Europe et en Asie, ce qui nous a permis d'améliorer significativement nos marges. Le volume est, bien entendu, un fort moteur d'amélioration", a expliqué le directeur financier Michel Favre, jeudi matin lors d'une conférence téléphonique.

La marge opérationnelle s'élève à 673 millions d'euros (538 millions en 2013), et Faurecia précise, dans un communiqué, que "les progressions de marge sont particulièrement remarquables en Europe et en Asie. Une accélération est attendue en Amérique du Nord après une année 2014 de transition".

Frais de restructuration en baisse 

Faurecia avait connu en 2013 une chute de 38% de son bénéfice net, mais avait renoué avec le versement de dividendes à ses actionnaires.

Michel Favre a précisé que l'entreprise maintient, pour 2016, ses objectifs, revus à la baisse en 2013 : chiffre d'affaires supérieur à 21 millions d'euros, marge opérationnelle comprise entre 4,5 et 5%, et une trésorerie nette (cash flow) d'environ 300 millions d'euros. Un programme de réduction des coûts fixes en Europe avait été lancé fin 2012, pour ajuster ses capacités à la crise du marché automobile européen. Les frais de restructuration sont en baisse en 2014, et s'établissent à 77 millions d'euros "dont 14 millions sont relatifs à des actions lancées en Russie et Amérique du sud, où les volumes sont en baisse et les perspectives sont dégradées", détaille Faurecia.

Ces frais s'élevaient à 91 millions d'euros en 2013 et 84 millions en 2012. Les charges financières nettes se sont élevées à 183 millions d'euros en 2014 (188 millions en 2013) "en raison d'une baisse de la dette moyenne". Quant à l'endettement financier net du groupe, il était de 1,39 milliard d'euros à fin décembre 2014, en amélioration par rapport à l'an passé (1,52 milliard). Le flux de trésorerie (cash flow) net s'inscrit à 216 millions d'euros, en hausse par rapport aux 144 millions enregistrés en 2013. Faurecia prévoit qu'il soit "supérieur à 100 millions d'euros" en 2015. Au titre de l'exercice écoulé, Faurecia prévoit le versement d'un dividende de 35 centimes par action.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Premier confinement : les habitants moins victimes d’une dégradation financière en Bourgogne-Franche-Comté

Selon une étude de l’Insee publié le 4 mai 2021, près de 20 % des personnes de plus de 15 ans en Bourgogne-Franche-Comté estiment que leurs finances se sont dégradées lors du premier confinement du printemps 2020 mis en place pour juguler l’épidémie de la Covid-19. Tous les salariés n’ont pas pu bénéficier du travail à distance et des dispositifs de maintien dans l’emploi.

Commerce : Annie Genevard souhaite un assouplissement des règles de circulation en zone frontalière

La députée LR du Doubs et vice-présidente de l'Assemblée nationale a écrit ce mardi 4 mai 2021 à Alain Griset, ministre en charge des petites et moyennes entreprises (PME). Elle appelle à un assouplissement des règles de circulation en zone transfrontalière au moment de la réouverture des commerces le 19 mai 2021

Crise sanitaire : un an après, quel bilan dresser de l’économie mondiale ?

Un an après le premier confinement et le début de la crise mondiale, les États commencent à dresser un premier bilan de leurs économies : quels sont ceux qui s’en sortent le mieux et quels sont ceux qui sont encore à la traîne ? Pour Bruno Duchesne, Directeur Général de la BPBFC, la France fait partie des grands perdants…

Sondage – Quelle est la première chose que vous ferez le 19 mai ?

Le 19 mai 2021, commencera la deuxième étape du déconfinement avec la réouverture des terrasses des cafés et des restaurants, la réouverture des magasins, des musées, des salles de spectacle, des cinémas avec une jauge maximum et des établissements sportifs de plein air. Et vous, ce jour-là, que comptez-vous faire ?
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.69
légère pluie
le 07/05 à 0h00
Vent
5.96 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
98 %

Sondage