Covid-19: la justice retoque l'autorisation donnée à la fête foraine de Chalon

Publié le 03/03/2021 - 17:30
Mis à jour le 03/03/2021 - 18:32

La justice a suspendu ce mercredi 3 mars 2021  l’arrêté du maire LR de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, autorisant la fête foraine dans sa ville en dépit d’une interdiction préalable de la préfecture, a-t-on appris de source judiciaire.

 © FBK G Platret
© FBK G Platret

Gilles Platret  a aussitôt annoncé faire appel de cette décision devant la cour administrative d’appel de Lyon.

Le juge des référés du tribunal administratif de Dijon, saisi par le préfet de Saône-et-Loire, a suspendu l'arrêté du maire du 1er mars 2021 autorisant la fête foraine du 5 au 14 mars 2021, a indiqué le tribunal dans un communiqué.

Le juge a souligné "l'incompétence du maire pour décider d'assouplir les restrictions décidées par le Premier ministre au titre des pouvoirs de police spéciale que lui confère l'état d'urgence sanitaire" et la "violation directe du décret du 29 octobre 2020 interdisant les fêtes foraines", a précisé le tribunal.

Gilles Platret, par ailleurs chef de file LR aux élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté, était venu défendre son arrêté à Dijon, accompagné d'une centaine de forains et de soutiens, qui brandissaient une banderole géante marquée "Nous sommes commerçants et nous voulons travailler".

Prenant la parole devant la petite foule, le maire, coutumier des arrêtés polémiques défiant les interdictions préfectorales, avait assuré vouloir défendre des forains qui "veulent vivre sans mettre personne en danger".

"Nous devons offrir une accalmie, une respiration à la population. J'ai besoin d'assurer la santé psychologique de la population de Chalon-sur-Saône et cette fête foraine y participe" Gilles Platret

Début février, M. Platret avait déjà menacé de "ne pas en rester là" quand la préfecture de Saône-et-Loire avait signifié l'interdiction de la traditionnelle fête foraine "sans aucune concertation", selon l'élu.

"Je ne sais pas quand ce naufrage de l'Etat va prendre fin mais c'est une situation intolérable", avait-il réagi, assurant que, pour lui, la fête foraine n'était "pas annulée".

Connu pour son franc-parler et sa défiance envers l'actuel gouvernement, Gilles Platret avait déjà autorisé, fin octobre, l'ouverture des commerces non-alimentaires dans sa ville, bravant ainsi leur fermeture décrétée au niveau national. L'arrêté municipal avait été retoqué par la justice. Chalon se targue d'être la "seule ville en France" à avoir fait des forains des "citoyens d'honneur".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Statue de Victor Hugo vandalisée : l’un des auteurs explique que " la couleur de peau n’était pas respectée "

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Un ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon confesse des " gestes déplacés " envers une jeune femme

Aujourd’hui âgé de 81 ans et en retraite, Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon, a reconnu avoir eu des "gestes déplacés" envers une jeune femme majeure en 1985. Une enquête est ouverte par la justice pénale et la justice canonique.

Blanchiment lié à l’acquisition d’un château : l’accusé nie s’être fait passer pour mort

Une arrivée "rocambolesque" en France et une mémoire parfois sélective : le principal prévenu dans l'affaire de blanchiment liée à l'achat du château de la Rochepot, en Côte-d'Or, s'est expliqué durant la deuxième journée d'audience, tentant de se défausser sur ses co-prévenus et de brouiller les pistes, mardi 8 novembre à Nancy.

Besançon : Christine Bouquin réagit à l’interpellation de l’ex-directeur de l’Adat

Lundi 17 octobre, Daniel Benazeraf, ancien directeur de l'Agence départementale d’appui aux territoires (Adat), son ex-épouse et la secrétaire comptable de l’agence ont été interpellés après dix mois d’enquête par la police judiciaire de Besançon. 127.000 € de fonds publics ont été détournés. Deux jours après, ce mercredi, la présidente de l’Adat et du Département du Doubs Christine Bouquin a tenu a réagir par voie de communiqué de presse.

Besançon : 127.000 € de fonds publics détournés, l’ex-directeur de l’Adat encourt 7 ans de prison

Le procureur de la république de Besançon est revenu, lors d’une conférence de presse ce mardi 18 octobre, sur la récente arrestation de l’ancien directeur de l’Agence départementale d’appui aux territoires (Adat) dans le cadre d’une enquête préliminaire de détournement de fonds public et d’abus de confiance. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.56
couvert
le 27/11 à 21h00
Vent
1.19 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
87 %