Création d'un intergroupe dans la majorité à Besançon : "nous demandons au maire de retirer cet arrêté"

Publié le 31/08/2018 - 16:13
Mis à jour le 01/09/2018 - 08:08

Un intergroupe s'est officiellement formé ce vendredi 31 août 2018 à Besançon avec 12 élus de la majorité dont deux élus PS, cinq élus EELV et cinq autres élus du Parti communiste. Ensemble, ils souhaitent "montrer une plus grande clarté" et s'opposer aux derniers propos du Premier ministre ainsi qu'à l'arrêté anti-mendicité. Anne Vignot, élue Europe Ecologie Les Verts et Société Civile nous en parle.  

mendicité besançon
mendicité Besançon

Voici les 12 membres de cet intergroupe :

  • PS : Anne-Sophie Andriantavy et Jean Sébastien Leuba
  • PC : Christophe Lime, Thibaud Bize, Elsa Maillot, Emile Briot et Clément Delbende.
  • EELV : Cyril Devesa, Françoise Presse, Anthony Poulin, Claudine Caulet et Anne Vignot.

maCommune.info : Pourquoi avoir créé cet intergroupe ?

Anne Vignot : "On voit depuis un certain temps un glissement sur l'acceptation d'une politique nationale qui a des impactes important sur la politique locale. Il y a donc une remise en cause sur la capacité d'aller jusqu'où nous voulions aller quand nous avions décidé d'un programme commun. Nous voulons donc faire savoir aujourd'hui à quel point nous ne sommes pas d'accord sur ces politiques nationales. Nous voulons donc avoir une parole forte. Et montrer que le groupe qui s'était constitué en 2014 reste vivant et cohérent. Ce que nous voulons faire entendre, à ce qui ont voté pour nous, c'est que cette gauche-là est vivante et doit continuer à vivre. Et ce n'est pas parce que deux de nos membres ont souhaité aller En Marche que nous voulons changer de trajectoire".

mC : Aviez-vous été informé du passage de l'arrêté dit "anti-mendicité" ?

Anne Vignot : "Nous avons un arrêté qui a dépassé largement des intentions qui avaient été discutées. Cela produit un document qui n'est pas digne de la ville de Besançon. Ce n'est pas cette action là que nous voulons mener à Besançon quand on est un élu. Nous avons eu, effectivement, les documents sauf que, pour des raisons complexes, nous n'avons pas eu le document jusqu'au bout, c'est à dire jusqu'à l'écriture de cet arrêté. On s'est arrêté ce soir-là (ndlr : lors de la réunion du 2 juillet 2018) sur la discussion sur l'intention qui nous était exposée d'intervenir sur des problèmes d'incivilités importants sur un secteur très précis. Et sur des formes très précises. C'est cette intention-là qui a été discutée ce soir-là et pas l'écriture d'un arrêté qui fait une liste à la Prévert de toutes sortes d'interdictions qui nous empêcheraient même de respirer dans cette ville. Ce soir-là, en fin de journée, après des discussions sur des dossiers extrêmement lourds comme les logements sociaux et leur avenir. Je refuse le terme de "rétropédalage ", car nous ne voulons pas aller sur de tels arrêtés. Nous demandons au maire de retirer cet arrêté".

mC : N'allez-vous pas peur de fragiliser la majorité ?

Anne Vignot : "Au niveau politique, on est plutôt dans l'enrichissement. Quand une a une parole communiste et socialiste qui trvaialle ensemble que un certain nombre de dossiers, on est plutôt sur un travail de pertinence des projets. Nous avons une vigilance partagée. 

Juste avant les vacances d'été, nous avons dit haut et fort que le gouvernement décidait de son propre chef. Nous ne sommes pas d'accord quand nous voyons qu'au vue des annonces d'Edouard Philippe le week-end dernier, il n'est plus question de politique sociale, de répartition de la richesse. On nous réduit les moyens d'êtres proche de la population".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

arrêté anti-mendicité Besançon

Conseil municipal : les élus LR fustigent la majorité « atomisée » de Jean-Louis Fousseret

Le conseil municipal de Besançon post-polémique autour de l'arrêté anti-mendicité s'annonce houleux ce jeudi 20 septembre 2018. Entre la création d'un intergroupe au sein de la majorité plurielle du maire LREM de Besançon, l'opposition a tenu à s'exprimer. Dans un message posté sur Facebook, le conseiller municipal LR Ludovic Fagaut parle d'une majorité atomisée et émet le souhait de faire avancer certains dossiers...

Election municipale 2020, arrêté polémique, majorité fissurée… : qu’en pense le maire de Besançon ?

VIDEO • L'été 2018 a été tumultueux pour le maire à Besançon : entre polémique autour de l'arrêté dit "anti-mendicité", la création d'un intergroupe au sein de la majorité du conseil municipal ou encore les positionnements pour sa succession, comment voit-il la suite de son mandat jusqu'à l'élection municipale en 2020 ?

Municipales à Besançon : Dahoui appelle au rassemblement de la gauche

A moins de deux ans des élections municipales et suite à la fissure de la majorité plurielle renforcée par la polémique de l'arrêté anti-mendicité du maire LREM de Besançon, l'adjoint au maire (PS) en charge de l'éducation appelle dans une tribune au rassemblement de "toute la gauche bisontine". Pour lui, il est impérieux que la majorité municipale tienne bon. Encore faut-il que les différentes composantes de la gauche à Besançon puissent se parler.

Politique

Covid-19: Castex au front, nouveaux couvre-feux en perspective

"L'heure est grave", au point que Jean Castex remonte ce jeudi 22 octobre 2020 en première ligne pour annoncer le basculement de plusieurs départements en "alerte maximale" contre le Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clef. 54 départements seront à leur tour contraints de respecter un couvre-feu à partir de vendredi minuit. Dans la région, la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et le Jura sont concernés...    

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  

Permanence vandalisée à Besançon : la fédération du Doubs du Parti communiste porte plainte contre le syndicat UNI

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 octobre 2020, la permanence de la fédération du Doubs du Parti communiste à Besançon a été dégradée avec des affiches de l’UNI, le syndicat étudiant connu en région parisienne et qui tente de se réimplanter depuis peu à Besançon. Le PCF a décidé de porté plainte contre ce syndicat pour que "toute la lumière soit faite sur cette événement et que toutes et tous les responsables soient confondus."

Ferrand « souhaite » un report des élections régionales

Le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a dit mercredi "souhaiter" un report des élections régionales prévues en mars, estimant qu'il sera impossible de faire campagne correctement en raison de l'épidémie de Covid-19. La décision doit être prise fin 2020 - début 2021.

Rebond de l’épidémie de Coronavirus : « Il nous reste trois semaines pour agir »

Suite aux annonces gouvernementales, le préfet du Doubs, Joël Mathurin, a précisé l'application locale émanant du décret instaurant l’état d’urgence sanitaire à compter de ce samedi 17 octobre 2020. Masques, rassemblements festifs, interdiction des soirées étudiantes, visites sur rendez-vous dans les Ehpad, registre pour les restaurants... : voici les mesures actuelles et à venir pour ralentir la circulation du virus et éviter un couvre-feu.
EN DIRECT | Conférence de presse sur les mesures de lutte contre la COVID-19.

EN DIRECT | Au lendemain des annonces du président de la République, je m’exprime sur l’application des mesures destinées à lutter contre la COVID-19.

Publiée par Jean Castex sur Jeudi 15 octobre 2020

Covid-19 : un nouveau tour de vis qui concerne toute la France…

Commerces fermés de 21h à 6h dans neuf métropoles, attestations de déplacement et aides aux entreprises... Au lendemain de l'annonce choc d'un couvre-feu par Emmanuel Macron, le gouvernement a détaillé le tour de vis des nouvelles mesures prises pour lutter contre l'épidémie.

Jusqu’à 1000 euros de primes Covid attribuées par le conseil départemental du Territoire de Belfort

Le Département du Territoire de Belfort a connu, en cette année 2020, une crise sanitaire inédite et inattendue. Le président du conseil départemental du Territoire de Belfort, Florian Bouquet, a choisi d’attribuer des primes exceptionnelles aux agents ayant œuvré pendant le confinement. L’attribution de ces primes a été votée à l’unanimité à l’occasion de la séance publique du conseil départemental de mercredi 14 septembre 2020.

Report des régionales ? B. Retailleau réclame une décision fin 2020, A. Genevard invite à être « imaginatif »

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, attaché au "respect du calendrier électoral", a demandé mercredi 14 octobre 2020 qu'une décision soit arrêtée en "fin d'année" ou "tout début" 2021 sur un éventuel report des élections régionales et départementales à cause de la crise du Covid-19. De son côté, la députée du Doubs et vice-présidente LR de l'Assemblée nationale Annie Genevard déclare qu'il est encore trop tôt et met en garde contre de "possibles calculs politiciens" de la majorité présidentielle derrière un éventuel report.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.86
nuageux
le 25/10 à 0h00
Vent
1.58 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
90 %

Sondage