Alerte Témoin

La Ville de Besançon reçoit un Pic d'or de la Fondation Abbé Pierre pour son arrêté anti-mendicité

Publié le 14/02/2019 - 12:13
Mis à jour le 18/04/2019 - 13:48

Pour dénoncer les politiques urbaines consistant à éloigner ou à rendre invisibles les sans-abris dans les centres-ville, la Fondation Abbé-Pierre décerne cette année 2019 un prix, le Pic d'or… La Ville de Besançon n'y échappe pas.

© Valentin Machard
© Valentin Machard

Le Pic d'or est un prix pour dénoncer les dispositifs les plus agressifs imaginés et mis en place par des entreprises, des institutions et des collectivités contre la présence de SDF à certains endroits. Les dispositifs pointés du doigt par la Fondation Abbé Pierre peuvent être du mobilier urbain inconfortable, des picots, des poteaux, des grilles… et des arrêtés anti-mendicité.

Parmi les six villes qui recevront un Pic d'or, on retrouve Paris, Toulouse ou encore Eskilstuna (Suède) et Besançon pour son arrêté anti-mendicité appliqué depuis juillet 2018.

Rappel

Depuis le 9 juillet 2018, la Ville de Besançon a pris un arrêté interdisant "les stations assises prolongées avec des consommations d'alcool accompagnées ou non d'animaux et avec entrave à la circulation". Cet arrêté avait déclenché une vague de réactions déferlant sur les réseaux sociaux et des manifestations au centre-ville de Besançon.

Le maire, Jean-Louis Fousseret avait précisé suite à la polémique : "Ce n’est pas un arrêté anti-mendicité ! On présente cela comme un arrêté anti-mendicité, mais c’est un arrêté qui dit que lorsqu’il y a de la consommation d’alcool accompagné ou non d’animaux, des regroupements, des stations assises prolongées et qu’il y a une entrave à la circulation, c’est interdit. Cette année, on a assisté à une augmentation de ces phénomènes-là. Cela m’a amené à réagir. Mais on a encore le droit de s’assoir à Besançon et de circuler dans la ville…"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

arrêté anti-mendicité Besançon

Conseil municipal : les élus LR fustigent la majorité « atomisée » de Jean-Louis Fousseret

Le conseil municipal de Besançon post-polémique autour de l'arrêté anti-mendicité s'annonce houleux ce jeudi 20 septembre 2018. Entre la création d'un intergroupe au sein de la majorité plurielle du maire LREM de Besançon, l'opposition a tenu à s'exprimer. Dans un message posté sur Facebook, le conseiller municipal LR Ludovic Fagaut parle d'une majorité atomisée et émet le souhait de faire avancer certains dossiers...

Election municipale 2020, arrêté polémique, majorité fissurée… : qu’en pense le maire de Besançon ?

VIDEO • L'été 2018 a été tumultueux pour le maire à Besançon : entre polémique autour de l'arrêté dit "anti-mendicité", la création d'un intergroupe au sein de la majorité du conseil municipal ou encore les positionnements pour sa succession, comment voit-il la suite de son mandat jusqu'à l'élection municipale en 2020 ?

Municipales à Besançon : Dahoui appelle au rassemblement de la gauche

A moins de deux ans des élections municipales et suite à la fissure de la majorité plurielle renforcée par la polémique de l'arrêté anti-mendicité du maire LREM de Besançon, l'adjoint au maire (PS) en charge de l'éducation appelle dans une tribune au rassemblement de "toute la gauche bisontine". Pour lui, il est impérieux que la majorité municipale tienne bon. Encore faut-il que les différentes composantes de la gauche à Besançon puissent se parler.

Arrêté anti-mendicité et municipales 2020 à Besançon : la tribune libre de Nicolas Bodin

La polémique née de l'arrêté dit "anti-mendicité" à Besançon a lancé à coup sûr la campagne des élections municipales de 2020 à Besançon. Après la tribune du député et conseiller municipal Éric Alauzet,  Nicolas Bodin, l'adjoint (PS) du maire marcheur Jean-Louis Fousseret, s'exprime à son tour dans une tribune libre. L'ancien secrétaire départemental du PS  revient sur la démission de Nicolas Hulot, mais aussi et surtout sur l'arrêté municipal du 3 juillet 208 et de ses conséquences comme   la création d'un intergroupe PC/EELV  (avec deux élus socialistes)  au sein de la majorité plurielle. Une majorité fragilisée,  certes, mais une unie selon l'élu autour du programme commun de 2014. Nicolas Bodin pense aussi à 2020 et l'avenir des Bisontins. Il déclare vouloir y prendre toute sa place...

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     27.79
    ciel dégagé
    le 07/08 à 18h00
    Vent
    1.68 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    50 %

    Sondage