Contribution de lecteur - "L'arrêté du Maire de Besançon : pénalisation de la mendicité"

Publié le 19/09/2018 - 09:47
Mis à jour le 18/04/2019 - 13:48

Daniella Chaillet, fidèle lectrice de maCommune.info et militante pour le mouvement Ensemble ! livre son texte au sujet de l'arrêté surnommé "anti-mendicité" voté en conseil municipal à Besançon et qui a défrayé la chronique cet été...

arrêté mendicité
arrêté anti mendicité besançon

Non seulement l'arrêté du Maire du 9 juillet 2018,  au motif  « d'interdiction d’activités constitutives de trouble à la tranquillité publique et à l'ordre public (...) », tente de chasser les mendiants du centre ville,  mais il permet de verbaliser ceux qui font la manche !

Sous la pression, entre autres, d'une partie des habitants et des commerçants du centre ville, nécessité serait de donner plus de pouvoirs aux policiers municipaux. Faisant montre ainsi d'une confrontation directe, et sans retenue, entre les déshérités démunis, entre les pauvres contraints de solliciter quelques pièces de monnaie aux passants pour tenter de survivre et la police municipale. Dans cette chasse à l'homme, entre un policier renforcé dans sa mission initiale et un pauvre n'ayant comme compagne que la misère, la brèche est ouverte. Elle autorise le passant à l'invective, celui-là même qui auparavant jetait un regard indifférent  ou hostile sur ces pauvres hères. Dans ce jeu malsain, d'autres acteurs entrent en piste : des commerçants, des « vigilants » auto-proclamés, des donneurs de leçons de tous poils...

Cette division dans la cité, sur le dos des maillons faibles est d'une indignité crasse. Certes, cette population en difficulté mérite attention ainsi que tous les travailleurs sociaux en lien avec elle. Une autre voie de travail de politique sociale en accord avec les structures adéquates : CCAS (Centre communal d'action sociale), SAAS (Service d’accueil et d'aide sociale), fourneau économique...  eut été non seulement plus appropriée, mais aussi dans la droite ligne des anciens édiles de la ville qui a créé le RMI, édiles qui demeurent une référence en la matière pour Besançon.

Heureusement le tocsin a largement sonné, un peu tardivement tout de même ! Certains médias locaux et nationaux ont joué leur rôle, et malgré la chaleur du mois d'août, l'alerte fut donnée et de nombreux citoyens et militants se sont mobilisés  pour stopper une procédure indigne : un «arrêté scélérat».

Grâce à cette mobilisation un autre arrêté a été pris, retirant toute référence explicite à la mendicité, mais sans changement sur le fond.Bref, le combat continue.

Besançon, le 17 septembre 2018

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

arrêté anti-mendicité Besançon

Conseil municipal : les élus LR fustigent la majorité « atomisée » de Jean-Louis Fousseret

Le conseil municipal de Besançon post-polémique autour de l'arrêté anti-mendicité s'annonce houleux ce jeudi 20 septembre 2018. Entre la création d'un intergroupe au sein de la majorité plurielle du maire LREM de Besançon, l'opposition a tenu à s'exprimer. Dans un message posté sur Facebook, le conseiller municipal LR Ludovic Fagaut parle d'une majorité atomisée et émet le souhait de faire avancer certains dossiers...

Election municipale 2020, arrêté polémique, majorité fissurée… : qu’en pense le maire de Besançon ?

VIDEO • L'été 2018 a été tumultueux pour le maire à Besançon : entre polémique autour de l'arrêté dit "anti-mendicité", la création d'un intergroupe au sein de la majorité du conseil municipal ou encore les positionnements pour sa succession, comment voit-il la suite de son mandat jusqu'à l'élection municipale en 2020 ?

Municipales à Besançon : Dahoui appelle au rassemblement de la gauche

A moins de deux ans des élections municipales et suite à la fissure de la majorité plurielle renforcée par la polémique de l'arrêté anti-mendicité du maire LREM de Besançon, l'adjoint au maire (PS) en charge de l'éducation appelle dans une tribune au rassemblement de "toute la gauche bisontine". Pour lui, il est impérieux que la majorité municipale tienne bon. Encore faut-il que les différentes composantes de la gauche à Besançon puissent se parler.

Arrêté anti-mendicité et municipales 2020 à Besançon : la tribune libre de Nicolas Bodin

La polémique née de l'arrêté dit "anti-mendicité" à Besançon a lancé à coup sûr la campagne des élections municipales de 2020 à Besançon. Après la tribune du député et conseiller municipal Éric Alauzet,  Nicolas Bodin, l'adjoint (PS) du maire marcheur Jean-Louis Fousseret, s'exprime à son tour dans une tribune libre. L'ancien secrétaire départemental du PS  revient sur la démission de Nicolas Hulot, mais aussi et surtout sur l'arrêté municipal du 3 juillet 208 et de ses conséquences comme   la création d'un intergroupe PC/EELV  (avec deux élus socialistes)  au sein de la majorité plurielle. Une majorité fragilisée,  certes, mais une unie selon l'élu autour du programme commun de 2014. Nicolas Bodin pense aussi à 2020 et l'avenir des Bisontins. Il déclare vouloir y prendre toute sa place...

Politique

Pour Annie Genevard, « tous les commerces sont essentiels »

Après avoir rencontré des commerçants de sa circonscription, Annie Genevard, députée LR du Doubs et vice-présidente de l'Assemblée nationale, souhaite insister auprès du gouvernement "pour que ne soient pas fermés les commerces de proximité qui sont essentiels à la vie sociale, surtout dans la période terriblement angoissante que nous vivons. Tous les commerces sont essentiels."

Besançon : réaction d’Anne Vignot suite au confinement annoncé par le président de la République

La forte dégradation de la situation sanitaire a conduit le président de la République à annoncer un confinement à compter de ce jeudi 29 octobre à minuit. Anne Vignot, maire de Besançon, présidente de Grand Besançon Métropole, prend acte de cette décision, "nécessaire au regard de la crise sanitaire".

L’opposition fustige « l’échec » de Macron mais appelle au respect du reconfinement

Un "oui mais de colère", "pilotage incohérent", "échec cinglant" : avant même le débat prévu ce jeudi 29 octobre 2020 au parlement, les partis d'opposition ont fusillé la politique de l'exécutif face au Covid-19, même s'ils appellent au respect du confinement annoncé mercredi par Emmanuel Macron.

Confinement : les mesures précisées ce jeudi à 18h30 par J. Castex

Le Premier ministre s'exprimera ce jeudi 29 octobre 2020 pour détailler les annonces faites par le président mercredi soir, d'abord devant l'Assemblée nationale puis devant le Sénat l'après-midi, où les nouvelles mesures liées au confinement seront soumises à un vote des parlementaires, avant une conférence de presse prévue à 18H30.

Après le couvre-feu, le reconfinement ? E. Macron s’exprimera ce mercredi soir

Le chef de l'Etat présidera un nouveau Conseil de défense ce mercredi 28 octobre dans la matinée, le deuxième en deux jours, avant le Conseil des ministres. Conjectures et rumeurs devraient suivre jusqu'aux annonces d'Emmanuel Macron à 20H00 à la télévision. "Tout peut bouger jusqu'au dernier moment", a prévenu un conseiller ministériel.

Covid-19: Castex au front, nouveaux couvre-feux en perspective

"L'heure est grave", au point que Jean Castex remonte ce jeudi 22 octobre 2020 en première ligne pour annoncer le basculement de plusieurs départements en "alerte maximale" contre le Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clef. 54 départements seront à leur tour contraints de respecter un couvre-feu à partir de vendredi minuit. Dans la région, la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et le Jura sont concernés...    

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.18
ciel dégagé
le 31/10 à 18h00
Vent
1.8 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
96 %

Sondage