Yves-Michel Dahoui lance un appel à la "toute la gauche bisontine"

Publié le 12/09/2018 - 14:39
Mis à jour le 16/04/2019 - 11:39

A moins de deux ans des élections municipales et suite à la fissure de la majorité plurielle renforcée par la polémique de l’arrêté anti-mendicité du maire LREM de Besançon, l’adjoint au maire (PS) en charge de l’éducation appelle dans une tribune au rassemblement de « toute la gauche bisontine ». Pour lui, il est impérieux que la majorité municipale tienne bon. Encore faut-il que les différentes composantes de la gauche à Besançon puissent se parler.

"Il ne fait aujourd'hui aucun doute que les prochaines élections municipales verront une alliance des droites dites "modérées " à Besançon comme ailleurs, soit entre LREM, l'UDI et le MoDem. L'affichage d'une éminente membre du Cabinet du Maire avec un élu MoDem de l'opposition, loin d’être anecdotique, en était la préfiguration.

Jusque-là, il faut que la majorité municipale " tienne". Le seul moyen d'y parvenir, c'est le strict respect du contrat que nous avons passé avec les Bisontines et les Bisontins en 2014. C'est ce qui nous lie et c'est même aujourd'hui le seul lien entre LREM et les autres composantes de la majorité...

Les propos du Président de la République évoquant "tout le pognon qu’on donne pour le social" , la suppression brutale des contrats aidés, le coup porté au pouvoir d’achat des retraités ,le cadeau fiscal généreusement accordé aux plus grandes fortunes, l’influence néfaste des lobbyistes, le refus cynique du gouvernement d’accueillir les migrants recueillis par « l’Aquarius » , illustrant la politique de « fermeture de Gérard Collomb, l’affaire Benalla, les propos méprisants à l’égard des Français tenus à l’étranger par Emmanuel Macron, une centralisation sans précèdent des pouvoirs, qui a amené les trois associations d’élus à boycotter la conférence des territoires et tant d’autres signes comparables depuis le début de ce quinquennat n’ont été contredits ou critiqués par aucun des élus LREM...tels les adeptes d’une secte hypnotisés par leur gourou.

La politique menée sur le plan économique et social est libérale, voire ultra- libérale, applaudie par la classe des « winners » (les premiers de cordée...) et par une bonne partie de la droite en « même temps « qu’elle délaisse celles et ceux qui peinent...

Jean-François Coppé, qui sait de quoi il parle, jure que Macron est le meilleur président de droite de toute la cinquième république.  Avant lui Bruno Lemaire exhortait ses amis « Les Républicains "à le rejoindre", estimant que Macron faisait mieux que Sarkozy....

Lorsque j’étais conseiller général, le discours d’Emmanuel Macron sur les aides sociales était celui tenu par la droite avec moins de vulgarité. Ce discours était combattu par la gauche !

Ce fossé qui se creuse inexorablement rend désormais intenable la cohabitation des différentes composantes de la majorité. Il serait vain de le nier !

Pour toutes ces raisons, de même que se prépare l'alliance des droites "Macron-compatibles", il est indispensable, pour que cette Ville reste à gauche , que toutes les forces progressistes s'unissent d’ores et déjà à partir d'une vision commune et d'un programme qui doit, dès maintenant, les fédérer !  Pas d'angélisme : c'est un défi difficile à relever. Cela suppose, déjà, que le PS, EELV, GÉNÉRATION.S, le PC et la France Insoumise acceptent, à minima...de se parler. Cette simple première phase n'est déjà, malheureusement, pas acquise...

Il convient ensuite que le PS se rende compte qu'il n'est plus hégémonique et qu'il doit composer, alors qu’il est en état de faiblesse, avec les autres forces de gauche ; ce qui ne signifie pas d'aller à Canossa, mais d'influer sur ses « partenaires naturels » à hauteur de ce qu'il représente aujourd'hui.

Nous avons donc tous, à gauche, un défi à relever et chacun devra faire face à ses responsabilités pour éviter que cette Ville ne soit gérée par une alliance qui soutient aujourd'hui, avec pour certains la foi et l'ardeur des nouveaux convertis, une politique ultralibérale et contraire aux valeurs « historiques « de la gauche.

Bien qu'ayant renoncé à toute ambition " personnelle " à l'échéance de 2020, je participerai activement à une dynamique qui rassemblerait tous les progressistes. Il appartient également - et c’est le plus important -  au peuple de gauche à Besançon, décontenancé dans un contexte de totale confusion, de se mobiliser pour amener les politiques à prendre toutes leurs responsabilités.

Les citoyens de cette ville méritent mieux que l’apathie, parfois une tentation populiste, et les querelles stériles qui agitent le microcosme d’une gauche fragmentée et déboussolée."

Yves-Michel Dahoui

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

arrêté anti-mendicité Besançon

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach « inéligible » pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L’heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : “Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition”

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l’élection municipale. Dans un style bien à elle, s’éloignant volontairement des clichés traditionnels des « hommes politiques », elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d’une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L’abstention frôle les 61 %
 

Politique

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.65
légère pluie
le 17/06 à 3h00
Vent
1.43 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
96 %