Alerte Témoin

Les prix des carburants ont encore baissé en France : pourquoi ?

Publié le 26/12/2018 - 09:24
Mis à jour le 16/04/2019 - 12:32

Depuis ces dernières semaines, le prix du litre de gazole baisse aux pompes françaises. À quoi cette diminution (très appréciable des automobilistes) est-elle due ? Réponses…

Le litre de gazole, carburant le plus vendu en France, valait en moyenne 1,4133 euro, soit 1,14 centime de moins que la semaine précédente, selon les relevés hebdomadaires publiés par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Le pétrole en chute

L’essence sans plomb 95 (SP95) s’affichait à 1,4232 euro le litre, en repli de 0,87 centime, tandis que le litre de super SP98 a baissé de 0,95 centime à 1,4873 euro. Le gazole revient ainsi à ses prix de la fin avril, tandis que l’essence n’était pas descendue à ce niveau de toute cette année.

Les cours du pétrole sont restés orientés nettement à la baisse la semaine dernière, reculant de près de 11 %, sur fond de craintes persistantes de surproduction.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février avait terminé vendredi à 53,82 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, son plus bas niveau depuis septembre 2017.

Les cours stabilisés

Les cours se sont stabilisés lundi au cours des échanges européens, à 53,83 dollars pour le baril de Brent, mais sans effacer les pertes massives de la semaine dernière, les investisseurs n’étant que moyennement convaincus par des ministres de l’Opep qui ont affirmé dimanche que le marché serait à l’équilibre en 2019.

Le 5 décembre, confronté à la mobilisation des Gilets jaunes, le gouvernement avait renoncé aux augmentations de taxes sur les carburants pour toute l’année 2019.

Au-delà de l’évolution des taxes, les prix des carburants varient en fonction des cours mondiaux du baril de pétrole brut, du taux de change euro-dollar, du niveau des stocks de produits pétroliers et de la demande.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

L’enseigne de prêt-à-porter Naf Naf en redressement judiciaire

Si de nombreux secteurs subissent de plein fouet la crise économique liée à la crise sanitaire du covi19, les enseignes de prêt-à-porter ne sont pas épargnées dont Naf Naf. L'entreprise est en redressement judiciaire depuis le 15 mai. Deux magasins de la marque sont installés à Besançon depuis de nombreuses années.

Auriez-vous envie de tout casser pour vous détendre à Besançon ?

C'est l'idée de Clément Ducret, 24 ans, et Lucas Chartier, 25 ans, deux jeunes entrepreneurs bisontins : créer un lieu où tout le monde pourrait venir se défouler dans le but d'évacuer son stress… Ce concept de salle de défoulement existe aux États-Unis, au Canada, et dans des grandes villes de France . Avant de lancer le concept à Besançon, les deux entrepreneurs lancent un questionnaire à la population…

« La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise »

Face à la crise du Coronavirus, le secteur de la métallurgie a subi un violent coup d’arrêt en Franche-Comté, région très industrielle dans laquelle l’interdépendance entre les différents secteurs d’activité est forte. Pour le président de l’UIMM Franche-Comté, Jean-Luc Quivogne, "la réussite de la reprise de l’activité dans cette nouvelle période de sortie progressive du confinement est donc vitale pour toutes nos entreprises et c’est par l’engrangement des commandes qu’elles pourront se relever. Le futur plan national de relance du Gouvernement sera déterminant".

EMCO à Dampierre : « C’est une véritable révolution technologique qui se dessine »

LA PAROLE AUX ENTREPRISES • La Communauté de commune de Jura Nord propose une série d’articles sur "l’après-crise" et donne la parole aux entrepreneurs et acteurs associatifs. Ce lundi 25 mai, la collectivité publie une interview du leader européen du tapis d’entrée dont le siège français est basé à Dampierre, la société EMCO France, dont nous nous faisons le relais. Cette entreprise a subi de plein fouet la crise sanitaire avec un arrêt brutal et total de son activité le 17 mars dernier. Son directeur général, Anselme Hoffmann, mise aujourd’hui sur la commande publique pour rebondir et retrouver au plus vite de la croissance. Pour lui, il faudra intégrer plus de télétravail dans les process d’entreprises, enseignement essentiel à tirer de ce marasme sans précédent.

Tourisme et restauration : des députés inquiets. Danielle Brulebois s’alarme des annulations « en cascade » dans le Jura

Plusieurs députés ont plaidé mardi soir pour une réouverture rapide des bars et restaurants, et plus généralement pour une relance du tourisme, des secteurs à "sauver" selon eux dans la crise du coronavirus. La députée LREM du Jura Danielle Brulebois s'inquiète des annulations des réservations en raison du classement rouge de son département. Elle  réclame "une carte départementalisée" et non régionale.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.98
partiellement nuageux
le 27/05 à 9h00
Vent
5.36 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
36 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune