Un "parlement rural" pour inspirer les politiques publiques

Publié le 17/10/2019 - 06:40
Mis à jour le 17/10/2019 - 00:17

Suivre de près les mesures annoncées par le gouvernement dans son « agenda rural«  et mettre de nouveaux sujets sur la table: 300 « acteurs de la ruralité » ont participé mardi 15 et mercredi 16 octobre 2019 à Magny-Cours, près de Nevers, au premier « parlement rural français ».

 ©
©

Au delà du « paradigme qui s’impose aujourd’hui autour d’une métropolisation » du territoire, « nous voulons ruraliser les politiques publiques », a expliqué mercredi Patrice Joly, sénateur socialiste de la Nièvre et président de l’association nationale nouvelles ruralités (ANNR), à l’origine de l’événement.

Élus, associations, entreprises ou encore universitaires "oeuvrant pour les territoires ruraux" ont discuté pendant deux jours, visant notamment à "donner une image positive" de ces territoires qui peuvent être "des opportunités de vie et de développement", selon M. Joly.

Mais l'objectif est aussi de "créer un groupe d'influence", alors que "les territoires ruraux sont insuffisamment pris en compte", selon le parlementaire. "Quatre mesures annoncées par le Gouvernement ont été ciblées et feront l'objet d'un suivi spécifique", ont ainsi annoncé les organisateurs mercredi dans un communiqué, citant la défense du développement rural auprès des institutions européennes, la réduction des zones blanches de téléphonie mobile, le recrutement de médecins et la création de zones de revitalisation commerciale.

D'autres priorités ont également été proposées: accès à un socle de services universels à moins de 30 minutes de trajet, meilleur accueil des personnes âgées en milieu rural, création d'un fonds d'innovation territoriale ou encore délocalisation à la campagne des "services supports" des administrations.

Les participants "ont remis leurs mesures aux groupes ruralités de l'Assemblée nationale et du Sénat pour engager un travail législatif en faveur de nos territoires".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Pornographie : un rapport du Sénat qui dénonce des « violences systémiques »

Ce mardi 27 septembre, quatre sénatrices de divers partis politiques ont rendu un rapport accablant dénonçant de nombreuses et graves dérives dans l’industrie du porno. « Violences systémiques », l’exploitation des femmes, des mineurs trop facilement exposés à la pornographie… Ce rapport intitulé "Porno : l'enfer du décor" appelle le gouvernement à agir.

Crise énergétique : la Ville de Besançon va devoir faire des coupes budgétaires, mais lesquelles ?

La maire de Besançon, accompagnée de 11 membres de la majorité municipales, a convié les médias locaux à une conférence de presse sur la forte augmentation du prix de l’énergie et ses conséquences sur le service public. À ce jour, la Ville de Besançon doit trouver des solutions pour économiser 8 millions d’euros sur sa facture de 2023. Quoi qu’il en soit, comme dans d’autres communes, des coupes budgétaires seront envisagées, mais lesquelles ? Fermeture des musées plusieurs jours par semaine ? Un marché de Noël annulé ou plus sobre ? Des extinctions de l’éclairage des équipements sportifs ?

Bourgogne Franche-Comté : connaissez-vous le CREFOP et ses missions ?

La réunion plénière d'installation du Comité Régional de l'Emploi, de la Formation et de l'Orientation Professionnelles (CREFOP) Bourgogne-Franche-Comté s’est tenue ce jeudi 21 septembre en salle des séances du conseil régional en présence de Fabien Sudry, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, et de Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional.

Programme FEDER-FSE+ : près d’un demi-milliard d’euros mobilisé pour la région et le Massif du Jura

Ce mardi 20 septembre, à la Cité de la gastronomie à Dijon, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté et Patrick Molinoz, vice-président en charge des politiques européennes ont présidé la journée de lancement du programme FEDER-FSE+ Bourgogne-Franche-Comté et Massif du Jura 2021-2027. Le programme, géré par la Région et financé par des fonds européens, a été adopté officiellement le 26 juillet dernier.

Retrait de l’université de Bourgogne de l’UBFC : GBM dénonce « une perte de temps délétère »

Plus tôt dans la semaine, l'Université de Bourgogne a acté sa décision de se retirer de l'UBFC. Ce mercredi 7 septembre, le Grand Besançon Métropole a souhaité réagir avec le Grand Belfort, le Pays de Montbéliard Agglomération et la Communauté d’agglomération de Vesoul en co-signant un communiqué intitulé "UBFC : une perte de temps délétère pour l’enseignement supérieur et la recherche".

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.46
légère pluie
le 29/09 à 9h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1001 hPa
Humidité
96 %

Sondage