Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Un Van Gogh en cadeau qui a coûté cher à la Suisse

Le dessin en question "Vue des Saintes-Maries de la Mer" (1888) - cliquez sur l'image pour agrandir
cadeau empoisonné

La Suisse a dû débourser près de 1,5 million CHF (1,2 M d'euros) pour payer des frais d'avocat dans une procédure aux Etats-Unis pour récupérer un dessin de Vincent Van Gogh, qui lui avait été offerte par le collectionneur Oskar Reinhart.

Publicité

L'affaire a été révélée vendredi par le journal Tages Anzeiger, qui précise que la Suisse a gagné le procès, mais qu'elle ne pourra pas récupérer ses frais d'avocat, une spécificité du droit américain. Le montant des frais d'avocats figure dans un récent rapport du département fédéral (ministère) des finances.

La procédure avait été lancée contre la Suisse aux Etats-Unis par l'héritier d'une collectionneuse d'art qui avait fui l'Allemagne nazie, après avoir vendu ce dessin en 1933 à Oskar Reinhart, un richissime homme d'affaires suisse de Winterthur, grand collectionneur.

Oskar Reinhart a ensuite offert une grande partie de sa collection, dont ce dessin à la Confédération suisse. La plainte a été déposée contre la Suisse en 2009 devant un tribunal de New York par le petit-fils de la collectionneuse juive Margaret Mauthner. Mme Mauthner avait vendu en 1933 ce dessin appelé "Vue des Saintes-Maries de Mer", et a fui l'Allemagne nazie en 1939. Oskar Reinhart a de son côté offert une grande partie de sa collection en 1958 à la Confédération, qui l'a présente dans un musée de Winterthur.

Selon le petit-fils de la collectionneuse, Oskar Reinhart a profité de la situation dans laquelle se trouvait sa grand-mère en 1933 pour acheter à bas prix ce dessin. Le tribunal de New York a réfuté cette argumentation, tout comme l'instance d'appel. La décision est entrée en vigueur en 2012. 

Le dessin, dont la valeur est estimée à plusieurs millions de dollars, est
à nouveau accroché dans le musée de Winterthur présentant la collection Reinhart. L'Office fédéral de la culture, situé à Berne, parle d'un "procès
important, qui fait figure de précédent".

La Confédération a toujours défendu la thèse selon laquelle le prix payé par Oskar Reinhart était juste. La Commission Bergier, qui a publié un rapport sur l'attitude de la Suisse pendant la période de l'Allemagne nazie, est arrivée à une conclusion moins tranchée concernant ce dossier qu'elle a étudié. Selon elle, Oskar Reinhart a eu un comportement qui laisse à désirer, car il connaissait la situation de Margaret Mauthner.

Selon l'historien Thomas Buomberger, cité par le Tages Anzeiger, Oskar
Reinhart n'a pas commis de faute. Dans un autre cas, la Suisse a rendu l'an dernier aux héritiers de la collectionneuse juive Emma Budge un gobelet en argent du 17e siècle qui se trouvait dans un musée.

Dans le cadre de vérifications de provenance, le Musée national suisse
avait établi en 1998 qu'il avait acquis ce gobelet en forme d'alouette appelé "Lerber Lerche" en 1937 à Berlin lors d'une mise aux enchères de la collection Emma Budge.

Selon un rapport de 2011, le prix payé par la Suisse en 1937 n'a jamais été
récupéré par les héritiers, car le montant a été confisqué par les autorités
nazies. Estimant qu'il s'agissait "d'art spolié", la Suisse a remis ce gobelet aux héritiers de la collectionneuse en juin 2012.

(Source : AFP)

Alexane

Votre météo avec

Evénements de Suisse