Ambroisie : la lutte s'intensifie...

Publié le 12/11/2017 - 09:30
Mis à jour le 12/11/2017 - 09:42

Elle gagne du terrain et devient chaque année plus préoccupante. Cette plante exotique envahissante, malheureusement bien connue pour son pollen hautement allergisant disséminé d’août à septembre pose de très sérieux problèmes de santé publique. Le conservatoire botanique national de Franche-Comté se mobilise pour intensifier. Une plateforme intercative de signalement de la plante a été mise en place. 

Depuis 2014, la lutte contre cette espèce est d’ailleurs rendue obligatoire en Franche-Comté par un arrêté préfectoral. Découvrez les dernières actualités. Le 19 juin dernier avait lieu la journée d’information nationale sur l’ambroisie, l’occasion de faire le point entre acteurs de la lutte et de présenter les nouveaux outils disponibles. 

 Dresser une répartition minutieuse de l’espèce pour lutter efficacement

 Inspirés de l’expérience menée par l’Agence régional de santé (ARS) et le Conseil régional de Rhône-Alpes, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté, la FREDON Franche-Comté et le CBNFC-ORI expérimentent cette année un nouvel outil de mise en commun des données : une plateforme interactive (de type « sciences participatives ») de signalement de l’ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.) pour améliorer la lutte.

>> http://www.signalement-ambroisie.fr

Ainsi, toutes les géolocalisations d’ambroisie mutualisées depuis plusieurs années dans un système d’information géographique commun à la FREDON Franche-Comté, animateur régional de la lutte, et le CBNFC-ORI, gestionnaire des données botaniques et phytosociologiques en Franche-Comté et coordinateur régional pour les plantes exotiques envahissantes, ont été mises en ligne sur cette plateforme. Désormais, toutes les personnes bénéficiant d’un accès « partenaires », c’est-à-dire celles ayant sollicité un identifiant et mot de passe, peuvent visualiser avec précision les localisations d’ambroisie inventoriées. Cette consultation leur permet de mieux organiser la lutte au sein de leur commune, puisque ces partenaires correspondent généralement à des référents communaux ou intercommunaux, désignés lors de la prise des arrêtés préfectoraux en 2014.

Gérer plus particulièrement les risques liés aux chantiers BTP

Il était le thème, cette année, de la journée nationale d’information sur l’ambroisie : « la gestion du risque ambroisie pour les chantiers BTP ». C’est à cette occasion qu’a été présentée le « Memento à l’usage des acteurs de Bourgogne-Franche-Comté », un ouvrage dédié à la gestion de l’ambroisie sur un chantier de travaux, issu d’un travail collectif lancé par le Cluster éco-chantiers des travaux publics et auquel a contribué le CBNFC-ORI.

En tant que coordinateur régional pour les plantes exotiques envahissantes, le CBNFC-ORI assiste les gestionnaires routiers de la région pour les aider à mieux prendre en compte ces espèces dans la gestion des dépendances routières dont ils ont la charge.Pour cela, le recensement des localités concernées constitue une étape indispensable. A cette fin, la Direction interdépartementale des routes de l’Est (DIR Est) a sollicité le CBNFC-ORI pour tester une méthode de géolocalisation par caméra embarquée dans un véhicule.

Expérimenter sans cesse de nouvelles méthodes de prospection

Quatre espèces, considérées comme particulièrement problématiques pour les gestionnaires, sont visées : l’ambroisie à feuilles d’armoiseles renouées du Japonla berce du Caucase et l’ailanthe glanduleux. A une allure de 50km/h environ, il s’agit donc de marquer l’emplacement des plantes repérées, pour alimenter la base de données et pouvoir agir en conséquence. L’expérience a d’abord menée le long des RN 57 et 83.

Toute cette démarche s’inscrit dans un programme national d’acquisition exhaustive et harmonisée de données sur les plantes exotiques envahissantes le long du réseau routier national. En effet, la Direction des infrastructures de transport (DIT) du Ministère en charge de l’environnement a sollicité à cette fin le soutien de la Fédération des Conservatoires botaniques nationaux (FCBN) et des Conservatoires botaniques nationaux (CBN) notamment pour produire un protocole de recensement adapté.

L’expérimentation menée en Franche-Comté va permettre de tester techniquement le recensement par caméra embarquée et de proposer des adaptations éventuelles pour une extension à l'ensemble du réseau de la DIR Est.

Encourager l’implication de tous

Vous pouvez vous aussi prendre part à la lutte en signalant l’ambroisie lorsque vous la croisez !

Un formulaire dédié est à votre disposition sur le site internet du CBNFC-ORi www.cbnfc.org

>> L’ambroisie, comment la reconnaître ?

>> L’ambroisie, comment la signaler ?(Rendez-vous sur l'onglet recensement)


Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Les 10 conseils du Codever pour randonner sereinement

Cet été, un randonneur averti en vaut deux. À l’approche des grands départs en vacances, le Collectif de défense des loisirs verts (CODEVER) souhaite informer les touristes pour qu’ils profitent sereinement de leurs balades, à pied, à vélo, à VTT, à cheval, à moto, en quad etc… Que l’on crapahute en montagne, le long des côtes, en forêt, sur les sentiers ou les chemins, voici la charte de bonne conduite soumise par le CODEVER.

Météo : un week-end ensoleillé mais sous les normales de saison en Franche-Comté

Ce premier week-end de grandes vacances ne se déroulera pas partout en Franche-Comté sous les meilleures hospices. Samedi 12 juillet le soleil sera de la partie mais les températures ne sernt pas très élevées pour un mois de juillet. Le dimanche 14 juillet ce sera un peu mieux et au moins la pluie ne devrait pas s'inviter pour le feu d'artifice selon les prévisions de Météo France…

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Sécheresse 2023 : cinq communes de Haute-Saône reconnues en état de catastrophe naturelle

Par arrêté interministériel du 1er juillet 2024 publié au Journal Officiel du 2 juillet 2024, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu pour les communes d'Avrigney-Virey, Bussières, Chenevrey-et-Morogne, et Thiénans pour les dommages causés par des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, sur la période de janvier à mars 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 22.63
partiellement nuageux
le 16/07 à 15h00
Vent
4.82 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
64 %