Bonne nouvelle, le pic de l'inflation est passé... à quoi s'attendre ?

Publié le 29/10/2023 - 18:02
Mis à jour le 27/10/2023 - 15:35

Oui, c'est une bonne nouvelle... Après une hausse continue de l'inflation, le pic est passé, ce qui signifie que désormais, elle est en baisse. Attention, cela ne signifie pas que les prix vont baisser... Explications.

 © Élodie R.
© Élodie R.

La hausse des prix du pétrole depuis l'été 2023, sur fond de conflit en cours entre le Hamas et Israël, ne compromet pas "a priori" la baisse de l'inflation en France, selon l'Insee.

Après deux ans de hausse quasi continue, l'inflation a commencé à montrer des signes d'apaisement au printemps dernier et ce mouvement devrait se poursuivre jusqu'en fin d'année malgré un sursaut cet été en raison des prix de l'énergie.

"Le renchérissement du pétrole ne remet a priori pas en cause le mouvement de reflux de l'inflation engagé depuis plusieurs mois dans la plupart des pays occidentaux", a souligné, mi-octobre 2023, l'Institut national de la statistique dans sa dernière note de conjoncture. Il pointe notamment le repli amorcé dans l'alimentation ou les produits manufacturés.

Les prix du pétrole sont remontés au cours de l'été, mais font depuis plusieurs semaines preuve d'une grande volatilité, fluctuant à la hausse ou à la baisse au gré des inquiétudes sur l'offre, l'Arabie saoudite et la Russie ayant décidé de réduire leur production, et des craintes sur la demande, dans un contexte de taux d'intérêt élevés et de commerce mondial à la peine.

S'y ajoutent de vives tensions géopolitiques. Les investisseurs surveillent ainsi de près le risque d'escalade au Moyen-Orient, après l'attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien suivie du pilonnage de la bande de Gaza mené en représailles par Israël, un conflit qui a déjà fait des milliers de morts.

"A ce stade (...), il n'y a pas de nouvelle flambée" des prix du pétrole, a indiqué Julien Pouget, chef du département de la conjoncture. "On n'est pas à ce stade dans une situation analogue à la guerre du Kippour qui avait provoqué le premier choc pétrolier il y a 50 ans, mais néanmoins c'est un sujet de vigilance pour nos économies", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Mardi 10 octobre, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, avait estimé qu'il n'y avait "pas de raison" de modifier la prévision d'inflation de la Banque centrale européenne de ramener l'inflation vers 2% en 2025.

Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a toutefois prévenu jeudi 12 octobre que le risque économique majeur était désormais "géopolitique" et qu'une extension du conflit entre le Hamas et Israël aurait des conséquences "lourdes" sur la croissance et les prix de l'énergie dans le monde.

Rebond de la consommation

Concernant les prix de l'énergie, alimentés aussi par la hausse des tarifs réglementés de l'électricité, l'Insee prévoit une accélération à 9,9% sur un an en décembre (6,4% en moyenne annuelle), contre 4,4% pour l'inflation dans son ensemble.

Ce renchérissement serait contrebalancé par un ralentissement de la hausse des prix des produits alimentaires, qui étaient devenus ces derniers mois le principal moteur de l'inflation. Leur hausse atteindrait 6,9% en décembre (11,8% en moyenne annuelle), après un pic à presque 16% sur un an en mars.

Pour l'ensemble de l'année 2023, l'Institut national de la Statistique a maintenu sa prévision d'une décrue de l'inflation à 5% en moyenne annuelle (contre 5,2% en 2022).

Cet assagissement sur le front des prix, combiné à une hausse du pouvoir d'achat à la faveur de hausses salariales, permettrait à la consommation des ménages de rebondir aux troisième (+0,4%) et quatrième (+0,2%) trimestres, même si le taux s'épargne demeurerait élevé. De quoi soutenir la croissance, avec une légère hausse de 0,1% du produit intérieur brut (PIB) attendue au troisième trimestre, après un deuxième trimestre marqué par un rebond surprise (+0,5%) du fait d'exportations dynamiques. Le PIB croîtrait ensuite de 0,2% au quatrième trimestre.

”Le gaz est revenu à son prix d’avant crise en Ukraine et l’alimentaire va baisser”, affirme Jean-Luc Mesure, directeur général de la Banque de France à Besançon, ”mais attention, les effets seront différents dans les entreprises et chez les particuliers. Pour autant, il ne faut pas s’attendre à une baisse des prix, la baguette de pain ne pas redescendre pas à 1€, les salaires vont augmenter, mais un peu moins vite, les gens devraient gagner en pouvoir d’achat l’année prochaine".

Selon l'Insee, les taux d'intérêt élevés décidés par la BCE pour refroidir l'inflation devraient toutefois peser sur l'activité au second semestre, pénalisant les investissements des ménages (dans la construction notamment) et des entreprises. Il dévoilera le 31 octobre le taux de croissance effectivement atteint au troisième trimestre.

Sur l'ensemble de l'année, il table sur une croissance de 0,9% du PIB, contre 1% pour le gouvernement et après 2,5% en 2022. Dans ce contexte de ralentissement économique, le taux de chômage devrait remonter légèrement à 7,3% en fin d'année. Le ministère de l'Economie et des Finances a jugé ces prévisions "rassurantes" pour l'économie française.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Chez Tata Céline, la boutique où le temps semble s’être arrêté…

PUBLI-INFO • La table en formica de Mamie, les verres de la cantine, le mange-disque d’anciennes soirées endiablées… Tata Céline s’emploie à chiner essentiellement en Franche-Comté des objets du quotidien des années 50,60 et 70 à retrouver dans sa boutique, rue de la Madeleine à Besançon.

Le Groupe Chopard installe la marque BYD à Besançon

PUBLI-INFO • Le paysage automobile bisontin accueille depuis le 13 mai un nouvel acteur. Le Groupe Chopard distribue une nouvelle marque électrique en intégrant le constructeur chinois BYD, 1er constructeur mondial de véhicules 0 émission. Vous retrouvez au sein de ce nouveau showroom une gamme prête à se faire une place sur le segment des premiums avec de solides arguments : savoir-faire électrique, prestations innovantes et équipements haut de gamme.

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 26.65
peu nuageux
le 24/06 à 18h00
Vent
3.95 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
48 %