Conférence citoyenne sur l’avenir des Vaîtes : les précisions de la Ville de Besançon aux Jardins des Vaîtes

Publié le 04/06/2021 - 10:04
Mis à jour le 16/09/2021 - 08:30

Suite aux demandes de l’association « Le Jardin des Vaîtes », la Ville de Besançon tient à apporter un certain nombre de précisions quant au fonctionnement de la démarche participative mise en place dans un communiqué du 4 juin.

D'emblée, la Ville répond à la question Contrairement à ce qui est indiqué par le Jardin des Vaîtes, la seule clause de confidentialité demandée aux 50 membres est ainsi rédigée : "Tout au long de la conférence citoyenne, les membres sont autorisés à communiquer sur leur participation à la conférence à leur entourage et sur les réseaux sociaux. Ils doivent néanmoins toujours s’exprimer à titre individuel et non pas au titre du collectif de la conférence citoyenne. Chaque membre de la conférence citoyenne s’engage à ne pas diffuser, représenter, reproduire, distribuer auprès d’un tiers ou sur les réseaux sociaux les informations, les interventions et les propos d’'autres participants de la conférence citoyenne, ceci notamment afin de préserver les libertés individuelles,protégées par la loi. Les documents de travail et la production de la conférence citoyenne sont par ailleurs strictement confidentiels et ne doivent en aucun cas être communiqués par ses membres."

La Ville précise que "l’objectif étant de protéger le travail en cours des citoyen·ne·s et de leur laisser la possibilité de s’exprimer librement pendant les séances. Les 50 bisontin·e·s sont évidemment libres dans leur expression. Il leur est simplement demandé de s’exprimer à titre individuel et non au titre du collectif de la conférence citoyenne."

Les documents à la disposition de chaque partie

L’ensemble des documents consultés par les membres du GEEC a été mis à disposition des élus, des journalistes qui en ont fait la demande et du Jardin des Vaîtes à la demande de leurs coprésidentes. Les citoyens membres de la conférence citoyenne ont accès à ces mêmes documents. Les documents les plus utiles avaient d’ores et déjà été mis en ligne sur la plateforme Jenparle dès le mois de mars.

Ces éléments sont complétés par des auditions de différents acteurs liés au projet.

Les garanties de la Ville de Besançon

"Pour réussir cet exercice démocratique exigeant et affirmer la transparence, l’éthique et la pluralité des opinions", la ville de Besançon a mis en œuvre les garanties suivantes :

  • les présidents de l’ensemble des groupes politiques du conseil municipal ont été associés aux différentes étapes de conception de la conférence citoyenne, seul le groupe Besançon Maintenant a décliné l’invitation ;
  • un huissier de justice a sécurisé les étapes du tirage au sort ;
  • l’ensemble des séances de la conférence est enregistré au format audio (afin de pouvoir avoir une preuve en cas de recours) ;
  • l’agence Res Publica a constitué seule le panel et est chargée de l’animation. La Ville ne dispose pas de la liste des 50 citoyen·ne·s,
  • les opposants au projet, dont le Jardin des Vaîtes, sont invités à présenter leurs arguments lors de la deuxième journée de travail, le 19 juin.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Il y a 80 ans, les femmes obtenaient le droit de vote : l’hommage d’Aline Chassagne à Besançon

Il y a 80 ans, le 21 avril 1944, les femmes obtenaient le droit de vote en France. Aline Chassagne, adjointe à la maire de Besançon en charge de la culture et du patrimoine historique, a rendu hommage, samedi matin rue Gisèle Halimi, à celles qui se sont battues pour avoir ce droit. Elle a également appelé à "retourner aux urnes".

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Un Français n’obtient pas la naturalisation suisse… après avoir tondu le gazon les jours fériés

INSOLITE • Un résident français de Clos-du-Doubs, commune suisse du canton du Jura, s’est vu refuser la naturalisation suisse lors de l’assemblée communale du canton du Jura le 10 avril 2024. Pourquoi ? Il lui a été reproché notamment d’avoir tondu sa pelouse pendant des jours fériés, rapporte nos confrères du Quotidien Jurassien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.96
couvert
le 22/04 à 6h00
Vent
2.12 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
94 %