Deux ans après les attentats au Bataclan : quelle sécurité à La Rodia à Besançon ?

Publié le 13/11/2017 - 18:15
Mis à jour le 14/11/2017 - 10:15

Depuis les attentats du 13 novembre 2015 au Stade de France, dans plusieurs bars et au Bataclan à Paris, les salles de concerts et de spectacles de la France entière ont renforcé leur sécurité. Et à La Rodia à Besançon 

dsc_9692a.jpg
©La Rodia
PUBLICITÉ

Après les attentats du 13 novembre, La Rodia a renforcé le dispositif de sécurité avec du personnel supplémentaire, soit deux agents en moyenne en plus par soirée. En général, 6 à 8 agents de sécurité sont mobilisés mais en fonction de l'événement, 13 agents peuvent être présents pour une seule soirée.

Aux entrées, les spectateurs sont palpés et les sacs sont contrôlés pour tous les événements. "Depuis l’ouverture de la Rodia et avec le festival Détonation nous avons toujours été très prévoyants en ajoutant plus d’agents ou de sorties de secours que ce qui est préconisé à la base par la législation française", précise Simon Nicolas, chargé de communication. 

Quel coût ?

Bien sûr, ce renfort de la sécurité a un prix. Pour des soirées concert hors Détonation, "nous estimons le coût supplémentaire annuel à 20 000€, soit une augmentation en moyenne de 25% par rapport aux années précédants les attentats du 13 novembre", nous confie Simon Nicolas, "cela représente un coût assez important pour une structure comme la nôtre." 

Qu'en pense le public ?

Si parfois des visiteurs peuvent paraître agacés de se faire fouiller à l'entrée d'un lieu, "globalement, le public est très compréhensif, plutôt rassuré et très coopératif, nous n'avons jamais eu de réclamations par rapport aux mesures supplémentaires", précise Simon Nicolas et d'ajouter que "nous n'avons jamais eu de problèmes de sécurité à La Rodia." 

"La Rodia est un lieu de vie, d’émancipation et de rencontres" 

Les attentats du 13 novembre "a marqué le public autant que nous. Nous nous sommes sentis directement concernés (comme une grande majorité de l’opinion française)", nous confie Simon Nicolas. "Nous luttons contre l’obscurantisme en renforçant les mesures de sécurité les soirs de concert, mais aussi en menant un travail de terrain toute l’année sur l’accessibilité à la culture en proposant des formes artistiques audacieuses, des rencontres, des conférences, des ateliers, des concerts hors les murs. C’est le coeur de notre métier et ça nous a encore plus motivés à le faire avec envie et passion. La Rodia est un lieu de vie, d’émancipation et de rencontre qui renforce la curiosité et l’ouverture du public", conclut-il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La Chine rêvée de François Boucher à ne pas manquer au Musée des Beaux-Arts de Besançon jusqu’au 2 mars 2020

PUBLI-INFO • Le Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon accueille du 9 novembre 2019 au 2 mars 2020 une exposition exceptionnelle intitulée Une des provinces du Rococo, la Chine rêvée de François Boucher. Cette invitation au voyage nous permet de découvrir 143 œuvres très variées dont certaines n'avaient jamais voyagé…

Musée des Beaux-Arts de Besançon : à la découverte de la Chine rêvée de François Boucher à travers 143 œuvres…

Diaporama • Le Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon accueille du 9 novembre 2019 au 2 mars 2020 une exposition exceptionnelle intitulée Une des provinces du Rococo, la Chine rêvée de François Boucher. Cette invitation au voyage nous permet de découvrir 143 œuvres très variées dont certaines n'avaient jamais voyagé…

Mégarama : Les sorties ciné du mois de novembre à Besançon

L'énorme sortie dans vos cinémas Mégarama Beaux-Arts et Ecole-Valentin, c'est évidemment la Reine des Neiges 2 ! Après le succès colossal et planétaire du premier opus, Disney revient alors que le froid s'installe pour transporter petits et grands dans un monde hivernal et merveilleux ! Sans oublier un bon nombre de comédies ou drames français...

Un Bisontin publie un livre sur Paul Weller, légende vivante de la pop en Angleterre…

Nicolas Sauvage, conférencier à Besançon et passionné de musique, s'est lancé dans l'écriture d'un livre de 532 pages consacré au musicien britannique et co-fondateur des groupes The Jam et The Style Council, Paul Weller. Considéré outre Manche comme une véritable légende, il est en revanche moins connu en France… Ce que l'auteur tente de remédier avec Life from a window – Paul Weller et l'Angleterre Pop publié en juin 2019… Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.43
légères chutes de neige
le 18/11 à 6h00
Vent
2.7 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
99 %

Sondage