GE Belfort fait l'objet de la "plus grande vigilance de l'Etat" (Macron)

Publié le 03/05/2019 - 08:12
Mis à jour le 03/05/2019 - 08:12

Emmanuel Macron a assuré les élus du Territoire de Belfort, inquiets pour l'avenir de la branche turbines de General Electric (GE), que le dossier faisait l'objet de "la plus grande vigilance de la part de l'Etat", dans un courrier consulté ce jeudi 2 mai 2019 par l'AFP.

macron_micronora_besancon-124.jpg
macron_micronora_besancon-124.jpg
PUBLICITÉ

« Je vous informe avoir demandé (au ministre de l’Economie) Bruno Le Maire de vous recevoir afin d’évoquer l’évolution de ce dossier qui fait l’objet de la plus grande vigilance de la part de l’Etat », écrit M. Macron dans sa réponse adressée à cinq élus du Territoire, datée du 29 avril.

Dans un « contexte économique difficile », Belfort « dispose d’atouts »

Redoutant que le géant américain ne quitte Belfort, Damien Meslot (LR), maire de Belfort, Florian Bouquet (LR), président du conseil départemental, le sénateur (LR) Cédric Perrin (LR) et les députés Ian Boucard (LR) et Michel Zumkeller (UDI) avaient écrit début avril au président pour dire leur inquiétude quant à l’avenir de l’activité turbines à gaz du site de Belfort, où travaillent environ 1.900 personnes.

Dans un « contexte économique difficile », Belfort « dispose d’atouts », mais il est « indispensable de mesurer les investissements nécessaires afin 
d’adapter l’outil industriel pour expertiser la faisabilité » des projets à l’étude, telle la « diversification dans le secteur aéronautique, dans
l’hydrogène » ou dans « de nouvelles centrales nucléaires à l’international », écrit M. Macron.

Bruno Le Maire, qui avait déjà écrit aux élus début mars, « travaille en lien étroit » avec le PDG de GE « afin d’examiner ces différentes hypothèses » et s’assurer qu’elles sont « étudiées avec le sérieux qui s’impose », affirme encore le chef de l’État.

Depuis le début de l’année, GE a lancé plusieurs procédures de rupture conventionnelle collective (RCC) et de plans seniors au sein de sa division énergie. Plus de 500 suppressions de poste sont attendues par la direction avec ces départs volontaires. Au total, GE emploie près de 4.000 personnes à Belfort. Fabricant de turbines et pilier de la reprise en 2015 de la branche énergie d’Alstom, le site subit les conséquences des difficultés générales du groupe américain et de la baisse actuelle de ses marchés.

Le 22 mars, M. Le Maire s’était engagé à « étudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l’emploi » à Belfort. Début mars, il avait averti qu’une diversification dans l’aéronautique demanderait des « investissements lourds » et des « démarches particulièrement longues ».

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Waves Concept, un nouveau salon de coiffure-café bientôt au centre-ville de Besançon

Waves Concept, un nouveau salon de coiffure-café bientôt au centre-ville de Besançon

Courant novembre 2019, un nouveau concept de commerce ouvrira ses portes rue Gustave Courbet, dans les anciens locaux de la maroquinerie Prieur-Boisson à Besançon. Il s'agit de Waves Concept : un café au rez-de-chaussée, un salon de coiffure à l'étage. Antoine, le gérant, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.77
ciel dégagé
le 14/10 à 6h00
Vent
1.81 m/s
Pression
1014.46 hPa
Humidité
90 %

Sondage