General Electric scinde en deux sa division énergie (Alstom) après une perte historique

Publié le 01/11/2018 - 08:00
Mis à jour le 01/11/2018 - 08:17

General Electric (GE), empêtré dans des difficultés depuis deux ans, a annoncé ce mardi 30 octobre 2018 des mesures drastiques pour tenter d'enrayer l'hémorragie de sa division énergie (Alstom), qui lui a valu d'afficher une perte de 22,8 milliards de dollars au troisième trimestre.

general_electric_logo.png
logo general electrics
PUBLICITÉ

Fait rarissime pour une entreprise qui a toujours été considérée comme un placement de référence aux Etats-Unis, les actionnaires du conglomérat industriel ne percevront plus qu'un cent de dividende, au lieu des douze qui leur avaient été promis il y a encore quelque temps.

  • C'est la première grande mesure du nouveau PDG Larry Culp, 55 ans, en poste depuis le 1er octobre avec la mission de redresser le géant américain. Et c'est seulement la troisième fois depuis la Grande dépression de 1929 que GE, qui a distribué plus de 150 milliards de dollars de dividendes depuis 2000, réduit la rémunération de ses actionnaires.

Cette décision, anticipée par de nombreux experts et actionnaires qui souhaitent voir GE réinvestir ses bénéfices dans ses activités, est due à des résultats trimestriels décevants, principalement à cause de lourdes charges d'un montant total de 22 milliards de dollars, dont la moitié porte sur des dépréciations d'actifs d'Alstom.

Le ministère américain de la Justice et le gendarme des marchés, la SEC, ont ouvert chacun une enquête sur ces charges, a révélé GE, qui était vu jusque-là comme l'un des baromètres de l'économie américaine.

A Wall Street, le titre, qui évolue à son plus bas niveau depuis la crise financière, dévissait de 4,3 %, à 10,68 dollars, vers 13H40 GMT.

"Changer"

GE, né il y a 126 ans de la fusion d'Edison et de Thomson-Houston, est tombé dans le rouge au troisième trimestre, enregistrant une perte nette de 22,8 milliards de dollars, tandis que le chiffre d'affaires a diminué de 3,5 %, à 29,57 milliards. "GE doit changer", a déclaré Larry Culp lors d'une conférence téléphonique, ajoutant qu'il "est devenu clair que nous devons simplifier l'énergie".

La division énergie ne parvient pas en effet à se remettre de la chute des prix de l'électricité de gros, de l'effondrement des commandes de turbines, qu'elle n'a pas su anticiper, et des surcapacités dues à une augmentation du nombre de fermetures de centrales thermiques et du développement des énergies renouvelables (solaire et éolien).

GE a continué à parier sur les énergies fossiles en rachetant par exemple en 2014 au plus fort les activités énergie de l'ex-fleuron français Alstom, la plus grosse acquisition de son histoire.

Les difficultés se sont aggravées mi-septembre quand le groupe a confirmé des problèmes d'oxydation sur sa nouvelle génération de turbines, pourtant censée lui permettre de mieux braver la concurrence. Les réparations ont coûté 240 millions de dollars au troisième trimestre et le coût sera similaire au quatrième, avance l'entreprise.

Scinder la division énergie en deux

Pour repartir de l'avant, GE, qui fabrique le moteur d'avion LEAP avec le Français Safran, va scinder la division énergie en deux. Une première unité réunira les turbines à gaz et les services gaziers et une autre regroupera les générateurs à vapeur et électriques entre autres, a détaillé GE.

Le groupe veut également faire des économies en supprimant le siège de la division, où les problèmes persistent. Au troisième trimestre, les commandes ont par exemple chuté de 18 %, les revenus de 33 %, tandis que la perte opérationnelle est de 631 millions de dollars, contre un bénéfice de 464 millions il y a un an.

M. Culp a fait de la réduction de la dette --115 milliards de dollars fin juin-- et d'un retour de la rentabilité dans les activités fragilisées sa priorité des cent premiers jours. Premier PDG choisi en externe, il s'est fait un nom en relançant le conglomérat industriel américain Danaher, qu'il a dirigé pendant 14 ans, de 2001 à 2014.

Son prédécesseur, John Flannery, limogé après seulement 14 mois de règne, avait annoncé fin 2017 une cure d'austérité de 20 milliards de dollars de cessions d'actifs à la clé et des milliers de suppressions d'emplois à travers le monde.

Malgré les critiques de la classe politique française, GE a renoncé mi-juin à son engagement de créer un millier d'emplois d'ici fin 2018 en France.

GE prévoit également de donner son indépendance à la division santé et de vendre sa participation de 62,5 % dans le groupe de services pétroliers Baker Hughes, A GE Company

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Besançon : le « 119 Grande Rue » de la manufacture horlogère Utinam souffle sa première bougie

La manufacture horlogère bisontine Utinam a fêté le premier anniversaire de son espace "le 119 Grande Rue" à Besançon les 6 et 7 décembre 2019. L'occasion de présenter de nouveaux modèles de montres et la création d'un atelier-expérience "Dans la peau d'un horloger" pendant le mois de décembre.

C’est le Noël de Casse Noisette à la chocolaterie Fabrice Gillotte à Besançon !

Le chocolatier Meilleur ouvrier de France Fabrice Gillotte émerveille les gourmandes et des gourmands comme chaque année avec ses créations spéciales… En 2019, le thème est le Noël de Casse Noisette avec ses langues de chat qui feront danser les papilles, ses rochers à gravir sans effort, ses marrons glacés qui feraient fondre un iceberg, sans oublier ses fameuses truffes qui n'ont pas dit leur dernier mot. Et ce n'est pas tout : découvrez toutes les créations de Noël signées Fabrice Gillotte.

Crédit Agricole Franche-Comté s’associe à La Reine des Neiges II : Tentez de gagner un voyage en Islande pour 4 personnes et de nombreux cadeaux !

PUBLI-INFO • Du 12 novembre 2019 au 12 janvier 2020, participez à l'opération "Compte de Noël" du Crédit Agricole Franche-Comté en récupérant votre code dans une agence. L'occasion pour les participants de se donner la chance de remporter de merveilleux cadeaux de Noël pour toute la famille : un voyage en Islande pour 4 personnes, un pack Disney La Reine des Neiges II et des cartes cadeaux d'une valeur unitaire de 150€ !

Une convention pour définir les moyens des Chambres de commerce et d’industrie en Bourgogne Franche-Comté

Bernard Schmeltz, préfet de Bourgogne-Franche-Comté, préfet de Côte-d'Or, et Rémy Laurent, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bourgogne Franche-Comté, ont signé lundi 2 décembre 2019 une convention définissant les moyens alloués et les objectifs fixés aux CCI de Bourgogne Franche-Comté pour les trois prochaines années. Le tout, dans un contexte de baisse très importante de la ressource des CCI.

Municipale Besançon : les propositions de Karim Bouhassoun pour le développement économique

Karim Bouhassoun, du mouvement "Bisontines – Bisontins" a profité mardi 3 décembre 2019 de sa visite au sein de la manufacture horlogère Vuillemin de Franois afin de présenter son programme économique et industriel pour "l’attractivité économique et le développement des filières" du territoire du Grand Besançon Métropole.

Temporis, ‘‘LA’’ solution locale et indépendante en termes d’emploi

Publi-info • Vous cherchez un job ? Vous cherchez à recruter une comptable, un responsable de production et même un intérimaire pour un remplacement ? En Franche-Comté, Temporis (Intérim et recrutement) sait apporter une solution adaptée à vos besoins parce que les 11 collaborateurs de cette entreprise savent aller au-delà du traditionnel CV.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.16
pluie modérée
le 09/12 à 15h00
Vent
4.95 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
94 %

Sondage