Il peint une fresque au CHU en hommage au personnel hospitalier

Publié le 06/09/2021 - 17:13
Mis à jour le 06/09/2021 - 17:13

En cette rentrée de septembre 2021, le graffeur bisontin Nacle peint une gigantesque fresque colorée d'environ 50 mètres de long aux abords du CHRU de Besançon. Une œuvre en hommage aux personnels de l’hôpital, mais aussi à ses patients…

Nacle, c’est l’un des grands noms du street-art en ville. Nombreux sont les Bisontins qui ont été marqués par ses portraits réalistes en noir et blanc dans les ruines de la Rhodiacéta, ou par ses fresques dans plusieurs quartiers de la ville – comme le Hulk sur le boulevard près de Maty, ou sa récente fresque à proximité du FRAC.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par NaCle Lcg Izi (@nacle_one)

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par NaCle Lcg Izi (@nacle_one)

Un projet lancé par la Ville

Peu étonnant donc que son nom soit apparu dans la tête d’Aline Chassagne, adjointe chargée de la culture à la mairie de Besançon, lorsqu’un projet de fresque au CHU a émergé. Une initiative que Nacle a tout de suite apprécié.

« J’avais déjà repéré ce grand mur, visible depuis la route et le tramway » dit-il en désignant les murs qui contournent l’héliport du CHRU, à quelques mètres des rails du tram. Ces murs servent désormais de canva à l’artiste, qui y peint la plus grande fresque qu’il ait jamais produite – près de cinquante mètres de largeur sur huit en hauteur.

Débutée fin août, cette œuvre prendra à Nacle environ trois semaines pour être achevée. Et ce, « à hauteur de huit à dix heures par jour, en fonction de la météo » sourit l’artiste du haut de sa nacelle, accompagné par ses 80 bombes de peinture multicolores.

Nacle - fresque CHU ©

Une fresque pour égayer le CHU

La fresque a été imaginée en hommage aux personnels du CHU. « Bien-sûr les soignants, qui sont les premiers auxquels on pense, mais aussi les administrateurs, le service technique, etc… Tous ceux qui rendent possible le bon fonctionnement de l’hôpital ».

Sans oublier les patients : « cette fresque est aussi dédiée à tous ceux amenés à y passer un jour. Pour les naissances, les bobos, les décès… On est tous concernés par l’hôpital au final. »

D’où sa volonté « d’égayer le quotidien de tous ces gens avec de la couleur, un peu de gaieté et de culture, à la place d’un grand mur blanc » évoque Nacle.

Nacle - fresque CHU © Maxime C.

Des mains et des couleurs

Sur la fresque, on y retrouve des mains en élément central. Des mains très réalistes en noir et blanc, un design « qui me caractérise pas mal » s’amuse l’artiste.

Ces mains représentent celles du personnel hospitalier. L’une tient un scalpel, l’autre une seringue et une autre, une souris d’ordinateur. « Pour penser à tout le monde » sourit-il.

Plus loin, une main âgée tiendra une main d’enfant. A côté, une autre se tend dans un geste d’aide, façon Michel-Ange. « La main, ça parle naturellement aux gens. Évidemment, chacun interprète comme il veut » assure Nacle.

Tout autour de ces mains, l’univers du graff s’anime : tags, lettrages, trame de photoshop, peintures métalliques dorées et argentées… « Des clins d’œil à la culture graffitis pure », dont Nacle est l’un des représentants locaux.

Nacle - fresque CHU © Maxime C.

Une œuvre votée par le personnel du CHU

Le design de cette fresque a été voté directement par le personnel du CHU, via leur intranet, parmi trois autres propositions. Plus de 1.200 votants ont participé. « Je suis content, ils ont choisi celui que je préfère, avec de la couleur » se réjouit Nacle.

Et les premières réactions provoquées par l’œuvre tendent à le conforter dans ce choix. « Les gens ouvrent leurs fenêtres en passant et me glissent un mot d’encouragement, un pouce en l’air… Ca fait super plaisir. »

D’autant plus que « d’ordinaire, je travaille dans des endroits moins ouverts, on ne me voit pas forcément peindre en live. Ces interactions pendant que je peins sont super, surtout quand les réactions à chaud sont plutôt positives comme ça » s’amuse-t-il.

Nacle peint aux abords de la route qui va aux urgences © Maxime C.

Une Block Party à Viotte le 11 septembre

La fresque devrait être terminée autour du vendredi 10 septembre ; un délai que tient à respecter Nacle, qui co-organise une Block Party ouverte au public le samedi 11 septembre 2021 au chantier Viotte. « On pourra retrouver du graffiti, du hip-hop, de la danse, D.J, du rap, etc… C’est ouvert au public donc tout le monde peut venir, pour s’amuser et s’imprégner de notre culture du street-art » conclut l’artiste.

Nacle - fresque CHU ©

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Culture

Coup de projecteur sur les 15 ans de NG Productions à Besançon et les prochains évènements

À l'occasion des 15 ans de NG Productions, nous avons rencontré le fondateur de cette société de productions de spectacles à Besançon, Hamid Asseila. Il nous raconte ses temps de forts notamment avec Elton John, son projet de festival sur quatre jours en 2023, sa vision sur l'épidémie de Covid-19 et les prochaines dates à ne pas manquer...

L’Orchestre universitaire de Besançon Franche-Comté donnera un concert sur un Dragon Boat !

L’Orchestre symphonique universitaire Besançon Franche-Comté a décidé de se lancer un nouveau défi en se produisant le 9 avril 2022 à bord d’un Dragon Boat (ou bateau-dragon) le long des berges de Port-sur-Saône… Cet événement sera suivi d’un concert dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein.

Concerts debouts vs meetings politiques : « S’il y a des mesures, soit elles sont valables pour tout le monde, soit pour personne »

Concerts debout interdits, jauge limitée à 2000 personnes pour les grands rassemblements à l'exception des meetings politiques, interdiction de boire debout dans les bars… Le monde de la culture est dans l'incompréhension et redoute ces prochains mois. Le directeur de la smac La Rodia à Besançon nous en parle.

Sabine Weiss, la dernière photographe « humaniste » est décédée

Sabine Weiss aimait capturer les "morveux", les "mendiants" et les "petits narquois" croisés dans la rue : cette photographe, espiègle et rigoureuse, connue également pour ses photos de mode parues dans Vogue était la dernière disciple de l'école française humaniste. Comme Doisneau, Boubat, Willy Ronis ou encore Izis, Sabine Weiss, décédée mardi à 97 ans, a immortalisé la vie simple des gens, sans toutefois revendiquer une quelconque influence.
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.03
légères chutes de neige
le 20/01 à 9h00
Vent
1.84 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
100 %

Sondage