Jean Castex en appelle aux maires pour relancer la construction de logements

Publié le 28/09/2021 - 17:12
Mis à jour le 28/09/2021 - 17:14

"Inquiet" du niveau actuel de la production de logements, le Premier ministre Jean Castex a présenté mardi des mesures afin de rendre plus simple et moins chère pour des collectivités la construction du neuf, en ciblant les zones tendues.

 © D Poirier
© D Poirier

« La situation n’est pas satisfaisante », a reconnu Jean Castex à Bordeaux lors de l’ouverture du Congrès HLM, évoquant « son inquiétude » sur le logement et la construction.

Entre 2014 et 2019, le nombre de logements collectifs autorisés s'élevait à 212.000 par an, avec un pic atteint en 2017, alors que ce nombre est tombé à 180.000 en 2020, accroissant encore la pression sur les prix et les loyers, en particulier dans les métropoles.

L'Etat exonère les communes

Pour produire davantage de logements, Jean Castex a principalement fait appel aux maires, avec des mesures censées les encourager dans cette voie.

Le gouvernement s'est notamment engagé à prendre en charge le coût de l'exonération de la taxe foncière pour les logements sociaux, actuellement à la charge des communes, et ce "pour les dix premières années de service". La mesure s'appliquera sur les logements autorisés lors du mandat municipal actuel. Son coût est estimé à 70 millions d'euros par an par Matignon, mais son impact ne sera visible que d'ici quelques années, le temps que les logements concernés soient construits.

L'exonération de la taxe foncière représente une économie "de 30 à 40 euros pour les locataires" chaque mois, a souligné dans son discours Emmanuelle Cosse, la présidente de l'Union sociale pour l'habitat (USH) qui fédère l'ensemble des organismes HLM. "Mais il est injuste que les poids de cet engagement reviennent en intégralité aux collectivités locales", a-t-elle déclaré.

Pour le président de Procivis, une des fédérations de l'USH, Yannick Borde, la mesure "est une heureuse surprise". Il espère que cela "gommera l'argument" de la fiscalité locale pour les maires réticents à construire des logements sociaux, a-t-il expliqué à l'AFP.

Le gouvernement, qui a largement repris les propositions de la commission Rebsamen rendues la semaine dernière, compte aussi mettre l'accent sur la "contractualisation" avec les communes situées dans des zones où il n'y a pas assez de logements disponibles pour faire face à la demande.

Il s'agit d'atteindre un objectif de construction de logements pour les mairies volontaires, en contrepartie du versement d'une aide de l'Etat. 175 millions d'euros y seront affectés, issus des fonds qui devaient être versés aux "maires densificateurs" dans le cadre du plan de relance mais qui n'ont pas trouvé preneurs.

Soutien à la loi SRU

Le gouvernement n'a pas évoqué l'autorisation pour les maires de supprimer la taxe foncière pour tous les logements lors des deux premières années d'usage, en vigueur actuellement, une proposition qui était aussi contenue dans le rapport Rebsamen.

Saluant "le rôle majeur" des HLM, avec qui le gouvernement a signé en mars un protocole pour construire 250.000 logements en deux ans, M. Castex a aussi appelé à une "simplification d'ampleur" du processus d'agrément de nouveaux logements dans les zones où la construction de logements sociaux est prioritaire, afin que cet agrément ne soit plus "un frein, mais une formalité".

"Le gouvernement restera toujours ferme et déterminé à soutenir la loi SRU", a-t-il aussi assuré, alors que le prolongement de la loi sur l'obligation des logements sociaux dans chaque commune est débattue au Parlement.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Des skateurs bisontins lancent une production de skates made in Franche-Comté !

Sept skateurs fondateurs et membres de l'association déjà bien connue à Besançon Fragile se sont associés pour lancer leur propre production artisanale de planches de skate l'été dernier. Aujourd'hui, 118 skates ont été fabriqués par leur soin dans le petit garage de la maison des parents de l'un des leurs à Dannemarie-sur-Crête. Rencontre avec Jonathan, dit Jésus et Romain, dit La Fusée…

Un nouveau réfectoire et un internat prévu en 2023 sur le site du lycée Victor Hugo à Besançon

Coût : 13,24 M€ • La première pierre du bâtiment de restauration commun aux lycées Victor Hugo et Tristan Bernard de Besançon a été officiellement posée ce jeudi 14 octobre 2021 par Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région en charge des lycées, Jean Broyer, le proviseur de Victor-Hugo et Yannick Poujet, adjoint chargé du quartier de Planoise. Les travaux devraient se terminer à la rentrée 2023.

L'hôpital St Jacques ne sera finalement pas vendu à Vinci

Le conseil de surveillance de l'hôpital du CHRU de Besançon a eu connaissance ce jeudi 14 octobre 2021 de l'arrêt des négociations avec l'opérateur Adim Vinci pour la vente de l'hôpital Saint-Jacques. La direction précise que le projet de vente "perdure" et que le calendrier de la remontée des activités sur le site de Jean-Minjoz est bien maintenu pour la fin d'année 2024.

Voiture « propre » et avion bas carbone : La France met 4 milliards d’euros sur la table

La France va consacrer 4 milliards d'euros pour produire deux millions de voitures électriques et hybrides et développer un "avion bas carbone" en 2030, des projets qui visent à la positionner en championne de la décarbonation des transports mais supposent d'importantes ressources en électricité.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.59
ciel dégagé
le 16/10 à 21h00
Vent
1.23 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
100 %

Sondage