La CGT dit non à l’accord sur l’emploi

Publié le 27/02/2013 - 13:40
Mis à jour le 28/02/2013 - 10:22

L’union locale CGT de Besançon  dénonce la régression autour de l’accord dit « sécurisation de l’emploi » et appelle à manifester le 5 mars un peu partout en Franche-Comté. Occasion pour le syndicat de revenir sur la situation tendue de l’entreprise FCI…

 ©
©

Mobilisation

À Besançon, le rendez-vous est donné à 10h, au parking Battant. Les manifestants ont prévu de s’arrêter à la permanence socialiste et espèrent bien y être reçus. "Nous dénonçons la régression sociale que représente cet accord, signé par des syndicats minoritaires (ndlr :la CFDT, la CGC et la CFTC)", remarque Jacques Bauquier (CGT), représentant la fédération métallurgie.

 Pour rappel, cet accord devrait être présenté au Conseil des ministres en mars et voté au Parlement en mai prochain. « La négociation engagée par le Gouvernement portait sur l’amélioration de la compétitivité et la sécurisation de l’emploi, or, on arrive à un texte gagnant-perdant. Gagnant pour le Medef et perdant pour les syndicats de salariés », souligne Jacques Bauquier.

"Plus de libertés pour licencier"

Les militants critiquent l’augmentation de la flexibilité et de la précarité. "C’est donner plus de libertés pour licencier", poursuit Jacques Bauquier. Sont mis en cause notamment, la mobilité interne forcée permettant aux employeurs de muter leurs salariés sur un autre poste, mais aussi l’accès plus difficile à la justice prud’homale ou la mise en place dans certaines branches du contrat à durée indéterminée "intermittent".

"Si Sarkozy disait travailler plus pour gagner plus, avec Hollande, c’est travailler plus pour gagner moins !". Les potentiels acquis sur les droits rechargeables au chômage et à la santé sont aussi fictifs selon eux. "C’est du pipeau ! D’autant que les droits à la santé sont renvoyés dans 18 mois alors que les libertés autour du licenciement sont appliquables tout de suite".

 Le cas de FCI dans le Doubs

L’autre point qui serait source de régression pour la CGT est la possibilité de décider de la procédure de licenciement ou du contenu d’un plan social par simple accord d’entreprise. "Il suffira au patron de faire un accord avec le syndicat : par exemple diminuer le temps de travail, jouer sur la mobilité ou geler les avantages des salariés, comme cela se passe actuellement à FCI. Et les salariés ne pourront plus s’y opposer ou ils pourront être licenciés pour faute sérieuse", note Jacques Bauquier.

Chez FCI, la situation semble ainsi tendue. La direction de l’entreprise bisontine, spécialisée dans la fabrication de connecteurs pour la téléphonie et l’automobile, a récemment annoncé la mise en œuvre d’un plan social avec la suppression de 15 postes de travail à la clef. "Au départ, on parlait de 30 suppressions de postes indirects (comprenez hors production) en raison de la conjoncture économique", explique Yvan Caillier, secrétaire du comité d’entreprise, pour le syndicat CGT. "Or, l’expert financier a invalidé le motif économique de leur plan social. Nous avons donc menacé de saisir le tribunal, suite à quoi la direction a indiqué dans une lettre interne que si les salariés n’acceptaient pas ce plan, ce serait la fermeture du site".

À travers diverses négociations autour du gel des salaires, des RTT et des congés d’ancienneté entre autres, le nombre de suppressions de postes a finalement été réduit. Un accord a été signé avec la direction le 19 février dernier. "FO l’a signé et nous ne l’avons pas signé avec la CFDT" précise Yvan Caillier. "Les incitations au départ sont aujourd’hui lancées. Jusqu’au 31 mars, on propose aux salariés de partir avec 9 mois de salaires, puis en avril ce sera 6 mois et en mai, plus que deux mois".  Deux plans sociaux avaient déjà touché l’entreprise en 2003 et 2008.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.45
couvert
le 02/03 à 0h00
Vent
1.89 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
75 %