Alerte Témoin

L'Assemblée vote l'article clé sur l'état d'urgence sanitaire. De nouvelles sanctions pour non-respect du confinement

Publié le 22/03/2020 - 09:23
Mis à jour le 22/03/2020 - 09:51

Coronavirus •

Alors que le conseil scientifique du gouvernement se prononcera lundi 23 mars 2020 sur la "durée" et "l'étendue" du confinement de la population, l'Assemblée nationale a voté samedi 21 mars 2020 l'article du projet de loi face au coronavirus qui permet l'instauration d'un "état d'urgence sanitaire" pour deux mois, au terme d'un âpre débat sur l'encadrement de ce régime d'exception, et l'ajout de sanctions pour non-respect du confinement.

assemblee_nationale3.jpg
© dp

Samedi 21 mars 2020, le ministère de la Santé a établi un nouveau bilan de l’épidémie de Covid-19

  • 562 décès dont 112 de plus en 24 heures.
  • 14.459 cas sont « officiellement » recensés dont 6.172 patients hospitalisées (plus 1.500 en réanimation)

En Bourgogne Franche-Comté 

  • 285 malades hospitalisés, dont 79 sont placés en réanimation,
  • 36 décès au total – huit de plus en 24h

Adopté à main levée après plusieurs heures d'échange, l'article prévoit que l'état d'urgence sanitaire, qui permet de restreindre des libertés publiques (confinement, réquisitions...), doit être instauré dès l'entrée en vigueur de la loi, et pour deux mois dans le cadre de l'épidémie de Coronavirus. Le texte doit désormais passer au Sénat.

À l'initiative du gouvernement, l'Assemblée est notamment revenue sur la rédaction du Sénat qui avait listé les catégories de mesures possibles dans le cadre de ce régime.

Le ministre Marc Fesneau (Relations avec le Parlement) a mis en avant le côté "imprévisible" de la crise. Le texte permet ainsi au gouvernement "en tant que de besoin" de prendre des mesures "limitant la liberté d'aller et venir, la liberté d'entreprendre et la liberté de réunion, dans la seule finalité de mettre fin à la catastrophe sanitaire".

Raphaël Schellenberger (LR) a prédit que cela "animerait" les discussions entre Assemblée et Sénat dimanche en vue d'un compromis, car cela offre un "pouvoir colossal au gouvernement".

"Vous nous demandez là un effort considérable", a abondé Charles de Courson (Libertés et Territoires), tandis que Boris Vallaud (PS) s'est inquiété d'"un champ absolument infini de dérogations à l'état du droit", Alexis Corbière (LFI) le jugeant aussi "beaucoup trop large".

Hors cas actuel du coronavirus, le texte prévoit un déclenchement de l'état d'urgence sanitaire par décret en Conseil des ministres pour un mois, la prorogation ne pouvant être autorisée que par la loi.

Plusieurs élus ont plaidé qu'il fallait un avis du conseil scientifique au préalable. Mais la rapporteure Marie Guévenoux (LREM), comme le ministre, ont d'abord estimé qu'il fallait éviter de telles "rigidités".

Après une suspension de séance, le gouvernement a proposé un amendement de compromis indiquant que "les données scientifiques disponibles sur la situation sanitaire qui ont motivé la décision sont rendues publiques".

Même scénario sur le contrôle parlementaire que le gouvernement voulait restreindre par rapport à ce que le Sénat avait prévu. Après des critiques à droite comme à gauche sur un "mini-contrôle" et une nouvelle suspension de séance, le gouvernement a là encore proposé un nouvel amendement.

Assemblée et Sénat seront informés "sans délai" des mesures prises au titre de l'état d'urgence sanitaire, les deux chambres pouvant "requérir toute information complémentaire" dans le cadre du contrôle.

Durcissement des sanctions

À la fin des débats sur l'article, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a présenté un amendement prévoyant que la violation répétée des règles du confinement constitue un délit puni de six mois d'emprisonnement et 3.750 euros d'amende. Plusieurs élus l'ont jugé disproportionné, voire "invraisemblable" (LR) ou de communication (LFI).

Après une nouvelle suspension de séance, la garde des Sceaux a présenté une formule "graduée" plus consensuelle : une amende de 135 euros en cas de violation des règles, 1.500 euros en cas de récidive "dans les 15 jours" et dans le cas de "quatre violations dans les trente jours" un délit "puni de 3.700 euros d'amende et six mois de prison au maximum".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Urssaf : des mesures exceptionnelles pour les entreprises touchées par le covid-19 du 5 juillet ou du 15 juillet

Afin de tenir compte de l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’activité économique, le réseau des Urssaf a déclenché des mesures exceptionnelles pour accompagner les entreprises présentant de sérieuses difficultés de trésorerie. Dans le cadre de la reprise de l’activité économique, les modalités de report évoluent. Les entreprises doivent s’acquitter des cotisations sociales aux dates d’exigibilités. Les cotisations sociales sont donc exigibles au 5 et au 15 juillet 2020.

Coronavirus : quelle situation début juillet en Bourgogne Franche-Comté ?

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du virus reste faible. Conséquence, le nombre de formes graves nécessitant une hospitalisation continue de baisser dans la région : 132 patients contre 1.380 au plus fort de l'épidémie dans les hôpitaux le 17 avril 2020. Début juillet, moins de 10 patients étaient en réanimation en lien avec le Covid-19. En Bourgogne Franche-Comté, plus de 1.700 personnes sont mortes du Coronavirus.

Coronavirus : les derniers chiffres en Franche-Comté

Le nombre de patients hospitalisés souffrant de formes graves du Covid-19, le cumul des décès dans les hôpitaux ou le nombre de sorties d'hospitalisation. Voici les dernières données et statistiques liées à l'épidémie de Coronavirus dans le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort.

Covid-19 : quelles modalités d’organisation du diplôme national du brevet en Franche-Comté ?

Les modalités d’organisation du diplôme national du brevet (DNB) sont modifiées à titre exceptionnel pour la session 2020, dans le contexte des mesures prises pour limiter la propagation de l’épidémie de covid-19 et dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Dans l'académie de Besançon, 14 459 candidats scolaires sont concernés. Voici les modalités...

Covid-19 : la circulation du virus "faible" en Bourgogne-Franche-Comté

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du Coronavirus  est "toujours faible" en Bourgogne-Franche-Comté, mais le coronavirus reste présent indique l'agence régionale de santé qui invite à toujours respecter "scrupuleusement" les mesures de prévention. La moyenne des hospitalisations pour Covid-19, s’établit autour de deux entrées par jour en moyenne et  en dessous d’ une entrée par jour en réanimation.

Didier Viodé met en vente ses oeuvres pour soutenir l'art

Pendant le confinement, l'artiste bisontin Didier Viodé a peint pas moins de 59 autoportraits, soit un par jour, pour passer le temps… Finalement, son travail ne sera pas inutile : ses œuvres sont mises aux enchères de le but de récolter des fonds pour soutenir l'art, impacté par la crise du covid-19. Mise à prix : 500 euros.

Politique

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Groupe d’Eric Alauzet au conseil municipal :  » On essaiera d’être les plus objectifs possible, on ne sera pas dans l’opposition systématique »

Trois heures avant le premier conseil municipal d'installation de la nouvelle maire de Besançon Anne Vignot ce vendredi 3 juillet 2020, Eric Alauzet a tenu une conférence de presse pour présenter son groupe politique au conseil, mais aussi pour énoncer cinq sujets que la maire devra "empoigner" dès ces prochains mois.

Jacques Grosperrin écrit à Anne Vignot

Le sénateur LR et colistier en position non éligible sur la liste "Besançon Maintenant !" de Ludovic Fagaut a écrit une lettre ouverte à la future maire de Besançon avant l'installation du nouveau conseil municipal. L'ancien chef de l'opposition sous l'ère de Jean-Louis Fousseret revient sur l'abstention et demande à Anne Vignot pragmatisme et rassemblement dans l'intérêt général.

Conseil municipal d’installation à Besançon : les modalités de participation du public

Le conseil municipal d’installation aura lieu le vendredi 3 juillet 2020 à 17 heures à la Chambre de commerce et d’Industrie du Doubs. Afin de respecter les consignes sanitaires en vigueur et au regard du nombre de conseillers municipaux, services, techniciens et journalistes, la participation du public sera limitée.

Remaniement, « après-Covid » : Macron répond à la presse régionale et reçoit les présidents des 3 assemblées

Emmanuel Macron accorde ce jeudi 2 juillet 2020, avant un remaniement annoncé comme imminent, une interview aux quotidiens régionaux à paraître vendredi, et reçoit à 17h30 les présidents des trois assemblées (Sénat, Assemblée nationale, Cese) qui lui remettront leurs recommandations, a annoncé l'Elysée. Ce seront les deux dernières étapes avant le remaniement prévu dans les jours qui viennent.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     17.59
    couvert
    le 06/07 à 12h00
    Vent
    2.93 m/s
    Pression
    1020 hPa
    Humidité
    59 %

    Sondage