Covid-19 : la vaccination pendant la grossesse présente peu de risques (études)

Publié le 18/08/2022 - 14:52
Mis à jour le 18/08/2022 - 14:52

Selon deux nouvelles études, les vaccins anti-Covid à ARN messager présentent peu de risques chez les femmes enceintes.

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

La première, publiée la semaine dernière dans le Lancet Infectious Diseases, évalue les risques immédiats d'effets secondaires chez la femme enceinte après un vaccin à ARN messager. La seconde, publiée jeudi dans le British Medical Journal (BMJ) mesure, à plus long terme, les risques pour l'accouchement.

Les deux études révèlent des conclusions rassurantes quant à ces vaccins, l'un développé par Pfizer/BioNTech et l'autre par Moderna, qui sont au cœur de la vaccination anti-Covid dans plusieurs pays comme la France. "La vaccination anti-Covid-19 pendant la grossesse n'est pas associée à un risque plus élevé de naissance prématurée (ou) de fausse couche", résument les auteurs du BMJ, concluant également qu'il n'y a pas de danger que le nouveau-né soit anormalement petit.

Ce travail, mené au Canada, a étudié de manière rétrospective plus de 85 000 naissances ou fausses couches qui sont intervenues entre mai et décembre 2021. Dans la moitié des cas environ, la mère avait reçu une ou deux doses de vaccin anti-Covid, la plupart du temps à ARN messager, pendant sa grossesse. En fin de compte, l'issue de la grossesse n'est pas différente dans ce groupe.

Des effets secondaires ordinaires

Quant aux effets secondaires immédiats des vaccins à ARN messager, ils ne sont en général pas plus fréquents pendant la grossesse, selon l'étude du Lancet InfectiousDiseases. Les auteurs ont comparé les données de plus de 5 000 femmes vaccinées pendant leur grossesse à celles de quelque 300 femmes enceintes et non vaccinées. Ils ont mesuré la proportion de problèmes de santé "significatifs", qui nécessitent d'interrompre l'activité professionnelle ou de consulter un médecin, dans la semaine suivant la vaccination, chez le premier groupe, ou dans celle précédant la réponse à leur questionnaire, chez le second.

Aucune différence n'est constatée après le vaccin de Pfizer/BioNTech, ou la première dose de Moderna. En revanche, après la seconde dose de celui-ci, le risque augmente un peu. Toutefois, même après une seconde dose de Moderna, il n'y a pas de différence si on ne prend en compte que les troubles nécessitant une consultation médicale. "Les vaccins à ARN messager contre le Covid-19 ont un bon profil de tolérance pendant la grossesse", en concluent les auteurs.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Hôpital public : une action spéciale ce mercredi autour de « La mère et l’enfant » devant le CHU de Besançon

Le syndicat Sud Santé Sociaux du CHU de Besançon organise une action mercredi 28 septembre à 11h30 en soutien autour de la statue de « La mère et l’enfant » sur le parvis de l’établissement hospitalier. Objectif : soutenir l’hôpital public dont le CHU bisontin qui manque aujourd’hui de 300 infirmières et 150 aides-soignant(e)s, dénonce le syndicat dans un communiqué.

Forte demande d’assistance médicale à la procréation : une nouvelle campagne vidéo pour promouvoir le don de gamètes

Afin d’informer le grand public sur le don de gamètes, son importance pour les personnes en attente et les changements inhérents à la loi, l’Agence de la biomédecine - établissement relevant du ministère des Solidarités et de la Santé - lance une nouvelle campagne d'information jusqu'au 30 septembre à travers un programme intitulé "Dons d’ovocytes et de spermatozoïdes : pourquoi donner ses gamètes ?".

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.28
légère pluie
le 26/09 à 18h00
Vent
4.95 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
70 %

Sondage