Le Muse?um de Besanc?on s’implique dans le Plan de Conservation de l’E?crevisse des torrents

Publié le 15/11/2017 - 16:55
Mis à jour le 15/11/2017 - 16:55

Face au de?clin de l’espe?ce, un plan de conservation de l’E?crevisse des torrents a e?te? de?cide? et lance? par l’Agence Franc?aise pour la Biodiversite?. Pendant trois ans, l’Aquarium du Muse?um de la Citadelle de Besanc?on et le Parc naturel re?gional des Vosges du Nord vont donc soutenir ce projet en re?introduisant des juve?niles d’e?crevisses dans des cours d’eau rigoureusement se?lectionne?s.

PUBLICITÉ

Reconnu a? l’e?chelle internationale pour son implication et son savoir-faire en matie?re de pre?servation et de reproduction des espe?ces menace?es, le Muse?um de la Citadelle de Besanc?on s’implique de?sormais dans la conservation de l’E?crevisse des torrents (Austropotamobius torrentium), en collaboration avec l’Agence Franc?aise pour la Biodiversite?, ope?rateur central de l’E?tat œuvrant pour la biodiversite? terrestre, aquatique et marine, et avec le financement du Parc naturel re?gional des Vosges du Nord.

Au printemps 2017, un premier pre?le?vement de 31 femelles et de 18 ma?les a e?te? effectue? en Alsace.
La pe?riode de reproduction s’e?tendant sur l’e?te?, une premie?re re?introduction de quelques dizaines de juve?niles a e?te? effectue?e par les e?quipes en ce de?but d’automne 2017.

Les e?quipes de l’Aquarium s’investissent depuis plusieurs anne?es dans l’e?levage et la re?introduction d’espe?ces en danger. Depuis 2005, elles de?ploient tous leurs efforts pour sauver l’Apron du Rho?ne, petit poisson en danger critique d’extinction, ende?mique du bassin du Rho?ne. La ferme aquacole de la Citadelle est ainsi devenue le seul lieu au monde de reproduction de cette espe?ce, faisant du Muse?um un des acteurs incontournables de sa conservation. Depuis le de?but de ce programme de conservation, l’Aquarium a rela?che? pas moins de 26 000 Aprons dans la Dro?me. Les spe?cialistes ont aussi pu observer que, non seulement les Aprons rela?che?s pre?ce?demment s’e?taient parfaitement adapte?s a? leur milieu naturel, mais surtout qu’ils s’e?taient reproduits in situ.

Ne?anmoins, la re?introduction n’est utilise?e qu’en dernier recours ; la sauvegarde des milieux est la vraie solution.

A propos des écrevisses des torrents

L’E?crevisse des torrents est une petite espe?ce d’e?crevisse qui fut de?clare?e comme disparue avant d’e?tre rede?couverte en Moselle dans les anne?es 90. C’est une espe?ce vivant dans des ruisseaux d’Europe centrale aux eaux de bonne qualite?, frai?ches et bien oxyge?ne?es.

Aujourd’hui, seules trois populations sont connues en France dont deux en Alsace. Selon les crite?res e?tablis par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), l’E?crevisse des torrents est inscrite sur la liste rouge des espe?ces menace?es d’extinction en France dans la cate?gorie « en danger critique d’extinction ».

La de?gradation des milieux naturels lie?s aux ame?nagements des cours d’eau, l’alte?ration de la qualite? de l’eau par les pollutions diverses et l’introduction d’espe?ces exotiques envahissantes peuvent perturber le mode de vie et la reproduction de cette espe?ce tre?s sensible a? la qualite? de son  

(Communiqué) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Jardiniers, avez-vous vu la courtilière ?

Avec sa morphologie pour le moins déroutante et sa taille imposante, la courtilière peut en impressionner plus d’un ! Et pourtant, cet insecte étonnant est en réalité totalement inoffensif. On la trouve dans les jardins et cultures au sol meuble ainsi qu’aux abords de zones humides...le conservatoire botanique a besoin des jardiniers pour recenser l'espèce en Bourgogne-Franche-Comté !

Comment arrive-t-on à détecter les différents pollens dans l’air ?

Thème de la semaine : le printemps #2 • Tous les vendredis, Atmo Bourgogne Franche-Comté diffuse son bulletin de surveillance des pollens. Comment capte-t-on les pollens ?  comment sont-ils différenciés ? Comment fonctionne le capteur installé à Besançon ? Réponses.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 10.4
légère pluie
le 24/04 à 0h00
Vent
3.76 m/s
Pression
999.5 hPa
Humidité
95 %

Sondage