Un projet expérimental de revalorisation d'un site industriel à Besançon, présenté au Salon des maires à Paris

Publié le 21/11/2022 - 07:30
Mis à jour le 28/11/2022 - 10:16

Mardi 22 novembre, le groupe SMCI sera présent au Salon des maires à Paris pour présenter un projet expérimental hors du commun à Besançon dont l’objectif premier est la revalorisation et l'évolution d'un site industriel à des fins environnementales. Explications.

 © SMCI
© SMCI

Ce site industriel à Besançon va devenir un lieu expérimental de régénération urbaine et environnementale du plus grand site industriel couvert de Grand Besançon Métropole. Ce site de 40.000 m2 de surface de plancher est aujourd’hui la propriété du groupe de promotion immobilière SMCI, très implanté en région Bourgogne-Franche-Comté, mais aussi en Rhône-Alpes et en région parisienne.

Habitat, ferme urbaine, stockage des eaux pluviales… en pleine ville

Sous l’impulsion de son président Fabrice Jeannot, l’objectif pour la maîtrise d’ouvrage (MOA) est d’enclencher la transition écologique du site en imaginant divers usages comprenant de l’habitat, une ferme urbaine irriguée par les eaux pluviales stockées du site, une ferme solaire, des services, de l’industrie, intégrés dans un écosystème économiquement viable et vertueux.

Rapidement, des questions se sont posées : Comment l’agriculture urbaine allait-elle contribuer à recomposer l’environnement du site industriel en cœur de ville ? Comment renaturer et retrouver de la pleine terre alors que l’implantation de l’usine et de ses dépendances a majoritairement artificialisé les sols depuis 60 ans ? Quel type d’agriculture allait pouvoir se développer de manière pérenne au sein d’un milieu actif et bâti ? Comment la transition écologique va-t-elle s’appliquer concrètement dans le cadre de cette régénération urbaine ?

"Toutes ces questions ont pu trouver des réponses grâce à un dialogue fructueux entre les services de la collectivité (urbanisme, espaces verts et biodiversité) et les initiateurs de la démarche du projet", nous indique-t-on dans un communiqué :

  • "une maîtrise unique du foncier" par le groupe SMCI qui a accepté de consacrer le temps nécessaire à l’ensemble des intervenants pour concevoir le meilleur projet possible en termes d’habitat (économies d’énergie, d’eau, matériaux biosourcés et durables etc.), d’exploitation agricole, industrielle, d’énergies renouvelables entre autres.
  • "un travail interdisciplinaire fondé sur les échanges de savoirs" entre les métiers de l’architecture, de l’urbanisme et des paysages, de l’ingénierie des sols et de l’agriculture, de l’eau, de l’énergie et des mobilités innovantes, tout en s’assurant de l’écoute de l’industriel en place.
  • "une collectivité engagée dans cette transition écologique" acceptant d’accompagner le projet avec la mise en œuvre d’un PLU expérimental.

"On est sur quelque chose d’unique"

Le service Urbanisme de la Ville de Besançon accompagne ce projet expérimental en apportant des modifications au Plan local d’urbanisme (PLU) afin qu’il soit adapté.

"Sur les projets immobiliers, on se pose toujours la question de la pérennité, la question de l’écologie dans le temps et on ne peut pas répondre de manière systématique, mais là, pour ce projet sur le site de Fralsen, on est sur quelque chose qui est unique : on part d’un terrain industriel, bétonné à 100% où il n’y plus de biodiversité, etc. Et ici, le projet est de retirer le béton, de redonner place à la nature et de faire un projet agricole pour que d’un point de vue environnemental ce soit plus sain et en plus, on développe un projet d’habitat au-dessus du projet agricole donc d’un point de vue environnemental, c’est extrêmement positif", affirme Aurélien Laroppe, adjoint à la maire de Besançon en charge de l’Urbanisme.

Une conférence dédiée au Salon des maires

Le 22 novembre à 14h30, plusieurs intervenants prendront la parole lors d’une conférence Agriculture urbaine - Habiter un espace cultivé : illustration à Besançon pour expliquer aux maires présents chaque aspect du projet de quartier expérimental à Besançon dont Fabrice Jeannot, président du groupe SMCI, Aurélien Laroppe, adjoint à la maire de Besançon, Louis Moutard, architecte urbaniste, Silvio D’Ascia, architecte et Camille Rannou, responsable Agriculture urbaine pour Agrosolutions.

© Agrosolutions

  • Agriculture urbaine - Habiter un espace cultivé : illustration à Besançon
  • Mardi 22 novembre
  • À 14h30
  • Salon des maires (du 22 au 24 novembre 2022)
  • Porte de Versailles à Paris
  • Atmosphère Transition agricole et alimentaire - Pavillon 4
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.27
légère pluie
le 15/06 à 6h00
Vent
4.93 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
95 %