Réforme de l'assurance-chômage applicable : les intermittents ne lâchent rien !

Publié le 01/10/2014 - 17:30
Mis à jour le 01/10/2014 - 17:31

Une trentaine d'intermittents du spectacle a manifesté ce mercredi 1er octobre dès 10h devant l'agence Pôle Emploi à Témis entourée d'une trentaine de policiers. C'est aujourd'hui que la réforme de l'assurance-chômage est appliquée à l'ensemble de la population après trois mois d'"essai" sur le statut des intermittents. 

 ©
©

"On s'est rassemblé au Pôle emploi pour demander des éclaircissements sur ce nouveau système de l'assurance-chômage à la direction départementale qui a répondu à toutes nos questions et qui a confirmé tout ce qu'on sait depuis des mois, tout ce que nous crions à tue-tête" nous raconte Yann Carou, intermittent, "elle nous a confirmé la complexité de cette réforme et sa crainte par rapport aux réactions de la population... même s'il y a aussi eu des non-dits" précise-t-il. 

Il s'agit, d'une façon générale, de la baisse des indemnités, des droits rechargeables pour l'ensemble des chômeurs. Tant qu'un chômeur n'a pas écoulé ses droits rechargeables, il ne peut pas prétendre à d'autres droits.

Exemple : une personne qui a travaillé pendant cinq ans et gagnait 1.000 euros par mois perd son emploi. Elle peut percevoir des indemnités de chômage pendant 5 ans. Au bout de 3 mois au chômage, cette même personne retrouve un emploi et gagne 2.000 euros par mois pendant 10 ans. Si elle perd une nouvelle fois son emploi, le calcul de ses droits ne s'effectuera pas en fonction de ses dernières fiches de salaire, mais en fonction de ses droits qu'elle devait percevoir pendant 5 ans lorsqu'elle s'est retrouvé au chômage la première fois qu'elle n'a pas "consommé".

"Nous n'avons pas vandalisé les deux pôles emplois cette nuit"

Yann Carou et Christophe Gaiffe nous expliquent "On a appris une chose incroyable en discutant avec la Direction, c'est que les deux autres pôles emplois étaient fermés à cause de vandalisme dans la nuit et nous accuse". Les deux intermittents tiennent à déclarer que "cette fois-ci ce n'est pas nous. Ça confirme que les gens commencent à comprendre que ce n'est pas un problème propre aux intermittents, mais un problème général ! Les partenaires sociaux qui ont signé l'accord vont être mis à rude épreuve".

Une réunion devrait être organisé au mois d'octobre concernant le cas des intermittents avec un spécialiste.

Les intermittents continueront leurs actions pour sauver leur statut ces prochains mois.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Lip 1950 – 1975 : une collection de 220 montres aux enchères

La vente, orchestrée par la commissaire-priseur Astrid Guillon se déroulera le samedi 27 novembre 2021 à 14h  à la maison de ventes sise au 3n rue de la liberté. Cette vente aux enchères de plus de 220 montres Lip dont une trentaine de chronographes, datant pour la majorité des années 1950 à 1975, sera également retransmise en direct sur Drouot Live.

Des skateurs bisontins lancent une production de skates made in Franche-Comté !

Sept skateurs fondateurs et membres de l'association déjà bien connue à Besançon Fragile se sont associés pour lancer leur propre production artisanale de planches de skate l'été dernier. Aujourd'hui, 118 skates ont été fabriqués par leur soin dans le petit garage de la maison des parents de l'un des leurs à Dannemarie-sur-Crête. Rencontre avec Jonathan, dit Jésus et Romain, dit La Fusée…

Un nouveau réfectoire et un internat prévu en 2023 sur le site du lycée Victor Hugo à Besançon

Coût : 13,24 M€ • La première pierre du bâtiment de restauration commun aux lycées Victor Hugo et Tristan Bernard de Besançon a été officiellement posée ce jeudi 14 octobre 2021 par Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région en charge des lycées, Jean Broyer, le proviseur de Victor-Hugo et Yannick Poujet, adjoint chargé du quartier de Planoise. Les travaux devraient se terminer à la rentrée 2023.

L'hôpital St Jacques ne sera finalement pas vendu à Vinci

Le conseil de surveillance de l'hôpital du CHRU de Besançon a eu connaissance ce jeudi 14 octobre 2021 de l'arrêt des négociations avec l'opérateur Adim Vinci pour la vente de l'hôpital Saint-Jacques. La direction précise que le projet de vente "perdure" et que le calendrier de la remontée des activités sur le site de Jean-Minjoz est bien maintenu pour la fin d'année 2024.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.84
couvert
le 19/10 à 12h00
Vent
2.48 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
62 %

Sondage