Rémunération des agriculteurs : la contractualisation obligatoire dès 2022

Publié le 02/11/2021 - 14:30
Mis à jour le 01/01/2022 - 12:09

La généralisation des contrats écrits entre l’agriculteur et le premier acheteur de ses produits, mesure protectrice de la rémunération des producteurs, sera obligatoire dès le 1er janvier 2022 dans les filières bovine, porcine et laitière.

Ce texte, très attendu par la filière, va permettre de mettre en musique la nouvelle loi visant à « protéger la rémunération des agriculteurs », dite Egalim 2, adoptée le 18 octobre par le Parlement.

Du côté des industriels, on souligne que cette loi entraînera des hausses « raisonnées et raisonnables » des produits mis en rayon.

Cette loi prévoit de généraliser les contrats écrits entre l'agriculteur et l'entreprise qui va transformer ses produits, sur trois ans minimum, en tenant compte des coûts de production. Et de rendre "non négociable", entre l'industriel et le distributeur, la part du prix correspondant au coût des matières premières agricoles.

La publication des décrets d'application pose un cadre sécurisant pour les agriculteurs, alors que négociations commerciales annuelles sur les produits des marques nationales (Danone, Fleury Michon, Herta...), qui viennent de débuter, dureront jusqu'au 1er mars, le gros des négociations se déroulant entre décembre et février.

Un second décret publié samedi concerne exclusivement la filière bovine, où moins de 3% des volumes font aujourd'hui l'objet d'une contractualisation écrite. Ce texte prévoit l'expérimentation, de 2022 à 2026, de prix, déterminés ou révisés selon les termes du contrat, respectant "une borne minimale et une borne maximale, ces valeurs extrêmes étant fixes".

Ces bornes, entre prix minimum et maximum, "sont fixées librement entre les parties au contrat" et "l'interprofession concernée peut élaborer et publier un modèle type de clause contractuelle", selon le texte.

"Ces décrets sont essentiels pour que le coeur de la loi fonctionne, que les négociations commerciales puissent commencer sereinement" et que les industriels puissent finaliser leurs conditions générales de vente selon les nouvelles règles, a-t-on indiqué au ministère de l'Agriculture.

Ces premiers textes visent les filières concernées en priorité. Cela permettra d'éviter de se retrouver par exemple dans la situation de la filière volailles, où l'industriel indexe son prix d'achat sur les coûts de production des éleveurs (en train d'exploser) mais qui peine ensuite à faire payer plus cher l'aval, selon le ministère.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La prime exceptionnelle de rentrée versée le 15 septembre

Plus de 10 millions de foyers vont bénéficier de la prime de rentrée, une aide exceptionnelle de 100 euros, plus 50 euros par enfant à charge. Cette "aide exceptionnelle de solidarité" sera versée le 15 septembre 2022 aux bénéficiaires des minima sociaux (RSA, allocation aux adultes handicapés…), ainsi qu'aux étudiants boursiers, a déclaré le ministère des Solidarités.

« Passoires thermiques »: l’audit énergétique obligatoire à nouveau reporté

Nouveau report pour l'entrée en vigueur de l'audit énergétique obligatoire en cas de vente d'une maison ou d'un immeuble en monopropriété classé F ou G au titre du diagnostic de performance énergétique (DPE). Cette mesure visant à lutter contre les "passoires thermiques"a été reportée au 1er avril 2023, a annoncé début août Olivier Klein, le ministre du Logement

Alstom : le site de Reichshoffen cédé à l’espagnol CAF

Le site Alstom de trains régionaux à Reichshoffen dans le Bas-Rhin est passé entre les mains de l’espagnol CAF le 1er août 2022. Il s'agit de l'ultime étape de la réorganisation du constructeur ferroviaire imposée par Bruxelles après l’acquisition de Bombardier Transport.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.72
légère pluie
le 19/08 à 12h00
Vent
2.66 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
69 %

Sondage